zoom
Aliska Lahusen, je voulais découvrir le monde. Aliska Lahusen, je voulais découvrir le monde.
zoom
Aliska Lahusen, je voulais découvrir le monde. Aliska Lahusen, je voulais découvrir le monde.
zoom
Aliska Lahusen, je voulais découvrir le monde. Aliska Lahusen, je voulais découvrir le monde.
zoom
Aliska Lahusen, je voulais découvrir le monde. Aliska Lahusen, je voulais découvrir le monde.
zoom
Aliska Lahusen, je voulais découvrir le monde. Aliska Lahusen, je voulais découvrir le monde.
zoom
Aliska Lahusen, je voulais découvrir le monde. Aliska Lahusen, je voulais découvrir le monde.
zoom
Aliska Lahusen, je voulais découvrir le monde. Aliska Lahusen, je voulais découvrir le monde.

Aliska Lahusen, je voulais découvrir le monde.

    Partager sur :

Sluban et Lahusen - Jusqu’au 8 septembre à la Galerie du Canon - Toulon

 

Sculptrice et peintre d’origine polonaise, elle vit à Paris depuis de nombreuses années. A la Galerie du Canon, elle nous dévoile l’étendue de son art, avec ses objets du quotidien laqués aux lignes pures et ses monochromes au plomb qui dévoilent toute sa profondeur.

 

 

Vos peintures et sculptures se répondent, vous semblez passer d’un art à l’autre avec aisance, pour vous il n’y a plus de frontière ?

 

Peinture et sculpture sont deux modes de pensée complétement différents. Je crois que je pense d’abord en volume, mais j’aime beaucoup faire les deux pour épuiser un sujet. J’ai eu une formation de peintre, aux Beaux-Arts de Varsovie, Genève, et Paris. Alors la sculpture pour moi est une sorte de miracle, mais quand j’en fais, j’ai la nostalgie de la peinture. J’ai choisi de créer des objets sculptés simples. Et les peintures sont une sorte de coupe de ceux-ci, une vue de l’intérieur. En sculpture, une fois que vous avez le concept, ce ne sont plus que des problèmes techniques et de la connaissance de matériaux. La peinture, c’est plus intellectuel : vous faites un trait, une tâche, et tout est bouleversé.

 

 

La plupart de vos œuvres aujourd’hui tournent autour du japon, qu’est-ce qui vous fascine dans ce pays ?


Ce n’est pas seulement le Japon, mais l’Extrême-Orient, depuis 1993. Je me suis intéressé à l’Inde et au bouddhisme au départ. Je viens d’un pays qui était libre culturellement mais avec des frontières fermées et un mode de vie austère. Culturellement la liberté était grande, dans la musique contemporaine, le graphisme, le théâtre. Par contre, on ne pouvait pas voyager. Alors dès que je pouvais je voulais découvrir le monde. J’avais un ami ukrainien, un vieux monsieur qui donnait des cours à Lausanne et qui était orientaliste. Dès que je pouvais, je partais dans cette direction, c’était pour moi une nouvelle façon de penser. J’ai plus tard, découvert le Japon au travers d’amis japonais. Depuis quelques années, je travaille sur Utagawa Hiroshige et son parcours de Kyoto à Edo. Récemment ce qui m’intéresse le plus, ce n’est plus des questions philosophiques de vie et mort, mais la vie quotidienne, le symbolisme des objets simples qui vous accompagnent. Les dessins de Hiroshige m’ont fait découvrir la magie de la vie quotidienne au Japon. C’est un pas de plus après l’inde. C’est une civilisation plus proche de l’Occident et en même temps terriblement hermétique, qui s’est ouverte au monde uniquement au XIXème. C’est un pays très étrange qui me fascine toujours.

 

 

Vous travaillez principalement sur feuilles de plomb et avec de la laque chinoise, comment se sont opérés ces choix ?


Le plomb est souple, facile à manier et à plier. J’ai aussi découvert sa couleur incroyable, la réflexion de la lumière sur lui. Enfin, il y a le côté symbolique : les alchimistes, la transmutation… Tout est merveilleux dans le plomb, sauf son poids et sa fragilité. Pour la peinture c’est génial, car il est légèrement poreux, vous n’avez pas besoin de préparation. J’ai développé une technique où les différents noirs sont obtenus par des différences de polissage.
Quant à la laque, elle est pour moi très proche des techniques traditionnelles. J’aime l’artisanat d’art. Au japon on ne le distingue pas de l’Art académique. Avec le plomb, je reste principalement dans le noir et blanc, le monochrome, car le plomb est tellement riche que l’on ne peut pas vraiment y adjoindre de couleur. La laque provient surtout d’une furieuse envie de couleur. Je travaille depuis longtemps sur les superpositions, et c’est le cas pour la laque : il y a vingt couches. Elle continue mes recherches sur la profondeur, les reflets, les couleurs. Quand vous mettez de la laque à la lumière du jour, vous distinguez toutes les étapes.

 

 

Vous sublimez les objets du quotidien, vous parlez de spiritualité, de voyage, comment un thème s’impose-t-il à vous ?

 

Ce sont mes intérêts depuis que j’ai commencé à m’instruire : archéologie, histoire des religions, des sociétés primitives et traditionnelles. Si je creuse vraiment, je me rappelle qu’en Pologne de nombreux livres pour enfants sont des contes orientaux. Après la guerre en Corée également on retrouvait beaucoup de reproduction d’art coréen, avec une forme de révérence parce que c’était un pays communiste. Cela m’a sûrement inspirée.

 

 

Suites Japonaises à la Galerie du Canon


Discipline: Articles, Arts graphiques,



Catégories : Articles, Arts graphiques,

Retour

Sluban et Lahusen - Jusqu’au 8 septembre à la Galerie du Canon - Toulon

 

Sculptrice et peintre d’origine polonaise, elle vit à Paris depuis de nombreuses années. A la Galerie du Canon, elle nous dévoile l’étendue de son art, avec ses objets du quotidien laqués aux lignes pures et ses monochromes au plomb qui dévoilent toute sa profondeur.

 

 

Vos peintures et sculptures se répondent, vous semblez passer d’un art à l’autre avec aisance, pour vous il n’y a plus de frontière ?

 

Peinture et sculpture sont deux modes de pensée complétement différents. Je crois que je pense d’abord en volume, mais j’aime beaucoup faire les deux pour épuiser un sujet. J’ai eu une formation de peintre, aux Beaux-Arts de Varsovie, Genève, et Paris. Alors la sculpture pour moi est une sorte de miracle, mais quand j’en fais, j’ai la nostalgie de la peinture. J’ai choisi de créer des objets sculptés simples. Et les peintures sont une sorte de coupe de ceux-ci, une vue de l’intérieur. En sculpture, une fois que vous avez le concept, ce ne sont plus que des problèmes techniques et de la connaissance de matériaux. La peinture, c’est plus intellectuel : vous faites un trait, une tâche, et tout est bouleversé.

 

 

La plupart de vos œuvres aujourd’hui tournent autour du japon, qu’est-ce qui vous fascine dans ce pays ?


Ce n’est pas seulement le Japon, mais l’Extrême-Orient, depuis 1993. Je me suis intéressé à l’Inde et au bouddhisme au départ. Je viens d’un pays qui était libre culturellement mais avec des frontières fermées et un mode de vie austère. Culturellement la liberté était grande, dans la musique contemporaine, le graphisme, le théâtre. Par contre, on ne pouvait pas voyager. Alors dès que je pouvais je voulais découvrir le monde. J’avais un ami ukrainien, un vieux monsieur qui donnait des cours à Lausanne et qui était orientaliste. Dès que je pouvais, je partais dans cette direction, c’était pour moi une nouvelle façon de penser. J’ai plus tard, découvert le Japon au travers d’amis japonais. Depuis quelques années, je travaille sur Utagawa Hiroshige et son parcours de Kyoto à Edo. Récemment ce qui m’intéresse le plus, ce n’est plus des questions philosophiques de vie et mort, mais la vie quotidienne, le symbolisme des objets simples qui vous accompagnent. Les dessins de Hiroshige m’ont fait découvrir la magie de la vie quotidienne au Japon. C’est un pas de plus après l’inde. C’est une civilisation plus proche de l’Occident et en même temps terriblement hermétique, qui s’est ouverte au monde uniquement au XIXème. C’est un pays très étrange qui me fascine toujours.

 

 

Vous travaillez principalement sur feuilles de plomb et avec de la laque chinoise, comment se sont opérés ces choix ?


Le plomb est souple, facile à manier et à plier. J’ai aussi découvert sa couleur incroyable, la réflexion de la lumière sur lui. Enfin, il y a le côté symbolique : les alchimistes, la transmutation… Tout est merveilleux dans le plomb, sauf son poids et sa fragilité. Pour la peinture c’est génial, car il est légèrement poreux, vous n’avez pas besoin de préparation. J’ai développé une technique où les différents noirs sont obtenus par des différences de polissage.
Quant à la laque, elle est pour moi très proche des techniques traditionnelles. J’aime l’artisanat d’art. Au japon on ne le distingue pas de l’Art académique. Avec le plomb, je reste principalement dans le noir et blanc, le monochrome, car le plomb est tellement riche que l’on ne peut pas vraiment y adjoindre de couleur. La laque provient surtout d’une furieuse envie de couleur. Je travaille depuis longtemps sur les superpositions, et c’est le cas pour la laque : il y a vingt couches. Elle continue mes recherches sur la profondeur, les reflets, les couleurs. Quand vous mettez de la laque à la lumière du jour, vous distinguez toutes les étapes.

 

 

Vous sublimez les objets du quotidien, vous parlez de spiritualité, de voyage, comment un thème s’impose-t-il à vous ?

 

Ce sont mes intérêts depuis que j’ai commencé à m’instruire : archéologie, histoire des religions, des sociétés primitives et traditionnelles. Si je creuse vraiment, je me rappelle qu’en Pologne de nombreux livres pour enfants sont des contes orientaux. Après la guerre en Corée également on retrouvait beaucoup de reproduction d’art coréen, avec une forme de révérence parce que c’était un pays communiste. Cela m’a sûrement inspirée.

 

 

Suites Japonaises à la Galerie du Canon