zoom
 -bat-  Écran Total

-bat- Écran Total

    Partager sur :

- bat -, le chanteur et compositeur toulonnais, qui nous a fait le plaisir de venir jouer aux côtés d’Hifiklub pour l’anniversaire du magazine, était en train travailler sur son nouvel album et son nouveau spectacle, quand l’annonce est tombée. Bien sûr, c’est une situation qui n’a pas manqué de l’inspirer...

Tu viens de finir un morceau inspiré par notre confinement : « Écran total ». C’était important pour toi de réagir à la situation ?

Comme tout le monde, j’ai été frappé par l’annonce de ce confinement et le mode de vie qu’il entraîne. Dès les premiers jours, je me suis mis à écrire et à réfléchir à ça. La manière la plus simple, ludique et naturelle de m’exprimer est de fabriquer des chansons. Celle-ci m’est venue naturellement. Ce qui m’a le plus marqué c’est cet écran total qui se met en place entre les gens, ce qui a donné le titre de cette chanson. Mais ce n’était pas suffisant de la maquetter pour extérioriser ça. J’ai eu envie d’y associer les gens qui m’entourent. J’ai demandé à Valentin Mussou qui avait réalisé mon précédent disque de réarranger le titre et il l’a fait avec plaisir. On s’est retrouvé avec une chanson qui existait et en parlant avec mes filles, nous avons décidé de réaliser un clip. On a fait une chorégraphie, on s’est déguisés, et on a fait tourner la caméra : ce clip « Ecran total » est né assez rapidement. C’est une belle aventure : on l’a postée sur les réseaux et plein de gens l’ont partagée.

Tu as même des projets de sessions / concert sur YouTube....

J’ai l’intention de continuer sur la lancée du clip en faisant des « Appart’ sessions ». Je vais chanter des chansons dans chacune des pièces de l’appartement. J’ai commencé il y a quelques jours avec « Président », chantée ici même dans le salon. Hier, j’ai réussi à chanter « Je ne me souviens jamais de mes rêves », allongé sur le lit. Et demain je compte m’attaquer au piano à la reprise que je fais de Jaques Brel « Ces gens- là » et ça va sûrement continuer comme ça jusque la fin du confinement. Juste avant l’annonce, j’étais en résidence dans un théâtre pour façonner et mettre en scène mon spectacle en solo, avec l’association Tandem. On s’était dit qu’à la fin de cette résidence, on allait filmer cette formule solo. Mais c’est bien sûr tombé à l’eau, j’espère donc que ces « appart’ session » permettront de faire circuler les chansons !

Tu travailles sur un nouvel album, avec des sonorités plus synthétiques moins d’accordéon, c’est une évolution ?

Je travaille en effet sur un nouvel album, qui s’intitulera également : « Ecran Total ». C’est une thématique qui traverse mes chansons depuis quelques mois. Dans la réalisation, en effet, il y a un peu moins d’accordéon. L’année dernière, j’ai sorti un album qui s’appelle « Point », qui comptait déjà des sonorités acoustiques et électroniques. Mais, en effet, ma façon de créer ces chansons a un peu évolué. J’ai beaucoup moins composé à l’accordéon mais plus aux claviers. C’est surement dû au fait que je reprends des cours de piano jazz au Conservatoire depuis deux ans, reprenant ainsi contact avec mon premier instrument. Je redécouvre tout ça. Je prends des cours d’harmonie, me questionne sur d’autres manières d’agencer mes titres. En ce moment, c’est au piano que ça vient ! Une autre raison est que ces morceaux sont composés via des logiciels, sur ordinateur. On bidouille des sons, on tourne des boutons : le mécanisme est très intuitif ! Je viens d’une scène française où les chansons naissaient en répétition, d’une semaine sur l’autre. Là, c’est différent : elles sont fabriquées sur l’ordi, maquettées, envoyées aux personnes avec lesquelles je collabore pour arranger ces morceaux. Puis elles reviennent, je fais une voix, je les renvoie, on change la tonalité. Bref tout se passe via ordinateur, via cet... écran total !

 

 

 

 


Discipline: Articles, Musique,



Catégories : Articles, Musique,

Retour

- bat -, le chanteur et compositeur toulonnais, qui nous a fait le plaisir de venir jouer aux côtés d’Hifiklub pour l’anniversaire du magazine, était en train travailler sur son nouvel album et son nouveau spectacle, quand l’annonce est tombée. Bien sûr, c’est une situation qui n’a pas manqué de l’inspirer...

Tu viens de finir un morceau inspiré par notre confinement : « Écran total ». C’était important pour toi de réagir à la situation ?

Comme tout le monde, j’ai été frappé par l’annonce de ce confinement et le mode de vie qu’il entraîne. Dès les premiers jours, je me suis mis à écrire et à réfléchir à ça. La manière la plus simple, ludique et naturelle de m’exprimer est de fabriquer des chansons. Celle-ci m’est venue naturellement. Ce qui m’a le plus marqué c’est cet écran total qui se met en place entre les gens, ce qui a donné le titre de cette chanson. Mais ce n’était pas suffisant de la maquetter pour extérioriser ça. J’ai eu envie d’y associer les gens qui m’entourent. J’ai demandé à Valentin Mussou qui avait réalisé mon précédent disque de réarranger le titre et il l’a fait avec plaisir. On s’est retrouvé avec une chanson qui existait et en parlant avec mes filles, nous avons décidé de réaliser un clip. On a fait une chorégraphie, on s’est déguisés, et on a fait tourner la caméra : ce clip « Ecran total » est né assez rapidement. C’est une belle aventure : on l’a postée sur les réseaux et plein de gens l’ont partagée.

Tu as même des projets de sessions / concert sur YouTube....

J’ai l’intention de continuer sur la lancée du clip en faisant des « Appart’ sessions ». Je vais chanter des chansons dans chacune des pièces de l’appartement. J’ai commencé il y a quelques jours avec « Président », chantée ici même dans le salon. Hier, j’ai réussi à chanter « Je ne me souviens jamais de mes rêves », allongé sur le lit. Et demain je compte m’attaquer au piano à la reprise que je fais de Jaques Brel « Ces gens- là » et ça va sûrement continuer comme ça jusque la fin du confinement. Juste avant l’annonce, j’étais en résidence dans un théâtre pour façonner et mettre en scène mon spectacle en solo, avec l’association Tandem. On s’était dit qu’à la fin de cette résidence, on allait filmer cette formule solo. Mais c’est bien sûr tombé à l’eau, j’espère donc que ces « appart’ session » permettront de faire circuler les chansons !

Tu travailles sur un nouvel album, avec des sonorités plus synthétiques moins d’accordéon, c’est une évolution ?

Je travaille en effet sur un nouvel album, qui s’intitulera également : « Ecran Total ». C’est une thématique qui traverse mes chansons depuis quelques mois. Dans la réalisation, en effet, il y a un peu moins d’accordéon. L’année dernière, j’ai sorti un album qui s’appelle « Point », qui comptait déjà des sonorités acoustiques et électroniques. Mais, en effet, ma façon de créer ces chansons a un peu évolué. J’ai beaucoup moins composé à l’accordéon mais plus aux claviers. C’est surement dû au fait que je reprends des cours de piano jazz au Conservatoire depuis deux ans, reprenant ainsi contact avec mon premier instrument. Je redécouvre tout ça. Je prends des cours d’harmonie, me questionne sur d’autres manières d’agencer mes titres. En ce moment, c’est au piano que ça vient ! Une autre raison est que ces morceaux sont composés via des logiciels, sur ordinateur. On bidouille des sons, on tourne des boutons : le mécanisme est très intuitif ! Je viens d’une scène française où les chansons naissaient en répétition, d’une semaine sur l’autre. Là, c’est différent : elles sont fabriquées sur l’ordi, maquettées, envoyées aux personnes avec lesquelles je collabore pour arranger ces morceaux. Puis elles reviennent, je fais une voix, je les renvoie, on change la tonalité. Bref tout se passe via ordinateur, via cet... écran total !