zoom
Beligh Guezah - Des concerts pour le public.

Beligh Guezah - Des concerts pour le public.

    Partager sur :

Il faut reporter le festival Couleurs Urbaines au printemps 2021 ? Qu’à cela ne tienne, Beligh crée un festival d’hiver. Car évidemment, ce passionné ne pouvait pas se passer de live pendant aussi longtemps. Autre bonne nouvelle, la soirée que nous devions organiser ensemble dans le cadre des Nuits T pourrait avoir lieu prochainement, à suivre.

Comment s’est passée cette période pour toi ?

Le confinement nous a donné l’occasion de nous renouveler ! Nous avons pris du recul sur toutes ces années d’organisation d’évènement et sommes sûrs d’une chose : nous ne voulons pas arrêter ! Au départ, je voulais reporter Couleurs Urbaines à la fin de l’été mais les annonces gouvernementales étaient de pire en pire, donc nous reportons à 2021. Nous serons les derniers à rouvrir nos structures, mais l’espoir est déjà plus présent qu’il y a quelques semaines. Le festival est reporté à l’année prochaine et nous construisons d’autres propositions pour la saison à venir. C’est bientôt la Fête de la Musique, nous programmons une soirée locale avec des artistes que l’on a repérés, sur une base de DJ sets et de concerts acoustiques. L’ouverture de Couleurs Urbaines était prévue pendant les Nuits T au Centre Culturel Tisot en partenariat avec Radio Active et Cité des Arts. Nous pensons refaire cette date, mais à la rentrée. Le public me manque beaucoup. J’ai donc décidé de crée un festival Couleurs Urbaines version hiver. Nous mettrons en place une programmation dans les salles de la Métropole qui nous ont déjà accueillis : Tisot, les Lices, le Port des Créateurs… J’ai bon espoir que tout ça soit bientôt fini et qu’il n’y ait plus toutes ces contraintes pour reprendre en force à la rentrée ! Concernant Couleurs Urbaines, il y aura quatre jours aux Chapiteaux de la Mer, au lieu de trois, du 27 au 30 mai. En outre, deux soirées seront prévues à Toulon, au Port des Créateurs et à la Tour Royale. La programmation sera presque identique, seul un ou deux groupes ne pourront pas venir à cause des dates de leur tournée mais il y aura de nouveaux groupes, dont une belle surprise ! Point positif, le confinement m’a permis de faire de belles trouvailles musicales, et j’ai hâte d’aller voir si ce sont de bons groupes de scène pour pouvoir les programmer.

Quelles réactions a eu le public face à l’annulation ?

C’est ce qui me donne envie de continuer, ils nous ont beaucoup soutenu ! Les demandes de remboursement n’ont pas atteint la moitié. Beaucoup gardent leur billet pour l’année prochaine ou nous ont laissé la somme pour soutenir l’association. C’est le public qui fait fonctionner le festival. Un grand merci à tous ! Ce soutien est vital, c’est ce qui nous tient car tout ce que l’on fait n’aurait pas de sens si le public n’était pas au rendez-vous.

Et du côté des artistes ?

La plupart ont répondu présents, ils seront là. Il y a une grande solidarité également avec les tourneurs !

Comment vois-tu l’avenir ?

La plus grosse crainte dans notre secteur est que le public change d’habitudes. C’est pour cela qu’il faut rapidement réouvrir les salles de spectacle. Notre métier, ce n’est pas la distanciation sociale, c’est au contraire communier ensemble. Je remarque déjà un changement et il n’est pas positif. C’est pour cela que l’on doit se renouveler et nous cherchons encore la bonne manière de le faire. Nos idées iront dans le sens d’un public physique et non à la maison. Sans public, j’arrête le métier demain. Déjà, nous avons la chance d’être dans un environnement de travail favorable au Port des Créateurs, au contact d’autres structures.

 

Site internet : Couleurs Urbaines


Discipline: Articles, Musique, Événements,



Catégories : Articles, Musique, Événements,

Retour

Il faut reporter le festival Couleurs Urbaines au printemps 2021 ? Qu’à cela ne tienne, Beligh crée un festival d’hiver. Car évidemment, ce passionné ne pouvait pas se passer de live pendant aussi longtemps. Autre bonne nouvelle, la soirée que nous devions organiser ensemble dans le cadre des Nuits T pourrait avoir lieu prochainement, à suivre.

Comment s’est passée cette période pour toi ?

Le confinement nous a donné l’occasion de nous renouveler ! Nous avons pris du recul sur toutes ces années d’organisation d’évènement et sommes sûrs d’une chose : nous ne voulons pas arrêter ! Au départ, je voulais reporter Couleurs Urbaines à la fin de l’été mais les annonces gouvernementales étaient de pire en pire, donc nous reportons à 2021. Nous serons les derniers à rouvrir nos structures, mais l’espoir est déjà plus présent qu’il y a quelques semaines. Le festival est reporté à l’année prochaine et nous construisons d’autres propositions pour la saison à venir. C’est bientôt la Fête de la Musique, nous programmons une soirée locale avec des artistes que l’on a repérés, sur une base de DJ sets et de concerts acoustiques. L’ouverture de Couleurs Urbaines était prévue pendant les Nuits T au Centre Culturel Tisot en partenariat avec Radio Active et Cité des Arts. Nous pensons refaire cette date, mais à la rentrée. Le public me manque beaucoup. J’ai donc décidé de crée un festival Couleurs Urbaines version hiver. Nous mettrons en place une programmation dans les salles de la Métropole qui nous ont déjà accueillis : Tisot, les Lices, le Port des Créateurs… J’ai bon espoir que tout ça soit bientôt fini et qu’il n’y ait plus toutes ces contraintes pour reprendre en force à la rentrée ! Concernant Couleurs Urbaines, il y aura quatre jours aux Chapiteaux de la Mer, au lieu de trois, du 27 au 30 mai. En outre, deux soirées seront prévues à Toulon, au Port des Créateurs et à la Tour Royale. La programmation sera presque identique, seul un ou deux groupes ne pourront pas venir à cause des dates de leur tournée mais il y aura de nouveaux groupes, dont une belle surprise ! Point positif, le confinement m’a permis de faire de belles trouvailles musicales, et j’ai hâte d’aller voir si ce sont de bons groupes de scène pour pouvoir les programmer.

Quelles réactions a eu le public face à l’annulation ?

C’est ce qui me donne envie de continuer, ils nous ont beaucoup soutenu ! Les demandes de remboursement n’ont pas atteint la moitié. Beaucoup gardent leur billet pour l’année prochaine ou nous ont laissé la somme pour soutenir l’association. C’est le public qui fait fonctionner le festival. Un grand merci à tous ! Ce soutien est vital, c’est ce qui nous tient car tout ce que l’on fait n’aurait pas de sens si le public n’était pas au rendez-vous.

Et du côté des artistes ?

La plupart ont répondu présents, ils seront là. Il y a une grande solidarité également avec les tourneurs !

Comment vois-tu l’avenir ?

La plus grosse crainte dans notre secteur est que le public change d’habitudes. C’est pour cela qu’il faut rapidement réouvrir les salles de spectacle. Notre métier, ce n’est pas la distanciation sociale, c’est au contraire communier ensemble. Je remarque déjà un changement et il n’est pas positif. C’est pour cela que l’on doit se renouveler et nous cherchons encore la bonne manière de le faire. Nos idées iront dans le sens d’un public physique et non à la maison. Sans public, j’arrête le métier demain. Déjà, nous avons la chance d’être dans un environnement de travail favorable au Port des Créateurs, au contact d’autres structures.

 

Site internet : Couleurs Urbaines