zoom
Captain XXI - Transporter le public.

Captain XXI - Transporter le public.

    Partager sur :

Musique

Performance en duo
La Tour Royale - Toulon
Samedi 28 août à 19h30

 

« L’image a certainement autant de force que les mots ou la parole et cela m’inspire complètement ! ». Ce sont les paroles de Captain XXI à propos de sa participation au Festival Cinéma en Liberté. Pour lui, le pouvoir de l’image est très proche des émotions que transmettent la musique.

Comment as-tu décidé de devenir DJ ?
En 1999, je suis allé à Londres assister au carnaval Jamaïcain de Notting Hill. Je me souviens avoir été complètement impressionné par ces messages que pouvait transmettre un DJ à une foule. Il y avait vraiment un échange, j’ai trouvé ça incroyable. Je me suis dit que, moi aussi, j’aimerais bien avoir ce type d’échanges avec un public, pouvoir leur transmettre quelque chose, leur passer un message, une énergie, et qu’en retour le public me la renvoie. C’est à ce concert que j’ai su que je voulais devenir DJ. Deux ans après, en 2001, j’ai vraiment pris la décision de me mettre au DJing et décidé que mon pseudonyme allait être défini par cette année-là, en enlevant les deux zéros : « Captain XXI » ! « Captain », comme un petit clin d’œil au capitaine d’un navire ou d’un vaisseau spatial qui emmène avec lui les gens dans un voyage sonore.

Quel est ton processus créatif ?
Je n’ai pas vraiment de modèle, je réalise essentiellement des DJ set que je vais adapter à l’ambiance d’un lieu ou à une thématique. C’est en m’inspirant d’eux que je vais trouver les morceaux à enchaîner et réfléchir à comment personnaliser cette musique avec des effets, des paroles, des musiques de films... Ça dépend vraiment du contexte dans lequel je vais me produire.

Comment est née ta collaboration avec Matt.B ?
C’est venu de façon très naturelle, nous sommes amis avant tout. On voulait savoir ce qui allait naître de cette union entre musique et dessin, du mélange des deux disciplines artistiques, du sonore et du visuel. On voulait aussi apporter quelque chose de différent au public et on se doutait que ces deux arts allaient être bien accueillis ensemble. À l’époque, on avait déjà collaboré, on savait comment fonctionnait l’autre, en tant qu’artiste. Nous souhaitons transmettre la sensibilité et les gestes d’un peintre qui s’attache à trouver une harmonie entre son trait et les émotions que lui procurent la musique que je vais jouer.

Quel est ton rapport au cinéma et comment penses-tu que va se passer le concert ?
Je connais mieux la musique, mais j’aime beaucoup le septième art. Mes premiers souvenirs sont certainement « La guerre du feu » de Jean-Jacques Annaud, un film traumatisant pour un petit enfant (rires). Pour moi, le Festival est une grande inconnue : c’est notre premier festival de cinéma. En général, nous nous produisons dans des festivals musicaux. Là, c’est nouveau pour nous, mais je suis sûr que nous allons produire une performance très chouette ! On va travailler en partant du thème du cinéma bien sûr, mais notre recherche avant tout est d’apporter des émotions et du bonheur au public. On fait ce métier-là pour ça. L’idée est que le public s’évade de son quotidien. Toute la semaine, ils travaillent, le weekend arrive et ils vont se détendre dans des festivals… En plus, le lieu est superbe. Nous voulons apporter un peu de joie dans ce monde quelque peu étrange. 

Juillet 2021


Discipline: Articles, Musique



Catégories : Articles, Musique

Retour

Musique

Performance en duo
La Tour Royale - Toulon
Samedi 28 août à 19h30

 

« L’image a certainement autant de force que les mots ou la parole et cela m’inspire complètement ! ». Ce sont les paroles de Captain XXI à propos de sa participation au Festival Cinéma en Liberté. Pour lui, le pouvoir de l’image est très proche des émotions que transmettent la musique.

Comment as-tu décidé de devenir DJ ?
En 1999, je suis allé à Londres assister au carnaval Jamaïcain de Notting Hill. Je me souviens avoir été complètement impressionné par ces messages que pouvait transmettre un DJ à une foule. Il y avait vraiment un échange, j’ai trouvé ça incroyable. Je me suis dit que, moi aussi, j’aimerais bien avoir ce type d’échanges avec un public, pouvoir leur transmettre quelque chose, leur passer un message, une énergie, et qu’en retour le public me la renvoie. C’est à ce concert que j’ai su que je voulais devenir DJ. Deux ans après, en 2001, j’ai vraiment pris la décision de me mettre au DJing et décidé que mon pseudonyme allait être défini par cette année-là, en enlevant les deux zéros : « Captain XXI » ! « Captain », comme un petit clin d’œil au capitaine d’un navire ou d’un vaisseau spatial qui emmène avec lui les gens dans un voyage sonore.

Quel est ton processus créatif ?
Je n’ai pas vraiment de modèle, je réalise essentiellement des DJ set que je vais adapter à l’ambiance d’un lieu ou à une thématique. C’est en m’inspirant d’eux que je vais trouver les morceaux à enchaîner et réfléchir à comment personnaliser cette musique avec des effets, des paroles, des musiques de films... Ça dépend vraiment du contexte dans lequel je vais me produire.

Comment est née ta collaboration avec Matt.B ?
C’est venu de façon très naturelle, nous sommes amis avant tout. On voulait savoir ce qui allait naître de cette union entre musique et dessin, du mélange des deux disciplines artistiques, du sonore et du visuel. On voulait aussi apporter quelque chose de différent au public et on se doutait que ces deux arts allaient être bien accueillis ensemble. À l’époque, on avait déjà collaboré, on savait comment fonctionnait l’autre, en tant qu’artiste. Nous souhaitons transmettre la sensibilité et les gestes d’un peintre qui s’attache à trouver une harmonie entre son trait et les émotions que lui procurent la musique que je vais jouer.

Quel est ton rapport au cinéma et comment penses-tu que va se passer le concert ?
Je connais mieux la musique, mais j’aime beaucoup le septième art. Mes premiers souvenirs sont certainement « La guerre du feu » de Jean-Jacques Annaud, un film traumatisant pour un petit enfant (rires). Pour moi, le Festival est une grande inconnue : c’est notre premier festival de cinéma. En général, nous nous produisons dans des festivals musicaux. Là, c’est nouveau pour nous, mais je suis sûr que nous allons produire une performance très chouette ! On va travailler en partant du thème du cinéma bien sûr, mais notre recherche avant tout est d’apporter des émotions et du bonheur au public. On fait ce métier-là pour ça. L’idée est que le public s’évade de son quotidien. Toute la semaine, ils travaillent, le weekend arrive et ils vont se détendre dans des festivals… En plus, le lieu est superbe. Nous voulons apporter un peu de joie dans ce monde quelque peu étrange. 

Juillet 2021