zoom
Ce sourd entendait l'infini... - Châteauvallon - 16h00

Ce sourd entendait l'infini... - Châteauvallon - 16h00

    Partager sur :

Ami Flammer, entouré de ses trois amis Paul Serri au violon, Michel Michalakakos à l’alto et Diana Ligeti au violoncelle, fête de la plus belle manière qui soit le 250ème anniversaire de la naissance de Ludwig van Beethoven en interprétant ses trois derniers quatuors à cordes opus 131, 132 et 135. L’occasion de célébrer également les 300 ans de son violon – un Guarnerius, Joseph fils d’André. Il a appartenu à Ignace Schuppanzigh, grand violoniste, ami de Beethoven et créateur du premier quatuor constitué – la forme parfaite : quatre tessitures : deux violons, un alto, un violoncelle, l’instrument à seize cordes ! Les quatre derniers quatuors de Beethoven ont été joués sur ce violon ; Beethoven l’a bien connu, mais ne l’a jamais entendu puisqu’il était sourd depuis longtemps. Ce double anniversaire permet de faire corps avec un moment inouï de l’histoire de la musique que représentent ces dernières compositions, hors des règles de l’écriture et pourtant toujours cohérentes, ayant ouvert la voie à des compositeurs tels John Cage ou Salvator Sciarrino. Un concert fleuve pour ceux qui, comme Ami Flammer, continuent à être émerveillés par l’imaginaire sonore et musical de Beethoven. 250 ans et toujours pas une ride !

https://www.chateauvallon-liberte.fr/evenement/ce-sourd-entendait-linfini/


Discipline: Agenda, Musique, Théâtre

Ville: Ollioules

Date: 27 février 2022.



Catégories : Agenda, Musique, Théâtre

Retour
Ami Flammer, entouré de ses trois amis Paul Serri au violon, Michel Michalakakos à l’alto et Diana Ligeti au violoncelle, fête de la plus belle manière qui soit le 250ème anniversaire de la naissance de Ludwig van Beethoven en interprétant ses trois derniers quatuors à cordes opus 131, 132 et 135. L’occasion de célébrer également les 300 ans de son violon – un Guarnerius, Joseph fils d’André. Il a appartenu à Ignace Schuppanzigh, grand violoniste, ami de Beethoven et créateur du premier quatuor constitué – la forme parfaite : quatre tessitures : deux violons, un alto, un violoncelle, l’instrument à seize cordes ! Les quatre derniers quatuors de Beethoven ont été joués sur ce violon ; Beethoven l’a bien connu, mais ne l’a jamais entendu puisqu’il était sourd depuis longtemps. Ce double anniversaire permet de faire corps avec un moment inouï de l’histoire de la musique que représentent ces dernières compositions, hors des règles de l’écriture et pourtant toujours cohérentes, ayant ouvert la voie à des compositeurs tels John Cage ou Salvator Sciarrino. Un concert fleuve pour ceux qui, comme Ami Flammer, continuent à être émerveillés par l’imaginaire sonore et musical de Beethoven. 250 ans et toujours pas une ride ! https://www.chateauvallon-liberte.fr/evenement/ce-sourd-entendait-linfini/