zoom
Chantal Goya - Une histoire de famille

Chantal Goya - Une histoire de famille

    Partager sur :

 

MUSIQUE |

"Le Monde magique " de Chantal Goya
Salle Gérard Philipe - La Garde
Dimanche 12 décembre 14h30 et 17h30

 

 

Depuis quarante ans, Chantal Goya défend son univers lié à l’enfance à travers les générations. Avant les fêtes de Noël, c’est une histoire de famille, de traditions et de transmissions. Le show continue cette année à La Garde !

 

Les enfants qui venaient à vos spectacles sont maintenant devenus parents et viennent avec leurs propres enfants. Quel effet cela vous fait ?

Ça me rassure beaucoup. Ça veut dire que le spectacle et tout ce que j’ai donné dans ma vie depuis quarante ans continue à exister. Ça me fait plaisir. Ca veut dire que c’est transmissible et que ce sont des spectacles intemporels avec des chansons intemporelles. J’ai beaucoup de fans autour de moi qui m’ont connue lorsqu’ils avaient cinq ou six ans... Il y en a même un qui a réussi à garder toutes les photos de ma carrière : quand j’ai besoin de photos, c’est lui que j’appelle ! Un autre, a gardé tout les extraits d'émissions de télévision que j’ai faites !

 

Les enfants sont-ils différents aujourd’hui ?

Je les trouve encore plus petits. Avant ils avaient 8 ou 10 ans, maintenant ils ont entre 2 et 4 ans...Et les parents sont comme des fous derrière à chanter toutes mes chansons... Je vois bien que ce sont les parents qui apprennent toutes mes chansons à leurs enfants. On m’a souvent dit que j'étais un repère dans les différentes étapes de leur vie : de leur enfance jusqu’à ce qu’ils deviennent parents à leur tour. C’est en quelque sorte une histoire de transmission familiale et j’en suis vraiment reconnaissante et heureuse.

 

Qu’y a-t-il d’intemporel dans l’écriture de votre mari Jean-Jacques Debout ?

De très jolis mots. De très jolies phrases. Ce sont de belles histoires, les enfants et les parents sont très touchés par les histoires que l’on raconte dans mes chansons. Ce n'est pas que de la musique, mais avant tout des histoires... Il y a l’histoire du Panda, celle du Lapin, du Doudou, une nouvelle chanson. Elle est très demandée partout d'ailleurs... Je l’ai écrite avec mon mari. Il a fait la musique, et je me suis occupé du refrain. Nous avons appris qu'il y a plus de vingt millions de doudous en France mais il n’y avait pas une seule chanson sur eux. Là c'est celle d'un doudou perdu que Mamie a retrouvé le jour de Noël. J’ai été très contente de faire cette chanson avec Jean-Jacques, elle commence à être incontournable et sera intégrée dans ce spectacle. Je l’aime beaucoup et je me suis rendu compte que lorsque j’aime quelque chose le public aussi l’aime. En fait, je ressemble à mon public, et je ressens un lien très fort avec lui. On fait tous partie de la même famille d’une certaine manière. On ressent les mêmes émotions, je trouve ça magique. J’ai déjà pu la jouer cette chanson du doudou, c'était incroyable. Pendant le refrain tout les enfants de la salle de spectacle avaient leurs doudous à la main et me les ont montrés. Il y avait quelque chose de très fort dans ce geste.

 

Le 12 décembre, vous faites un concert à La Garde, quelles chansons pourra-t-on écouter ?

Le Lapin, Panda, Bécassine, le Chat Botté... J’ai même rajouté des chansons de Noël : "Vive le Vent", "Petit Papa Noël" que je chante aussi dans mon nouvel album. Egalement le Doudou, les Poupées, la Petite Filles aux Allumettes, et toutes les chansons intemporelles.... Environ vingt chansons au total, dont six de mon nouvel album “ Chantal Goya chante Noël", le tout premier album de Noël de ma carrière !

Emilie Palandri

Décembre 2021


Discipline: Articles, Musique, Sur les planches, Événements



Catégories : Articles, Musique, Sur les planches, Événements

Retour

 

MUSIQUE |

"Le Monde magique " de Chantal Goya
Salle Gérard Philipe - La Garde
Dimanche 12 décembre 14h30 et 17h30

 

 

Depuis quarante ans, Chantal Goya défend son univers lié à l’enfance à travers les générations. Avant les fêtes de Noël, c’est une histoire de famille, de traditions et de transmissions. Le show continue cette année à La Garde !

 

Les enfants qui venaient à vos spectacles sont maintenant devenus parents et viennent avec leurs propres enfants. Quel effet cela vous fait ?

Ça me rassure beaucoup. Ça veut dire que le spectacle et tout ce que j’ai donné dans ma vie depuis quarante ans continue à exister. Ça me fait plaisir. Ca veut dire que c’est transmissible et que ce sont des spectacles intemporels avec des chansons intemporelles. J’ai beaucoup de fans autour de moi qui m’ont connue lorsqu’ils avaient cinq ou six ans... Il y en a même un qui a réussi à garder toutes les photos de ma carrière : quand j’ai besoin de photos, c’est lui que j’appelle ! Un autre, a gardé tout les extraits d'émissions de télévision que j’ai faites !

 

Les enfants sont-ils différents aujourd’hui ?

Je les trouve encore plus petits. Avant ils avaient 8 ou 10 ans, maintenant ils ont entre 2 et 4 ans...Et les parents sont comme des fous derrière à chanter toutes mes chansons... Je vois bien que ce sont les parents qui apprennent toutes mes chansons à leurs enfants. On m’a souvent dit que j'étais un repère dans les différentes étapes de leur vie : de leur enfance jusqu’à ce qu’ils deviennent parents à leur tour. C’est en quelque sorte une histoire de transmission familiale et j’en suis vraiment reconnaissante et heureuse.

 

Qu’y a-t-il d’intemporel dans l’écriture de votre mari Jean-Jacques Debout ?

De très jolis mots. De très jolies phrases. Ce sont de belles histoires, les enfants et les parents sont très touchés par les histoires que l’on raconte dans mes chansons. Ce n'est pas que de la musique, mais avant tout des histoires... Il y a l’histoire du Panda, celle du Lapin, du Doudou, une nouvelle chanson. Elle est très demandée partout d'ailleurs... Je l’ai écrite avec mon mari. Il a fait la musique, et je me suis occupé du refrain. Nous avons appris qu'il y a plus de vingt millions de doudous en France mais il n’y avait pas une seule chanson sur eux. Là c'est celle d'un doudou perdu que Mamie a retrouvé le jour de Noël. J’ai été très contente de faire cette chanson avec Jean-Jacques, elle commence à être incontournable et sera intégrée dans ce spectacle. Je l’aime beaucoup et je me suis rendu compte que lorsque j’aime quelque chose le public aussi l’aime. En fait, je ressemble à mon public, et je ressens un lien très fort avec lui. On fait tous partie de la même famille d’une certaine manière. On ressent les mêmes émotions, je trouve ça magique. J’ai déjà pu la jouer cette chanson du doudou, c'était incroyable. Pendant le refrain tout les enfants de la salle de spectacle avaient leurs doudous à la main et me les ont montrés. Il y avait quelque chose de très fort dans ce geste.

 

Le 12 décembre, vous faites un concert à La Garde, quelles chansons pourra-t-on écouter ?

Le Lapin, Panda, Bécassine, le Chat Botté... J’ai même rajouté des chansons de Noël : "Vive le Vent", "Petit Papa Noël" que je chante aussi dans mon nouvel album. Egalement le Doudou, les Poupées, la Petite Filles aux Allumettes, et toutes les chansons intemporelles.... Environ vingt chansons au total, dont six de mon nouvel album “ Chantal Goya chante Noël", le tout premier album de Noël de ma carrière !

Emilie Palandri

Décembre 2021