zoom
Charles Berling, L'Art est à hauteur d'homme

Charles Berling, L'Art est à hauteur d'homme

    Partager sur :

06.04 - Inauguration du Chemin des Créateurs

 

Charles Berling, comédien et directeur de Châteauvallon scène nationale et du Liberté scène nationale, sera le parrain des Journées Européennes des Métiers d’Arts 2019 à Ollioules. Le 6 avril, il inaugurera le Chemin des Créateurs d’Ollioules. Il défend avec conviction l’Art et la Culture, sous toutes ses formes, qui permettent de développer notre sensibilité, notre créativité et notre rapport à l’humain.

 

Vous allez inaugurer le Chemin des Créateurs. Pourquoi est-ce important pour vous d’être le parrain de ce parcours dédié aux Métiers d’Art?
J’ai une affection particulière pour la métropole Toulonnaise parce que je suis né ici. Depuis ma plus tendre enfance, j’ai porté un grand intérêt à l’art et la culture, ce qui m’a amené à étudier l’art, la littérature, la musique, au lycée Dumont D’Urville. Dans les temps que nous vivons, où les algorithmes et le rationnel sont prépondérants, il est important de laisser la place à des métiers d’art et de retrouver sa part d’irrationalité. Je pense que c’est le rôle de chacun et en particulier des hommes politiques de prendre soin d’être animés par l’art, nécessaire à la vie. Depuis longtemps, je m’implique dans le développement du site de Châteauvallon, scène nationale, et c’est avec plaisir que j’ai accepté ce rôle de parrain pour soutenir les artisans d’art.

Qu’est-ce que vous défendez dans les métiers d’art ?
Je note que le métier d’art résonne comme l’artisanat et non comme l’industrialisation. C’est la réappropriation de l’art lui-même et de l’individu. A la différence du commerce de masse où l’on ne trouve plus sa place, le chemin des créateurs sera lié à une pratique personnifiée. Je suis un artisan du théâtre. Le théâtre est un métier artistique que l’on peut qualifier « à hauteur d’homme ». On a un rapport direct avec le public contrairement à la télévision et le cinéma. Il me semble essentiel de préserver un rapport intime aux choses, plutôt qu’au virtuel et à la massification. Dans les métiers d’art, on se reconnecte avec soi-même, on crée avec sa personnalité, son humanité.

En tant que directeur de Châteauvallon, comment vous impliquez-vous dans la commune d’Ollioules ?
Pascale Boeglin-Rodier et moi-même allons nous attacher à rendre à ce lieu sa juste valeur, avec ce même objectif, « un lieu vivant et partageur », qu’avaient Gérard Paquet et Henri Komatis, les fondateurs de ce centre culturel et artistique. Il est important que Châteauvallon soit ancré dans son territoire afin qu’il soit réapproprié par la population d’Ollioules voire par toute la région. C’est la direction que nous voulons prendre. Nous pensons à développer le site naturel, tel que le jardin. Bien plus qu’un site de programmation de spectacles, il doit devenir un lieu de rencontres et d’échanges, destiné à faire vivre l’Art.

Léa Muller

 

Site Officiel des JEMA

Site Web de Châteauvallon, scène nationale


Discipline: Articles, Événements



Catégories : Articles, Événements

Retour

06.04 - Inauguration du Chemin des Créateurs

 

Charles Berling, comédien et directeur de Châteauvallon scène nationale et du Liberté scène nationale, sera le parrain des Journées Européennes des Métiers d’Arts 2019 à Ollioules. Le 6 avril, il inaugurera le Chemin des Créateurs d’Ollioules. Il défend avec conviction l’Art et la Culture, sous toutes ses formes, qui permettent de développer notre sensibilité, notre créativité et notre rapport à l’humain.

 

Vous allez inaugurer le Chemin des Créateurs. Pourquoi est-ce important pour vous d’être le parrain de ce parcours dédié aux Métiers d’Art?
J’ai une affection particulière pour la métropole Toulonnaise parce que je suis né ici. Depuis ma plus tendre enfance, j’ai porté un grand intérêt à l’art et la culture, ce qui m’a amené à étudier l’art, la littérature, la musique, au lycée Dumont D’Urville. Dans les temps que nous vivons, où les algorithmes et le rationnel sont prépondérants, il est important de laisser la place à des métiers d’art et de retrouver sa part d’irrationalité. Je pense que c’est le rôle de chacun et en particulier des hommes politiques de prendre soin d’être animés par l’art, nécessaire à la vie. Depuis longtemps, je m’implique dans le développement du site de Châteauvallon, scène nationale, et c’est avec plaisir que j’ai accepté ce rôle de parrain pour soutenir les artisans d’art.

Qu’est-ce que vous défendez dans les métiers d’art ?
Je note que le métier d’art résonne comme l’artisanat et non comme l’industrialisation. C’est la réappropriation de l’art lui-même et de l’individu. A la différence du commerce de masse où l’on ne trouve plus sa place, le chemin des créateurs sera lié à une pratique personnifiée. Je suis un artisan du théâtre. Le théâtre est un métier artistique que l’on peut qualifier « à hauteur d’homme ». On a un rapport direct avec le public contrairement à la télévision et le cinéma. Il me semble essentiel de préserver un rapport intime aux choses, plutôt qu’au virtuel et à la massification. Dans les métiers d’art, on se reconnecte avec soi-même, on crée avec sa personnalité, son humanité.

En tant que directeur de Châteauvallon, comment vous impliquez-vous dans la commune d’Ollioules ?
Pascale Boeglin-Rodier et moi-même allons nous attacher à rendre à ce lieu sa juste valeur, avec ce même objectif, « un lieu vivant et partageur », qu’avaient Gérard Paquet et Henri Komatis, les fondateurs de ce centre culturel et artistique. Il est important que Châteauvallon soit ancré dans son territoire afin qu’il soit réapproprié par la population d’Ollioules voire par toute la région. C’est la direction que nous voulons prendre. Nous pensons à développer le site naturel, tel que le jardin. Bien plus qu’un site de programmation de spectacles, il doit devenir un lieu de rencontres et d’échanges, destiné à faire vivre l’Art.

Léa Muller

 

Site Officiel des JEMA

Site Web de Châteauvallon, scène nationale