zoom
Charles Berling, les coulisses d'une mise en scène.

Charles Berling, les coulisses d'une mise en scène.

    Partager sur :

Charles Berling s’attaque cette fois-ci à un maitre : Jean-Luc Godard. Il a décidé de mettre en scène une adaptation au théâtre de son film : « Vivre sa vie ». Actuellement en résidence de création à Châteauvallon, il nous dévoile son travail.

 

C’est un challenge particulier de s’attaquer à ce genre de réalisateurs cultes ?
C’est exaltant, passionnant et en même temps impressionnant. Mais il y a dans l’œuvre de Godard beaucoup d’inspiration pour moi. Les sujets qu’il aborde, en particulier dans « Vivre sa vie », la prostitution au sens large dans la société, me touchent. Devant des monuments, il ne faut pas être inhibé. C’est intéressant de revisiter Godard aujourd’hui, il y a un mélange de gravité et d’humour qui est fantastique, c’est d’une impertinence totale. C’est le début des répétitions, nous sommes passionnés et nous allons être irrévérencieux.


Que travaillez-vous pendant cette longue résidence ?
Je crois dans le temps. Nous allons créer le spectacle en juin 19, nous commençons à travailler. Il y aura plusieurs étapes de travail : trois semaines aujourd’hui, où l’on met en place le projet avec les acteurs et l’équipe technique dont notre décorateur, Sylvain Jacques. Cela permet d’expérimenter. Je ne suis pas un théoricien, je suis dans la pratique, la sensation. Nous aurons une autre session en octobre puis nous construirons le décor et en avril-mai, nous nous retrouverons pour aller au bout de cette forme. La résidence permet ce luxe de pouvoir ébaucher des choses, dans une salle, avec quelques moyens techniques et une équipe. Et Châteauvallon est un lieu privilégié, avec une magie, une nature très puissante qui nous stimule.


Les thèmes de ce film : les abus faits aux femmes et la difficulté d’être acteur sont brûlants d’actualité, est-ce la raison de ce choix ?
Oui, j’ai voulu exprimer ça avec cette jeune actrice qui est Pauline Chevillier avec qui j’ai déjà joué. Quand j’observe cette jeunesse, je vois qu’elle peut être amenée à se prostituer, au propre ou au figuré. Ils font des travaux aliénants, subissent leur travail. La pièce va explorer la dimension tragique de l’œuvre. Pour moi, je fais une pièce sur la jeunesse d’aujourd’hui, cette société très dure, consumériste, cannibale avec ces jeunes talents. En même temps, il y aura de l’humour. Il y a tout ça dans Godard. La transposition au théâtre fait ressortir des choses qu’on ne voit pas dans le film.

Comment pensez-vous arriver à intégrer ces différents éléments extérieurs : textes, témoignages, chansons ?
Je ne fais pas une œuvre sur la prostitution elle-même, mais je raconte une histoire. On rajoute des textes, parce que, à l’instar de ce que fait Godard lui-même, je me permets d’aller chercher d’autres choses, ailleurs. On est en 2018 et je vais chercher un ressenti différent. Le théâtre est un moyen d’expression différent du cinéma. J’expérimente des textes, nous sommes en train de voir comment ça résonne.


Vous avez également des projets de livre et de films en ce moment….
J’ai un livre qui va sortir le 29 septembre, autour du métier d’acteur : « Un homme sans identité ». J’essaie d’exprimer ce que je peux vivre dans le fait d’être un homme qui travaille avec la fiction. Je vais aussi tourner un film avec Nicolas Boukrieff, d’après un livre qui s’appelle « Trois jours et une vie », avec Sandrine Bonnaire et Philippe Torreton, sur un scénario magnifique de Pierre Lemaitre. En novembre, il y aura « Lettre à Nour avec Eric Cantona »,
et la saison prochaine toute la tournée de « Art » !


Discipline: Articles, Sur les planches,



Catégories : Articles, Sur les planches,

Retour

Charles Berling s’attaque cette fois-ci à un maitre : Jean-Luc Godard. Il a décidé de mettre en scène une adaptation au théâtre de son film : « Vivre sa vie ». Actuellement en résidence de création à Châteauvallon, il nous dévoile son travail.

 

C’est un challenge particulier de s’attaquer à ce genre de réalisateurs cultes ?
C’est exaltant, passionnant et en même temps impressionnant. Mais il y a dans l’œuvre de Godard beaucoup d’inspiration pour moi. Les sujets qu’il aborde, en particulier dans « Vivre sa vie », la prostitution au sens large dans la société, me touchent. Devant des monuments, il ne faut pas être inhibé. C’est intéressant de revisiter Godard aujourd’hui, il y a un mélange de gravité et d’humour qui est fantastique, c’est d’une impertinence totale. C’est le début des répétitions, nous sommes passionnés et nous allons être irrévérencieux.


Que travaillez-vous pendant cette longue résidence ?
Je crois dans le temps. Nous allons créer le spectacle en juin 19, nous commençons à travailler. Il y aura plusieurs étapes de travail : trois semaines aujourd’hui, où l’on met en place le projet avec les acteurs et l’équipe technique dont notre décorateur, Sylvain Jacques. Cela permet d’expérimenter. Je ne suis pas un théoricien, je suis dans la pratique, la sensation. Nous aurons une autre session en octobre puis nous construirons le décor et en avril-mai, nous nous retrouverons pour aller au bout de cette forme. La résidence permet ce luxe de pouvoir ébaucher des choses, dans une salle, avec quelques moyens techniques et une équipe. Et Châteauvallon est un lieu privilégié, avec une magie, une nature très puissante qui nous stimule.


Les thèmes de ce film : les abus faits aux femmes et la difficulté d’être acteur sont brûlants d’actualité, est-ce la raison de ce choix ?
Oui, j’ai voulu exprimer ça avec cette jeune actrice qui est Pauline Chevillier avec qui j’ai déjà joué. Quand j’observe cette jeunesse, je vois qu’elle peut être amenée à se prostituer, au propre ou au figuré. Ils font des travaux aliénants, subissent leur travail. La pièce va explorer la dimension tragique de l’œuvre. Pour moi, je fais une pièce sur la jeunesse d’aujourd’hui, cette société très dure, consumériste, cannibale avec ces jeunes talents. En même temps, il y aura de l’humour. Il y a tout ça dans Godard. La transposition au théâtre fait ressortir des choses qu’on ne voit pas dans le film.

Comment pensez-vous arriver à intégrer ces différents éléments extérieurs : textes, témoignages, chansons ?
Je ne fais pas une œuvre sur la prostitution elle-même, mais je raconte une histoire. On rajoute des textes, parce que, à l’instar de ce que fait Godard lui-même, je me permets d’aller chercher d’autres choses, ailleurs. On est en 2018 et je vais chercher un ressenti différent. Le théâtre est un moyen d’expression différent du cinéma. J’expérimente des textes, nous sommes en train de voir comment ça résonne.


Vous avez également des projets de livre et de films en ce moment….
J’ai un livre qui va sortir le 29 septembre, autour du métier d’acteur : « Un homme sans identité ». J’essaie d’exprimer ce que je peux vivre dans le fait d’être un homme qui travaille avec la fiction. Je vais aussi tourner un film avec Nicolas Boukrieff, d’après un livre qui s’appelle « Trois jours et une vie », avec Sandrine Bonnaire et Philippe Torreton, sur un scénario magnifique de Pierre Lemaitre. En novembre, il y aura « Lettre à Nour avec Eric Cantona »,
et la saison prochaine toute la tournée de « Art » !