zoom
CHRISTELLE CHOLLET, Le Var est ma famille. CHRISTELLE CHOLLET, Le Var est ma famille.
zoom
CHRISTELLE CHOLLET, Le Var est ma famille. CHRISTELLE CHOLLET, Le Var est ma famille.

CHRISTELLE CHOLLET, Le Var est ma famille.

    Partager sur :

8 août à La Londe - 10 août au Lavandou - 13 août à Six-Fours - 14 août à Hyères - 19 août à Sanary - 21 août à Toulon

Christelle Chollet a triomphé dans son premier spectacle « L’Empiafée », où elle reprenait des standards d’Edith Piaf, de façon humoristique, mais
avec un chant parfait et de superbes orchestrations. Il a d’ailleurs réuni plus de sept cent mille spectateurs, et elle en a même donné une version
philarmonique à l’Opéra de Toulon. Cet été, elle fait la tournée Var Matin en reprenant les meilleurs sketchs de ses trois spectacles.

Pour cette tournée Var Matin, vous présentez un best-of de vos trois premiers spectacles, quels moments avez-vous retenu, et comment se fait le choix ?
Ce sont les moments que je préfère dans tous les spectacles. Les chanteurs ont la chance de pouvoir rechanter les mêmes chansons quand ils le souhaitent. Pour nous, humoristes, c’est plus difficile, il faut toujours faire de la nouveauté. Avec mon mari, Rémy Caccia, ça nous trottait dans la tête depuis un moment. Cette tournée Var Matin nous en a donné l’occasion. Nous avons choisi les moments les plus marquants, les plus drôles, en essayant de nous faire plaisir et de faire plaisir aux gens.

Est-ce que vous auriez souhaité être une chanteuse dans le sens classique du terme, ou est-ce indispensable pour vous de marier tous ces genres ?
Mais je suis chanteuse ! En fait, je n’y réfléchis pas vraiment. J’ai d’ailleurs fait un sketch sur le fait que j’aurais adoré écrire des chansons. Non, ce que je suis me comble. Je suis humoriste à la base, ma patte est là, c’est ce que je sais faire. Mais le fait de tout faire en même temps de rigoler, de faire des impros, de chanter me plait beaucoup. Mais la finalité est tout de même de faire rigoler les gens.

Vous avez une relation particulière avec notre département, vous vous êtes même mariée à Porquerolles…
Elle est plus que particulière ! Pour notre spectacle à la Farlède, il y avait toute ma belle-famille. C’est ma région d’adoption, je viens d’un petit village du Tarn, mais j’ai grandi à Toulouse. Aujourd’hui je me sens à moitié toulonnaise, c’est ma famille.

Vous êtes en train de créer votre nouveau spectacle N°5 de Chollet que vous présenterez au théâtre Le Colbert à Toulon en octobre, quel est le processus de création d’un tel spectacle, et quelles seront les nouveautés ?
Ce sera tout neuf. Je ne m’empêche d’ailleurs pas de tester quelques blagues dans ce Best-Of. Le spectacle est en gestation dans la tête de mon mari et la mienne. Nous en profitons pour répéter. Dans les nouveaux spectacles, on cherche toujours à faire quelque chose que l’on n’a pas encore fait, et à faire rigoler avec. Là, le spectacle sera très rock, et, je vous le livre en exclu, on fera même du AC/DC ! Il y aura aussi du Jacques Brel, mais globalement c’est rock.

Avez-vous des modèles ?
Ma grand-mère ! Non, des modèles, pas vraiment. J’aime beaucoup de gens. Je peux avoir des modèles de cœur comme Jean Marais, avec qui j’ai joué quand j’avais vingt ans. Mais j’aime me savoir unique, je n’ai pas envie de ressembler à quelqu’un. Par contre j’aime énormément de gens, j’écoute beaucoup de jeunes chanteurs et chanteuses. Peut-être à la limite Elvis Presley, parce que ça me fait rigoler. Sinon ce serait plus mes grand-mères, ma famille en général. J’ai des relations très fortes avec mes grand-parents, ils m’ont tout appris, la transmission s’est faite. Si j’ai des modèles dans la vie, ce sont ces gens-là. Car c’est beaucoup plus facile dans la vie quand on a été bien élevé, avec un sens des valeurs, et aimé. Pour un artiste, c’est plus facile quand on est bien entourée, et c’est mon cas. Notamment par mon mari qui est auteur et metteur en scène. C’est bien de pouvoir partager une tournée comme celle de Var Matin avec sa famille. En plus du plaisir que je prends à faire rigoler tout ce public, et que les places soient archi-combles, je suis très heureuse que ce soit dans le Var. C’est assez exceptionnel en France, ce genre de tournées, et c’est une tradition de soixante ans. C’est génial pour les artistes et le public.

http://www.christellechollet.com/


Discipline: Articles, Sur les planches,

Artiste: Christelle Chollet



Catégories : Articles, Sur les planches,

Retour

8 août à La Londe - 10 août au Lavandou - 13 août à Six-Fours - 14 août à Hyères - 19 août à Sanary - 21 août à Toulon

Christelle Chollet a triomphé dans son premier spectacle « L’Empiafée », où elle reprenait des standards d’Edith Piaf, de façon humoristique, mais
avec un chant parfait et de superbes orchestrations. Il a d’ailleurs réuni plus de sept cent mille spectateurs, et elle en a même donné une version
philarmonique à l’Opéra de Toulon. Cet été, elle fait la tournée Var Matin en reprenant les meilleurs sketchs de ses trois spectacles.

Pour cette tournée Var Matin, vous présentez un best-of de vos trois premiers spectacles, quels moments avez-vous retenu, et comment se fait le choix ?
Ce sont les moments que je préfère dans tous les spectacles. Les chanteurs ont la chance de pouvoir rechanter les mêmes chansons quand ils le souhaitent. Pour nous, humoristes, c’est plus difficile, il faut toujours faire de la nouveauté. Avec mon mari, Rémy Caccia, ça nous trottait dans la tête depuis un moment. Cette tournée Var Matin nous en a donné l’occasion. Nous avons choisi les moments les plus marquants, les plus drôles, en essayant de nous faire plaisir et de faire plaisir aux gens.

Est-ce que vous auriez souhaité être une chanteuse dans le sens classique du terme, ou est-ce indispensable pour vous de marier tous ces genres ?
Mais je suis chanteuse ! En fait, je n’y réfléchis pas vraiment. J’ai d’ailleurs fait un sketch sur le fait que j’aurais adoré écrire des chansons. Non, ce que je suis me comble. Je suis humoriste à la base, ma patte est là, c’est ce que je sais faire. Mais le fait de tout faire en même temps de rigoler, de faire des impros, de chanter me plait beaucoup. Mais la finalité est tout de même de faire rigoler les gens.

Vous avez une relation particulière avec notre département, vous vous êtes même mariée à Porquerolles…
Elle est plus que particulière ! Pour notre spectacle à la Farlède, il y avait toute ma belle-famille. C’est ma région d’adoption, je viens d’un petit village du Tarn, mais j’ai grandi à Toulouse. Aujourd’hui je me sens à moitié toulonnaise, c’est ma famille.

Vous êtes en train de créer votre nouveau spectacle N°5 de Chollet que vous présenterez au théâtre Le Colbert à Toulon en octobre, quel est le processus de création d’un tel spectacle, et quelles seront les nouveautés ?
Ce sera tout neuf. Je ne m’empêche d’ailleurs pas de tester quelques blagues dans ce Best-Of. Le spectacle est en gestation dans la tête de mon mari et la mienne. Nous en profitons pour répéter. Dans les nouveaux spectacles, on cherche toujours à faire quelque chose que l’on n’a pas encore fait, et à faire rigoler avec. Là, le spectacle sera très rock, et, je vous le livre en exclu, on fera même du AC/DC ! Il y aura aussi du Jacques Brel, mais globalement c’est rock.

Avez-vous des modèles ?
Ma grand-mère ! Non, des modèles, pas vraiment. J’aime beaucoup de gens. Je peux avoir des modèles de cœur comme Jean Marais, avec qui j’ai joué quand j’avais vingt ans. Mais j’aime me savoir unique, je n’ai pas envie de ressembler à quelqu’un. Par contre j’aime énormément de gens, j’écoute beaucoup de jeunes chanteurs et chanteuses. Peut-être à la limite Elvis Presley, parce que ça me fait rigoler. Sinon ce serait plus mes grand-mères, ma famille en général. J’ai des relations très fortes avec mes grand-parents, ils m’ont tout appris, la transmission s’est faite. Si j’ai des modèles dans la vie, ce sont ces gens-là. Car c’est beaucoup plus facile dans la vie quand on a été bien élevé, avec un sens des valeurs, et aimé. Pour un artiste, c’est plus facile quand on est bien entourée, et c’est mon cas. Notamment par mon mari qui est auteur et metteur en scène. C’est bien de pouvoir partager une tournée comme celle de Var Matin avec sa famille. En plus du plaisir que je prends à faire rigoler tout ce public, et que les places soient archi-combles, je suis très heureuse que ce soit dans le Var. C’est assez exceptionnel en France, ce genre de tournées, et c’est une tradition de soixante ans. C’est génial pour les artistes et le public.

http://www.christellechollet.com/