zoom
Claire Chazal, présidente du Liberté Scène Nationale.

Claire Chazal, présidente du Liberté Scène Nationale.

    Partager sur :

Claire Chazal est connue de tous les français pour avoir présenté le journal de TF1 du vendredi soir et du week-end de 1991 à 2015. Depuis deux ans, elle présente l’émission culturelle Entrée Libre sur France 5. Nommée il y a quelques temps au Conseil d’Administration du Liberté Scène Nationale, elle vient d’en prendre la présidence fin décembre. Nul doute que cette fervente militante de la culture en France saura représenter au mieux notre théâtre dans toutes les instances nationales

 

Après des études de commerce à HEC, Claire débute dans le journalisme en 1980 à Europe 1. Elle contribue à l’Expansion, Le Quotidien de Paris, Les Echos, puis entre à France 2 en 88. En 91, TF1 décide de renforcer sa présence féminine à l’antenne et recrute Claire Chazal.
Elle y présentera le journal pendant vingt-quatre ans, et sera également rédactrice en chef et directrice adjointe de la rédaction de l’information. Elle a été récompensée par de nombreuses distinctions : 7 d’Or, Prix Richelieu, Légion d’Honneur, Trophée des Femmes en Or.
Depuis janvier 2016, elle présente Entrée Libre sur France 5, une émission quotidienne de trente minutes sur la culture, sa passion, avec de l’actualité, des invités, et des portraits d’artistes.

 

Comment avez-vous été nommée à la présidence du Liberté Scène Nationale et quelles seront vos fonctions ?

C’est Charles Berling et Pascale Boeglin-Rodier, que je connais depuis très longtemps qui m’ont demandé, il y a quelques temps, si je voulais faire partie du Conseil d’Administration. J’étais déjà dans celui du Théâtre Chaillot, du Ballet Preljocaj, et auparavant du Théâtre de l’Odéon. Ce n’est pas une activité nouvelle pour moi, mais le Liberté m’intéresse particulièrement, je le trouve de qualité. Je viens d’être élue présidente par le Conseil d’Administration. Je ne gère pas le théâtre bien sûr, ce sont les deux directeurs qui s’occupent de toute la programmation et de la direction, et ils le font très bien. Je suis là assez modestement pour être en appui de leur politique, pour relayer leurs messages, les aider avec le Ministère de la Culture, avec les collectivités locales. C’est une présence bienveillante, et non rémunérée bien évidemment.


Quel est votre regard sur notre région ?

Je connais assez bien la région pour y être allée en vacances très souvent. Tous les étés, j’assiste à de nombreux festivals en Provence : à Avignon, à Aix en Provence au Festival d’Art Lyrique.Je suis assez souvent allée à Châteauvallon également, j’aime beaucoup leurs spectacles de danse, et le lieu est magnifique. J’ai découvert le Liberté grâce aux coproductions qui se jouent à Paris et sont toulonnaises. C’est un superbe théâtre.


Vous présentez depuis deux ans Entrée Libre sur France 5, que pensez-vous du paysage culturel français aujourd’hui ?

Nous avons la chance d’avoir des médias, quels qu’ils soient, qui relaient énormément l’information culturelle. C’est un cas unique en Europe et probablement dans le Monde. Quand on voyage, on s’aperçoit de la pauvreté de l’information culturelle ailleurs. Chez nous, le temps consacré à l’information culturelle est important. C’est le cas sur le Service Public dont je fais partie aujourd’hui. J’ai la chance de présenter cette émission depuis deux ans et j’en suis très heureuse. J’ai également une émission sur France Info consacrée à la philosophie, où l’art a bien sûr une place importante, et une émission sur Radio Classique chaque samedi où pendant une demi-heure je reçois des invités culturels. Concernant la Culture en France, tout d’abord nous avons la chance d’avoir un Ministère de la Culture, ce qui n’est pas le cas partout. Oui, il y a des restrictions budgétaires et des choix financiers qui doivent s’opérer, mais il y a une grande attention portée à ce secteur. Il n’y a qu’à voir le nombre de scènes dans tous les domaines artistiques que ce soit à Paris ou en régions : nous sommes un des pays les mieux dotés au niveau culturel.


Pouvez-vous nous conseiller un livre, un film, un album, un spectacle ?

Pour les parisiens, je conseille bien sûr tous les spectacles de la Comédie Française, dont « Les Fourberies de Scapin », et à Toulon « Festen » au Liberté, qui est totalement formidable.Un film cette année « I am not your negro » de Raoul Peck, un documentaire.En comédie musicale : « Singing in the Rain » au Grand Palais.Comme livre récent j’ai beaucoup aimé « Bakita » de Véronique Olmi, et un très joli livre : « Le bon cœur » de Michel Bernard, sur Jeanne d’Arc. En album : le dernier MC Solaar. 


Vous avez fait du théâtre, écrit des biographies et romans, fait du cinéma, quelle est votre pratique artistique favorite ?

J’ai écrit, oui, que ce soit des biographies ou des romans, mais c’est mon métier : je suis journaliste, j’aime beaucoup l’écriture, j’aime surtout la lecture, la littérature, je consacre beaucoup de temps à ça. Au cinéma ça n’a été que de très petites expériences. Par contre, j’ai fait beaucoup de lectures, j’aime beaucoup cela, j’aime faire découvrir au spectateur des univers littéraires. Je l’ai fait dans de nombreux festivals, en ce moment je le fais à Biarritz. J’aime beaucoup ce travail qui a à voir avec ce que je fais à la télé, transmettre par l’oralité.


Vous avez eu de nombreuses distinctions, laquelle vous a le plus marquée ? 

Pour moi les prix ne sont pas importants. Ce qui m’a marqué le plus dans ma carrière c’est d’abord ma longévité sur TF1, d’avoir pu intéresser le public pendant aussi longtemps. J’ai été très touchée par tout ce capital sympathie qui m’a été donné par les spectateurs. Faire tellement de journaux et transmettre à des millions de personnes, parfois jusqu’à dix millions, c’est formidable. Aujourd’hui ce qui m’importe c’est de pouvoir transmettre ce que j’aime le plus, à savoir la culture. 

 

Quels sont vos futurs projets ?

Continuer tout simplement, sur France Info, à la radio ou avec Entrée Libre. Je souhaite porter cette parole culturelle vers le plus grand nombre, essayer d’ancrer la culture le plus possible. Et continuer à profiter de tout ce que m’offrent le théâtre, le cinéma, la musique, la danse. Je vais voir des spectacles plusieurs fois par semaine.

 

 


Discipline: Articles, Sur les planches,



Catégories : Articles, Sur les planches,

Retour

Claire Chazal est connue de tous les français pour avoir présenté le journal de TF1 du vendredi soir et du week-end de 1991 à 2015. Depuis deux ans, elle présente l’émission culturelle Entrée Libre sur France 5. Nommée il y a quelques temps au Conseil d’Administration du Liberté Scène Nationale, elle vient d’en prendre la présidence fin décembre. Nul doute que cette fervente militante de la culture en France saura représenter au mieux notre théâtre dans toutes les instances nationales

 

Après des études de commerce à HEC, Claire débute dans le journalisme en 1980 à Europe 1. Elle contribue à l’Expansion, Le Quotidien de Paris, Les Echos, puis entre à France 2 en 88. En 91, TF1 décide de renforcer sa présence féminine à l’antenne et recrute Claire Chazal.
Elle y présentera le journal pendant vingt-quatre ans, et sera également rédactrice en chef et directrice adjointe de la rédaction de l’information. Elle a été récompensée par de nombreuses distinctions : 7 d’Or, Prix Richelieu, Légion d’Honneur, Trophée des Femmes en Or.
Depuis janvier 2016, elle présente Entrée Libre sur France 5, une émission quotidienne de trente minutes sur la culture, sa passion, avec de l’actualité, des invités, et des portraits d’artistes.

 

Comment avez-vous été nommée à la présidence du Liberté Scène Nationale et quelles seront vos fonctions ?

C’est Charles Berling et Pascale Boeglin-Rodier, que je connais depuis très longtemps qui m’ont demandé, il y a quelques temps, si je voulais faire partie du Conseil d’Administration. J’étais déjà dans celui du Théâtre Chaillot, du Ballet Preljocaj, et auparavant du Théâtre de l’Odéon. Ce n’est pas une activité nouvelle pour moi, mais le Liberté m’intéresse particulièrement, je le trouve de qualité. Je viens d’être élue présidente par le Conseil d’Administration. Je ne gère pas le théâtre bien sûr, ce sont les deux directeurs qui s’occupent de toute la programmation et de la direction, et ils le font très bien. Je suis là assez modestement pour être en appui de leur politique, pour relayer leurs messages, les aider avec le Ministère de la Culture, avec les collectivités locales. C’est une présence bienveillante, et non rémunérée bien évidemment.


Quel est votre regard sur notre région ?

Je connais assez bien la région pour y être allée en vacances très souvent. Tous les étés, j’assiste à de nombreux festivals en Provence : à Avignon, à Aix en Provence au Festival d’Art Lyrique.Je suis assez souvent allée à Châteauvallon également, j’aime beaucoup leurs spectacles de danse, et le lieu est magnifique. J’ai découvert le Liberté grâce aux coproductions qui se jouent à Paris et sont toulonnaises. C’est un superbe théâtre.


Vous présentez depuis deux ans Entrée Libre sur France 5, que pensez-vous du paysage culturel français aujourd’hui ?

Nous avons la chance d’avoir des médias, quels qu’ils soient, qui relaient énormément l’information culturelle. C’est un cas unique en Europe et probablement dans le Monde. Quand on voyage, on s’aperçoit de la pauvreté de l’information culturelle ailleurs. Chez nous, le temps consacré à l’information culturelle est important. C’est le cas sur le Service Public dont je fais partie aujourd’hui. J’ai la chance de présenter cette émission depuis deux ans et j’en suis très heureuse. J’ai également une émission sur France Info consacrée à la philosophie, où l’art a bien sûr une place importante, et une émission sur Radio Classique chaque samedi où pendant une demi-heure je reçois des invités culturels. Concernant la Culture en France, tout d’abord nous avons la chance d’avoir un Ministère de la Culture, ce qui n’est pas le cas partout. Oui, il y a des restrictions budgétaires et des choix financiers qui doivent s’opérer, mais il y a une grande attention portée à ce secteur. Il n’y a qu’à voir le nombre de scènes dans tous les domaines artistiques que ce soit à Paris ou en régions : nous sommes un des pays les mieux dotés au niveau culturel.


Pouvez-vous nous conseiller un livre, un film, un album, un spectacle ?

Pour les parisiens, je conseille bien sûr tous les spectacles de la Comédie Française, dont « Les Fourberies de Scapin », et à Toulon « Festen » au Liberté, qui est totalement formidable.Un film cette année « I am not your negro » de Raoul Peck, un documentaire.En comédie musicale : « Singing in the Rain » au Grand Palais.Comme livre récent j’ai beaucoup aimé « Bakita » de Véronique Olmi, et un très joli livre : « Le bon cœur » de Michel Bernard, sur Jeanne d’Arc. En album : le dernier MC Solaar. 


Vous avez fait du théâtre, écrit des biographies et romans, fait du cinéma, quelle est votre pratique artistique favorite ?

J’ai écrit, oui, que ce soit des biographies ou des romans, mais c’est mon métier : je suis journaliste, j’aime beaucoup l’écriture, j’aime surtout la lecture, la littérature, je consacre beaucoup de temps à ça. Au cinéma ça n’a été que de très petites expériences. Par contre, j’ai fait beaucoup de lectures, j’aime beaucoup cela, j’aime faire découvrir au spectateur des univers littéraires. Je l’ai fait dans de nombreux festivals, en ce moment je le fais à Biarritz. J’aime beaucoup ce travail qui a à voir avec ce que je fais à la télé, transmettre par l’oralité.


Vous avez eu de nombreuses distinctions, laquelle vous a le plus marquée ? 

Pour moi les prix ne sont pas importants. Ce qui m’a marqué le plus dans ma carrière c’est d’abord ma longévité sur TF1, d’avoir pu intéresser le public pendant aussi longtemps. J’ai été très touchée par tout ce capital sympathie qui m’a été donné par les spectateurs. Faire tellement de journaux et transmettre à des millions de personnes, parfois jusqu’à dix millions, c’est formidable. Aujourd’hui ce qui m’importe c’est de pouvoir transmettre ce que j’aime le plus, à savoir la culture. 

 

Quels sont vos futurs projets ?

Continuer tout simplement, sur France Info, à la radio ou avec Entrée Libre. Je souhaite porter cette parole culturelle vers le plus grand nombre, essayer d’ancrer la culture le plus possible. Et continuer à profiter de tout ce que m’offrent le théâtre, le cinéma, la musique, la danse. Je vais voir des spectacles plusieurs fois par semaine.