zoom
Coup de Coeur Cinéma Le Royal -

Coup de Coeur Cinéma Le Royal - "Dieu Existe, son nom est Petrunya" de Teona Strugar Mitevska

    Partager sur :

Sortie en salle le 01.05

 

A Stip, petite ville de Macédoine, tous les ans au mois de janvier, le prêtre de la paroisse lance une croix de bois dans la rivière et des centaines d’hommes plongent pour l’attraper. Bonheur et prospérité sont assurés à celui qui y parvient. Ce jour-là, Petrunya se jette à l’eau sur un coup de tête et s’empare de la croix avant tout le monde. Ses concurrents sont furieux qu’une femme ait osé participer à ce rituel. La guerre est déclarée mais Petrunya tient bon. Epaulée par une journaliste émancipée, mais pas moins entravée, qui voit là un sujet de société à traîter, Petrunya va mener avec détermination et sincérité un combat contre l’injustice qui lui est faite et par là, sans préméditation, contre les discriminations dont sont victimes les femmes, tout simplement parce que femmes et parce que nées dans un monde injuste et inégal. Partant d’un fait réel, la réalisatrice dénonce la misogynie des règles patriarcales et le conformisme social, questionnant la place de la femme dans la société. Leona Strugar Mitavska déclare : « J’ai du mal à imaginer être une femme et ne pas être féministe. Le féminisme n’est pas une maladie, il ne faut pas en avoir peur. L’égalité, la justice et l’équité sont au cœur même de son idéologie. ». Espérons que son message puisse être entendu dans les contrées où la gent masculine se croit encore supérieure à toutes les Petrunya.

 

Site Web du Cinéma Le Royal


Discipline: Articles, Cinéma,



Catégories : Articles, Cinéma,

Retour

Sortie en salle le 01.05

 

A Stip, petite ville de Macédoine, tous les ans au mois de janvier, le prêtre de la paroisse lance une croix de bois dans la rivière et des centaines d’hommes plongent pour l’attraper. Bonheur et prospérité sont assurés à celui qui y parvient. Ce jour-là, Petrunya se jette à l’eau sur un coup de tête et s’empare de la croix avant tout le monde. Ses concurrents sont furieux qu’une femme ait osé participer à ce rituel. La guerre est déclarée mais Petrunya tient bon. Epaulée par une journaliste émancipée, mais pas moins entravée, qui voit là un sujet de société à traîter, Petrunya va mener avec détermination et sincérité un combat contre l’injustice qui lui est faite et par là, sans préméditation, contre les discriminations dont sont victimes les femmes, tout simplement parce que femmes et parce que nées dans un monde injuste et inégal. Partant d’un fait réel, la réalisatrice dénonce la misogynie des règles patriarcales et le conformisme social, questionnant la place de la femme dans la société. Leona Strugar Mitavska déclare : « J’ai du mal à imaginer être une femme et ne pas être féministe. Le féminisme n’est pas une maladie, il ne faut pas en avoir peur. L’égalité, la justice et l’équité sont au cœur même de son idéologie. ». Espérons que son message puisse être entendu dans les contrées où la gent masculine se croit encore supérieure à toutes les Petrunya.

 

Site Web du Cinéma Le Royal