zoom
CYRILLE ELSLANDER - Le spectacle redémarrera dans la Rue. CYRILLE ELSLANDER - Le spectacle redémarrera dans la Rue.
zoom
CYRILLE ELSLANDER - Le spectacle redémarrera dans la Rue. CYRILLE ELSLANDER - Le spectacle redémarrera dans la Rue.

CYRILLE ELSLANDER - Le spectacle redémarrera dans la Rue.

    Partager sur :

ARTS DE LA RUE |
Festival Regards sur Rue
Du 24 au 26 septembre au Revest-Les-Eaux

Depuis l’année dernière, le festival des Arts de la Rue est organisé par le PÔLE, et la programmation Arts de la Rue confiée à Cyrille, directeur adjoint et directeur de la bibliothèque de théâtre Armand Gatti. Cette année, la structure a décidé d'installer le festival dans leur base historique du Revest-Les-Eaux.

Pourquoi avoir déplacé le festival au Revest cette année ?
L’édition de l’année dernière était un succès malgré les conditions sanitaires. Mais la ville de La Crau n'a pas souhaité reconduire le festival. En tant que structure conventionnée "Art en territoire", nous oeuvrons sur l’ensemble de la Métropole. Dès 2020, nous souhaitions donner au festival une dimension métropolitaine. Pour cette première année hors de La Crau, le Revest, où nous sommes basés depuis dix-sept ans, avait un aspect symbolique fort. Et le village est déjà habité par de nombreux artistes et se prête formidablement aux Arts de la Rue.

Vous avez de nombreuses compagnies régionales cette année…
Nos partenaires de l’opération sont la Métropole, le Département, la Région, et France Relance. J’ai donc invité plusieurs compagnies régionales. Nous aurons la Compagnie Galmae, La Meute, Gilles Cailleau de la compagnie Attention Fragile, le groupe toulonnais Que Onda, le Nice Orleans Jazz Orchestra, le toulonnais Benoit Bottex, la compagnie pradétane Grand Bal ou encore Frédéric Garbe de l’Autre Compagnie.

Et toujours de nombreuses disciplines…
A commencer par le théâtre de rue auquel nous sommes très attachés. Gilles adapte "Carmen" avec une chanteuse lyrique et une circassienne, pour une forme intimiste en tente berbère, faisant d’un monument de l’opéra un moment chaleureux et accessible. "Goodbye Persil" de la compagnie "L’ Arbre à Vache" est du théâtre burlesque où un duo de types cagoulés vient commettre un forfait dans un parc. Le Blöffique théâtre propose un spectacle déambulatoire jeune public, où les enfants partent à la recherche d’un chat cabot et sont amenés à utiliser de nombreux dispositifs sensoriels. Dans "Bach à sable", les parents peuvent se reposer en écoutant du Bach alors que les enfants jouent avec du sable sorti tout droit du piano de Fred Radix. "Icy-plage" de la compagnie Kartoffeln est du théâtre gestuel, plein d’humour et très intelligent, sur les comportements à la plage. "John et Les Nonnes" est un spectacle burlesque, autour d’une fête de charité pour restaurer une église. Dans "Witness the fitness", Norma Nix fait du hoola-hoop pour percer sur les réseaux sociaux et "Ven" de Si Seulement est du portée acrobatique. La grande forme circassienne cette année est "Résiste" des Filles du Renard Pâle. C’est rock et engagé, autour du fil, agrès intéressant et plein de surprises, avec une chanteuse qui a une voix incroyable. La Compagnie La Meute propose "78 tours", performance impressionnante avec une roue de la mort, deux acrobates et un musicien. Aussi, quelques ovnis : la compagnie Galmae déroule une toile d’araignée géante en fil que le public doit rembobiner, avec un vrai travail sur la lumière et le son, pour une réflexion sur les manifestations politiques; Benoit Bottex propose "Feuillue" performance autour de synthétiseurs modulaires et plantes exotiques, installée dans la tour pour valoriser ce lieu magnifique. Adrien M et Claire B, plasticiens stars dans les Arts de la Rue, exposeront des affiches en réalité augmentée qui se transforment en conte fantastique à travers nos smartphones. Des lectures également, avec l’auteur en résidence à la Bibliothèque Armand Gatti, Yoann Thommerel, et une lecture immersive commandée à Frédéric Garbe d’après le texte d’I. Horowitz, "Trois semaines après le paradis" écrit après les attentats du 11 septembre. Côté musique, Makoto Yabuki, iconique musicien pour un concert de percussions en bambou; une fanfare niçoise, le Nice Orleans Jazz Orchestra, invités récemment à Jazz à Ramatuelle ; ou Que Onda avec de la musique cubaine.

https://www.le-pole.fr/festival-regards-sur-rue-2 

Septembre 2021


Discipline: Articles, Événements



Catégories : Articles, Événements

Retour

ARTS DE LA RUE |
Festival Regards sur Rue
Du 24 au 26 septembre au Revest-Les-Eaux

Depuis l’année dernière, le festival des Arts de la Rue est organisé par le PÔLE, et la programmation Arts de la Rue confiée à Cyrille, directeur adjoint et directeur de la bibliothèque de théâtre Armand Gatti. Cette année, la structure a décidé d'installer le festival dans leur base historique du Revest-Les-Eaux.

Pourquoi avoir déplacé le festival au Revest cette année ?
L’édition de l’année dernière était un succès malgré les conditions sanitaires. Mais la ville de La Crau n'a pas souhaité reconduire le festival. En tant que structure conventionnée "Art en territoire", nous oeuvrons sur l’ensemble de la Métropole. Dès 2020, nous souhaitions donner au festival une dimension métropolitaine. Pour cette première année hors de La Crau, le Revest, où nous sommes basés depuis dix-sept ans, avait un aspect symbolique fort. Et le village est déjà habité par de nombreux artistes et se prête formidablement aux Arts de la Rue.

Vous avez de nombreuses compagnies régionales cette année…
Nos partenaires de l’opération sont la Métropole, le Département, la Région, et France Relance. J’ai donc invité plusieurs compagnies régionales. Nous aurons la Compagnie Galmae, La Meute, Gilles Cailleau de la compagnie Attention Fragile, le groupe toulonnais Que Onda, le Nice Orleans Jazz Orchestra, le toulonnais Benoit Bottex, la compagnie pradétane Grand Bal ou encore Frédéric Garbe de l’Autre Compagnie.

Et toujours de nombreuses disciplines…
A commencer par le théâtre de rue auquel nous sommes très attachés. Gilles adapte "Carmen" avec une chanteuse lyrique et une circassienne, pour une forme intimiste en tente berbère, faisant d’un monument de l’opéra un moment chaleureux et accessible. "Goodbye Persil" de la compagnie "L’ Arbre à Vache" est du théâtre burlesque où un duo de types cagoulés vient commettre un forfait dans un parc. Le Blöffique théâtre propose un spectacle déambulatoire jeune public, où les enfants partent à la recherche d’un chat cabot et sont amenés à utiliser de nombreux dispositifs sensoriels. Dans "Bach à sable", les parents peuvent se reposer en écoutant du Bach alors que les enfants jouent avec du sable sorti tout droit du piano de Fred Radix. "Icy-plage" de la compagnie Kartoffeln est du théâtre gestuel, plein d’humour et très intelligent, sur les comportements à la plage. "John et Les Nonnes" est un spectacle burlesque, autour d’une fête de charité pour restaurer une église. Dans "Witness the fitness", Norma Nix fait du hoola-hoop pour percer sur les réseaux sociaux et "Ven" de Si Seulement est du portée acrobatique. La grande forme circassienne cette année est "Résiste" des Filles du Renard Pâle. C’est rock et engagé, autour du fil, agrès intéressant et plein de surprises, avec une chanteuse qui a une voix incroyable. La Compagnie La Meute propose "78 tours", performance impressionnante avec une roue de la mort, deux acrobates et un musicien. Aussi, quelques ovnis : la compagnie Galmae déroule une toile d’araignée géante en fil que le public doit rembobiner, avec un vrai travail sur la lumière et le son, pour une réflexion sur les manifestations politiques; Benoit Bottex propose "Feuillue" performance autour de synthétiseurs modulaires et plantes exotiques, installée dans la tour pour valoriser ce lieu magnifique. Adrien M et Claire B, plasticiens stars dans les Arts de la Rue, exposeront des affiches en réalité augmentée qui se transforment en conte fantastique à travers nos smartphones. Des lectures également, avec l’auteur en résidence à la Bibliothèque Armand Gatti, Yoann Thommerel, et une lecture immersive commandée à Frédéric Garbe d’après le texte d’I. Horowitz, "Trois semaines après le paradis" écrit après les attentats du 11 septembre. Côté musique, Makoto Yabuki, iconique musicien pour un concert de percussions en bambou; une fanfare niçoise, le Nice Orleans Jazz Orchestra, invités récemment à Jazz à Ramatuelle ; ou Que Onda avec de la musique cubaine.

https://www.le-pole.fr/festival-regards-sur-rue-2 

Septembre 2021