zoom
Damien Chalm, le Potentiomètre, révélateur de potentiels

Damien Chalm, le Potentiomètre, révélateur de potentiels

    Partager sur :

Ils sont trois : Nicolas Burel, Lucie Lopez et Damien Chalm. Leur association : Le Potentiomètre, en incubation au Port des Créateurs de Toulon, propose une façon alternative de distribuer la musique, de manière semi-anonyme. Alors pour rester dans le concept, je ne vous dis plus rien, et vous laisse découvrir.Ils sont trois : Nicolas Burel, Lucie Lopez et Damien Chalm. Leur association : Le Potentiomètre, en incubation au Port des Créateurs de Toulon, propose une façon alternative de distribuer la musique, de manière semi-anonyme. Alors pour rester dans le concept, je ne vous dis plus rien, et vous laisse découvrir.


Qu’est-ce que le Potentiomètre ?


C’est une association à but non lucratif créée en avril 2017 qui a pour but de favoriser la culture musicale locale. Nous diffusons des artistes locaux sur format CD, de manière semi-anonyme. Les disques ont une jaquette uniformisée, les artistes sont différenciés grâce à un numéro. La seule manière de découvrir ce qu’ils ont bien voulu communiquer sur eux est à l’intérieur de la pochette. On y trouve un feuillet qui renvoie à notre site internet et à la page de l’artiste : un Soundcloud, des photos, une page de donations… ou rien. De cette façon l’acheteur n’a pas d’a priori sur le style musical. Il y a un côté ludique à cet anonymat, un effet pochette surprise et l’artiste peut toucher un public différent. Les CDs sont vendus deux euros. L’artiste ne gagne pas d’argent sur la vente, notre coût de production est d’un euro, l’autre euro permet de produire le suivant. Nous avons huit artistes sur nos stands, nous irons jusqu’à dix pour la première saison. A la saison deux, il y a aura d’autres artistes. Nous nous orientons vers d’autres modes de diffusion : clips vidéo, diffusés via une chaine YouTube, les artistes seront filmés, mais on ne reconnaîtra pas leurs visages. Un autre axe sera l’organisation de concerts, où les artistes ne seront pas annoncés. Ils pourraient même être en partie anonymes. Nous avons vendu sept cent CDs déjà, c’est une réussite. 


Comment choisissez-vous vos artistes ?


Au départ, c’était par réseau, des artistes qui nous paraissaient prometteurs mais n’étaient pas produits, bien qu’ayant déjà des morceaux existants. Nous diffusons tout style : techno, pop, house, hip-hop, musique expérimentale… Les seuls critères d’exclusion sont la violence et les propos discriminatoires. A terme, nous effectuerons un choix qui intégrera le désir d’éclectisme. Ce que nous jugeons, c’est la qualité. Nous souhaiterions également avoir du jazz ou de la musique classique, pour satisfaire un public plus large. 


Où peut-on vous trouver ?


On nous suit sur Facebook, on découvre les artistes sur la page Internet, mais la seule manière d’acheter les CDs c’est sur nos stands, dans des événements culturels à Toulon. Le prochain sera le Marketti le 9 décembre. Nous organiserons quatre concerts dans la journée dans la Rue des Arts à quatre endroits différents, avec quatre groupes locaux inédits, de styles différents. Certains sont dans nos CDs, d’autres pourront l’être, ou seront sur notre chaine.
Comment s’est passée la rencontre avec le Port des Créateurs ?
Ce fut un vrai tremplin. Ils nous ont permis de cadrer nos ambitions initiales et d’accéder à d’autres. Ils nous ont fourni un lieu de travail, fait faire des rencontres dans le milieu culturel, de lancer le projet vidéo. Il reste d’ailleurs un projet incubateur disponible, il ne faut pas hésiter à les contacter. Nous remercions également la FOL du Var qui a financé une partie des premiers matériels de production, à hauteur de 1500€. Ils nous ont également fourni un service civique, Loïc Journo, ingé son, et nous sommes en partenariat sur un projet commun sur la salle de l’Hélice.

www.lepotentiometre.fr 

Facebook du Potentiomètre


Discipline: Articles, Initiatives



Catégories : Articles, Initiatives

Retour

Ils sont trois : Nicolas Burel, Lucie Lopez et Damien Chalm. Leur association : Le Potentiomètre, en incubation au Port des Créateurs de Toulon, propose une façon alternative de distribuer la musique, de manière semi-anonyme. Alors pour rester dans le concept, je ne vous dis plus rien, et vous laisse découvrir.Ils sont trois : Nicolas Burel, Lucie Lopez et Damien Chalm. Leur association : Le Potentiomètre, en incubation au Port des Créateurs de Toulon, propose une façon alternative de distribuer la musique, de manière semi-anonyme. Alors pour rester dans le concept, je ne vous dis plus rien, et vous laisse découvrir.


Qu’est-ce que le Potentiomètre ?


C’est une association à but non lucratif créée en avril 2017 qui a pour but de favoriser la culture musicale locale. Nous diffusons des artistes locaux sur format CD, de manière semi-anonyme. Les disques ont une jaquette uniformisée, les artistes sont différenciés grâce à un numéro. La seule manière de découvrir ce qu’ils ont bien voulu communiquer sur eux est à l’intérieur de la pochette. On y trouve un feuillet qui renvoie à notre site internet et à la page de l’artiste : un Soundcloud, des photos, une page de donations… ou rien. De cette façon l’acheteur n’a pas d’a priori sur le style musical. Il y a un côté ludique à cet anonymat, un effet pochette surprise et l’artiste peut toucher un public différent. Les CDs sont vendus deux euros. L’artiste ne gagne pas d’argent sur la vente, notre coût de production est d’un euro, l’autre euro permet de produire le suivant. Nous avons huit artistes sur nos stands, nous irons jusqu’à dix pour la première saison. A la saison deux, il y a aura d’autres artistes. Nous nous orientons vers d’autres modes de diffusion : clips vidéo, diffusés via une chaine YouTube, les artistes seront filmés, mais on ne reconnaîtra pas leurs visages. Un autre axe sera l’organisation de concerts, où les artistes ne seront pas annoncés. Ils pourraient même être en partie anonymes. Nous avons vendu sept cent CDs déjà, c’est une réussite. 


Comment choisissez-vous vos artistes ?


Au départ, c’était par réseau, des artistes qui nous paraissaient prometteurs mais n’étaient pas produits, bien qu’ayant déjà des morceaux existants. Nous diffusons tout style : techno, pop, house, hip-hop, musique expérimentale… Les seuls critères d’exclusion sont la violence et les propos discriminatoires. A terme, nous effectuerons un choix qui intégrera le désir d’éclectisme. Ce que nous jugeons, c’est la qualité. Nous souhaiterions également avoir du jazz ou de la musique classique, pour satisfaire un public plus large. 


Où peut-on vous trouver ?


On nous suit sur Facebook, on découvre les artistes sur la page Internet, mais la seule manière d’acheter les CDs c’est sur nos stands, dans des événements culturels à Toulon. Le prochain sera le Marketti le 9 décembre. Nous organiserons quatre concerts dans la journée dans la Rue des Arts à quatre endroits différents, avec quatre groupes locaux inédits, de styles différents. Certains sont dans nos CDs, d’autres pourront l’être, ou seront sur notre chaine.
Comment s’est passée la rencontre avec le Port des Créateurs ?
Ce fut un vrai tremplin. Ils nous ont permis de cadrer nos ambitions initiales et d’accéder à d’autres. Ils nous ont fourni un lieu de travail, fait faire des rencontres dans le milieu culturel, de lancer le projet vidéo. Il reste d’ailleurs un projet incubateur disponible, il ne faut pas hésiter à les contacter. Nous remercions également la FOL du Var qui a financé une partie des premiers matériels de production, à hauteur de 1500€. Ils nous ont également fourni un service civique, Loïc Journo, ingé son, et nous sommes en partenariat sur un projet commun sur la salle de l’Hélice.

www.lepotentiometre.fr 

Facebook du Potentiomètre