zoom
David Anne, soutenez le Festival de Néoules David Anne, soutenez le Festival de Néoules
zoom
David Anne, soutenez le Festival de Néoules David Anne, soutenez le Festival de Néoules

David Anne, soutenez le Festival de Néoules

    Partager sur :

Le Festival de Néoules est sans nul doute l’un des plus dynamiques de notre région. Indépendant et bénévole depuis le départ, chaque juillet, il fait la part belle aux musiques indépendantes, reggae, dub, rock, punk, alternant artistes de renom tels les Fatal Picards cette année, et artistes émergents et locaux. En avril, un concert de soutien est organisé à l’Espace des Arts du Pradet. Cité des Arts en tant que partenaire du festival y sera bien évidemment. Rencontre avec David, le programmateur historique, qui détient les secrets d’un festival réussi.

 

Quelle est la spécificité du Festival de Néoules ?

Il y a deux scènes face à face, le public n’a qu’à se retourner. Il y a trois minutes de pause entre chaque show, ce sont sept heures de musique quasi non-stop.

C’est un festival indépendant, associatif, 100% bénévole. Nous faisons nous-même le plus de choses possibles, gratuitement. Nous payons artistes et régies techniques. Nous soutenons la culture en milieu rural, dans la Provence Verte. Nous la rendons accessible à tous en réduisant les coûts. Nous gardons notre philosophie Roots. Les artistes mangent au milieu des bénévoles, qui cotoient ainsi des artistes internationaux, Alpha Blondy, Alborosie, Thiéfaine… Pour les artistes, c’est plus convivial, ils sont heureux de cet accueil moins froid que sur d’autres festivals professionnels.

Nous avons un camping, un marché artisanal, des graffeurs. Nous tendons de plus en plus à devenir un Eco-festival, avec des eco-cup, une brigade verte qui ramasse les mégots.

 

Tu nous prépares quoi cette année ?

J’ouvre le jeudi avec une scène Dub, Electro, Hip-hop, Natural Trance. Nous avons High Tone les fers de lance du dub français. Puis Highlight Tribe, de la Natural Trance instrumentale, groupe phare de la trance en France. Dans la même veine, Petite Fumée, des jeunes français. En découverte qui commence à marcher l’Entourloupe, de l’Electro Hip-Hop aux influences dub. Puis Radical Guru, un polonais seul aux machines en électro-dub, et Devi Reed en instrumental Ragga-Dub.

Le vendredi soir, soirée Reggae avec Alborosie, sicilien immigré en Jamaïque qu’on ne présente plus et U Roy en Sound System avec Joe Ariwa, le fils de Mad Professor. En découverte The Sunvizors : une nana qui chante avec une énergie énorme. Puis Vanupié, ancien ingénieur, qui a commencé à jouer dans le métro, a été filmé et fait trois millions de vues YouTube en 3 mois. Enfin, les locaux Jah Legacy, un des meilleurs groupes de Reggae du coin, qui tournent depuis une dizaine d’années.

Le samedi soir scène française Rock, avec en tête d’affiche les Fatal Picards en rock alternatif et les Motivés : Mouss et Hakim de Zebda. Egalement Soviet Suprem qui ressort un album, avec un des chanteurs de la Caravane Passe. On renoue avec le punk grâce aux Sales Majestés, pour moi le groupe Punkrock français de référence, qui tourne depuis les années 70. Aussi un groupe qui me tient à cœur :  Skarbone 14, du Rock Ska festif belge, c’est leur seconde prestation à Néoules et enfin les locaux Freddy’s, ils sont très bons.

 

Il y aura un concert de soutien en avril…

L’idée est venue d’une rencontre avec Stéphane, régisseur de l’Espace des Arts au Pradet. Ca nous aide à financer une partie des artistes. Nous programmons La Caravane Passe, du Rock festif avec une influence Balkans. C’est hyper entraînant. Pendant leur dernier concert, le public est parti en farandole spontanée. L’idée première est de créer du festif. J’aime avec ce genre de concerts réunir des gens qui viennent faire la fête, et ressortent avec la banane. Ils deviennent avenants, généreux et repartent avec des étoiles dans les yeux.

 

C’est l’heure des remerciements

La Mairie de Néoules est notre principal partenaire financier et nous offre beaucoup de moyens techniques. André Guiol le maire nous soutient depuis des années. Egalement le Département, le Conseil Régional, Radio Active et Radio Star cette année. Sur le concert de soutien l’association Rayon de sourire et la Mairie du Pradet. Et bien sûr tous nos bénévoles : ils sont cent-vingt au total.

 

Tes meilleurs souvenirs de Festival ?

Un des très bons c’était en 2015. Pour la dernière soirée, on avait Asian Dub Fondation et Soom T, et on finit avec Naâman qui fait monter les chanteurs des groupes précédents. C’était la 25ème édition. On devait s’arrêter à 1h. Et on a coupé à 2h20 ! C’était magique, il y avait deux mille cinq cent personnes, on était à guichet fermé, le public est resté jusqu’au bout et ça ne s’arrêtait pas !

En 2016 également, pendant les balances de Babylon Circus. Il y avait eu les attentats du 14 juillet, et les pompiers nous ont demandé d’effectuer un exercice d’évacuation. On devait ouvrir les portes dans une heure. Les artistes en pleines balances ont dû évacuer. Ils étaient au milieu des vignes, en plein cagnard. Et la soirée avec les Babylon et Zoufris Maracas a été magique.

 

Site web du Festival de Néoules

 

 

 

 

 

 

 


Discipline: Articles, Musique, Événements,



Catégories : Articles, Musique, Événements,

Retour

Le Festival de Néoules est sans nul doute l’un des plus dynamiques de notre région. Indépendant et bénévole depuis le départ, chaque juillet, il fait la part belle aux musiques indépendantes, reggae, dub, rock, punk, alternant artistes de renom tels les Fatal Picards cette année, et artistes émergents et locaux. En avril, un concert de soutien est organisé à l’Espace des Arts du Pradet. Cité des Arts en tant que partenaire du festival y sera bien évidemment. Rencontre avec David, le programmateur historique, qui détient les secrets d’un festival réussi.

 

Quelle est la spécificité du Festival de Néoules ?

Il y a deux scènes face à face, le public n’a qu’à se retourner. Il y a trois minutes de pause entre chaque show, ce sont sept heures de musique quasi non-stop.

C’est un festival indépendant, associatif, 100% bénévole. Nous faisons nous-même le plus de choses possibles, gratuitement. Nous payons artistes et régies techniques. Nous soutenons la culture en milieu rural, dans la Provence Verte. Nous la rendons accessible à tous en réduisant les coûts. Nous gardons notre philosophie Roots. Les artistes mangent au milieu des bénévoles, qui cotoient ainsi des artistes internationaux, Alpha Blondy, Alborosie, Thiéfaine… Pour les artistes, c’est plus convivial, ils sont heureux de cet accueil moins froid que sur d’autres festivals professionnels.

Nous avons un camping, un marché artisanal, des graffeurs. Nous tendons de plus en plus à devenir un Eco-festival, avec des eco-cup, une brigade verte qui ramasse les mégots.

 

Tu nous prépares quoi cette année ?

J’ouvre le jeudi avec une scène Dub, Electro, Hip-hop, Natural Trance. Nous avons High Tone les fers de lance du dub français. Puis Highlight Tribe, de la Natural Trance instrumentale, groupe phare de la trance en France. Dans la même veine, Petite Fumée, des jeunes français. En découverte qui commence à marcher l’Entourloupe, de l’Electro Hip-Hop aux influences dub. Puis Radical Guru, un polonais seul aux machines en électro-dub, et Devi Reed en instrumental Ragga-Dub.

Le vendredi soir, soirée Reggae avec Alborosie, sicilien immigré en Jamaïque qu’on ne présente plus et U Roy en Sound System avec Joe Ariwa, le fils de Mad Professor. En découverte The Sunvizors : une nana qui chante avec une énergie énorme. Puis Vanupié, ancien ingénieur, qui a commencé à jouer dans le métro, a été filmé et fait trois millions de vues YouTube en 3 mois. Enfin, les locaux Jah Legacy, un des meilleurs groupes de Reggae du coin, qui tournent depuis une dizaine d’années.

Le samedi soir scène française Rock, avec en tête d’affiche les Fatal Picards en rock alternatif et les Motivés : Mouss et Hakim de Zebda. Egalement Soviet Suprem qui ressort un album, avec un des chanteurs de la Caravane Passe. On renoue avec le punk grâce aux Sales Majestés, pour moi le groupe Punkrock français de référence, qui tourne depuis les années 70. Aussi un groupe qui me tient à cœur :  Skarbone 14, du Rock Ska festif belge, c’est leur seconde prestation à Néoules et enfin les locaux Freddy’s, ils sont très bons.

 

Il y aura un concert de soutien en avril…

L’idée est venue d’une rencontre avec Stéphane, régisseur de l’Espace des Arts au Pradet. Ca nous aide à financer une partie des artistes. Nous programmons La Caravane Passe, du Rock festif avec une influence Balkans. C’est hyper entraînant. Pendant leur dernier concert, le public est parti en farandole spontanée. L’idée première est de créer du festif. J’aime avec ce genre de concerts réunir des gens qui viennent faire la fête, et ressortent avec la banane. Ils deviennent avenants, généreux et repartent avec des étoiles dans les yeux.

 

C’est l’heure des remerciements

La Mairie de Néoules est notre principal partenaire financier et nous offre beaucoup de moyens techniques. André Guiol le maire nous soutient depuis des années. Egalement le Département, le Conseil Régional, Radio Active et Radio Star cette année. Sur le concert de soutien l’association Rayon de sourire et la Mairie du Pradet. Et bien sûr tous nos bénévoles : ils sont cent-vingt au total.

 

Tes meilleurs souvenirs de Festival ?

Un des très bons c’était en 2015. Pour la dernière soirée, on avait Asian Dub Fondation et Soom T, et on finit avec Naâman qui fait monter les chanteurs des groupes précédents. C’était la 25ème édition. On devait s’arrêter à 1h. Et on a coupé à 2h20 ! C’était magique, il y avait deux mille cinq cent personnes, on était à guichet fermé, le public est resté jusqu’au bout et ça ne s’arrêtait pas !

En 2016 également, pendant les balances de Babylon Circus. Il y avait eu les attentats du 14 juillet, et les pompiers nous ont demandé d’effectuer un exercice d’évacuation. On devait ouvrir les portes dans une heure. Les artistes en pleines balances ont dû évacuer. Ils étaient au milieu des vignes, en plein cagnard. Et la soirée avec les Babylon et Zoufris Maracas a été magique.

 

Site web du Festival de Néoules