zoom
David Bismuth, Les festivals sont générateurs de rencontres David Bismuth, Les festivals sont générateurs de rencontres
zoom
David Bismuth, Les festivals sont générateurs de rencontres David Bismuth, Les festivals sont générateurs de rencontres
zoom
David Bismuth, Les festivals sont générateurs de rencontres David Bismuth, Les festivals sont générateurs de rencontres
zoom
David Bismuth, Les festivals sont générateurs de rencontres David Bismuth, Les festivals sont générateurs de rencontres
zoom
David Bismuth, Les festivals sont générateurs de rencontres David Bismuth, Les festivals sont générateurs de rencontres
zoom
David Bismuth, Les festivals sont générateurs de rencontres David Bismuth, Les festivals sont générateurs de rencontres

David Bismuth, Les festivals sont générateurs de rencontres

    Partager sur :

09.02 - La Nuit du Piano 4 - Foyer Campra - Opéra de Toulon 
Le Festival de musique de Toulon en partenariat avec L'Opéra.

 

David Bismuth, pianiste hors pair, reviendra prochainement dans sa région natale, la Côte d’Azur, pour la quatrième Nuit du Piano. L’Opéra de Toulon invite cet artiste à jouer des musiques françaises sur le thème « Paris 1900 ». Les oreilles à l’écoute, les yeux qui suivent la gestuelle du pianiste, les partitions qui se succèdent : Debussy, Chausson, Fauré, Franck…Une soirée mélodieuse qui se prépare. Nous retrouverons également Fanny Azzuro, Nathanaël Gouin, Célia Oneto Bensaid parmi les artistes.

 

Vous avez consacré une grande partie de votre œuvre aux chef d’œuvres de Beethoven mais dans ce disque «Paris 1900», vous vous êtes intéressé aux compositeurs français…
En réalité ma discographie a d’abord été consacrée à des compositeurs français comme Gabriel Fauré et César Franck qui figurent sur mon premier disque. Beethoven est arrivé après avec l’enregistrement «Beethoven et ses maîtres». J’ai deux axes bien différents que j’alterne dans ma discographie : un axe autour de Beethoven et Bach et l’autre autour de la musique classique française. J’ai fait un duo avec Geneviève Laurenceau au violon : «Paris 1900». Mon autre duo était avec Pierre Génisson à la clarinette, nommé «made in France», sur des compositions de Debussy, entre autres, qui est là depuis l’origine. Ces deux axes sont constants.

Vous faites partie des pianistes invités à la Nuit du Piano pour rendre hommage aux grands compositeurs. Comment appréhendez-vous cette soirée ?
Je suis ravi ! J’aime les rencontres artistiques, surtout entre pianistes, parce qu’en général on est plutôt isolé et là, c’est l’occasion de partager un projet, le temps d’une soirée. Cela crée une ambiance particulière. Je connais certains des artistes invités et d’autres que je n’ai pas eu l’occasion de rencontrer, comme Fanny Azzuro. Ces festivals sont générateurs de rencontres, ce que j’apprécie particulièrement. Et comme, je suis originaire de Grasse, et ai fait mes débuts au conservatoire de Nice, c’est avec plaisir que je reviens sur la Côte d’Azur.

C’est vous qui avez choisi les morceaux que vous allez jouer ?
Oui, j’avais une grande liberté de sélection du moment que le thème « Paris 1900 » était respecté. Je suis heureux de pouvoir rejouer des morceaux de mes enregistrements. J’aurais aimé pouvoir choisir plus de Debussy mais Nathanaël Gouin en interprétera plusieurs également. Alors j’ai puisé dans ma discographie et j’ai choisi de jouer des mélodies de Fauré et Franck. Je suis fier de présenter une œuvre rarement jouée de Chausson, que j’ai découverte récemment. Le festival Radio France Occitanie, l’été dernier à Montpellier m’avait demandé de jouer cette sonate. L’œuvre n’a pas été retranscrite donc on ne peut trouver la partition originale qu’à la Bibliothèque Nationale de France. J’ai donc proposé à au Festival de musique de Toulon de la jouer pour la Nuit du Piano, elle se prête au thème et c’est une œuvre que nous n’avons pas l’habitude d’entendre.

Vous préparez un prochain enregistrement?
Oui. J’ai sorti fin 2018 mon enregistrement « Paris 1900 » dédié à la musique française et maintenant je reviens vers Beethoven, encore ! Je pense que je vais rester dans cet univers-là pendant deux ans, sortir un disque en 2020 et enrichir ma discographie.

Léa Muller.

 

Site Officiel de David Bismuth

Site Web de L'Opéra de Toulon

Chaîne Youtube Officiel de David Bismuth


Discipline: Articles, Musique



Catégories : Articles, Musique

Retour

09.02 - La Nuit du Piano 4 - Foyer Campra - Opéra de Toulon 
Le Festival de musique de Toulon en partenariat avec L'Opéra.

 

David Bismuth, pianiste hors pair, reviendra prochainement dans sa région natale, la Côte d’Azur, pour la quatrième Nuit du Piano. L’Opéra de Toulon invite cet artiste à jouer des musiques françaises sur le thème « Paris 1900 ». Les oreilles à l’écoute, les yeux qui suivent la gestuelle du pianiste, les partitions qui se succèdent : Debussy, Chausson, Fauré, Franck…Une soirée mélodieuse qui se prépare. Nous retrouverons également Fanny Azzuro, Nathanaël Gouin, Célia Oneto Bensaid parmi les artistes.

 

Vous avez consacré une grande partie de votre œuvre aux chef d’œuvres de Beethoven mais dans ce disque «Paris 1900», vous vous êtes intéressé aux compositeurs français…
En réalité ma discographie a d’abord été consacrée à des compositeurs français comme Gabriel Fauré et César Franck qui figurent sur mon premier disque. Beethoven est arrivé après avec l’enregistrement «Beethoven et ses maîtres». J’ai deux axes bien différents que j’alterne dans ma discographie : un axe autour de Beethoven et Bach et l’autre autour de la musique classique française. J’ai fait un duo avec Geneviève Laurenceau au violon : «Paris 1900». Mon autre duo était avec Pierre Génisson à la clarinette, nommé «made in France», sur des compositions de Debussy, entre autres, qui est là depuis l’origine. Ces deux axes sont constants.

Vous faites partie des pianistes invités à la Nuit du Piano pour rendre hommage aux grands compositeurs. Comment appréhendez-vous cette soirée ?
Je suis ravi ! J’aime les rencontres artistiques, surtout entre pianistes, parce qu’en général on est plutôt isolé et là, c’est l’occasion de partager un projet, le temps d’une soirée. Cela crée une ambiance particulière. Je connais certains des artistes invités et d’autres que je n’ai pas eu l’occasion de rencontrer, comme Fanny Azzuro. Ces festivals sont générateurs de rencontres, ce que j’apprécie particulièrement. Et comme, je suis originaire de Grasse, et ai fait mes débuts au conservatoire de Nice, c’est avec plaisir que je reviens sur la Côte d’Azur.

C’est vous qui avez choisi les morceaux que vous allez jouer ?
Oui, j’avais une grande liberté de sélection du moment que le thème « Paris 1900 » était respecté. Je suis heureux de pouvoir rejouer des morceaux de mes enregistrements. J’aurais aimé pouvoir choisir plus de Debussy mais Nathanaël Gouin en interprétera plusieurs également. Alors j’ai puisé dans ma discographie et j’ai choisi de jouer des mélodies de Fauré et Franck. Je suis fier de présenter une œuvre rarement jouée de Chausson, que j’ai découverte récemment. Le festival Radio France Occitanie, l’été dernier à Montpellier m’avait demandé de jouer cette sonate. L’œuvre n’a pas été retranscrite donc on ne peut trouver la partition originale qu’à la Bibliothèque Nationale de France. J’ai donc proposé à au Festival de musique de Toulon de la jouer pour la Nuit du Piano, elle se prête au thème et c’est une œuvre que nous n’avons pas l’habitude d’entendre.

Vous préparez un prochain enregistrement?
Oui. J’ai sorti fin 2018 mon enregistrement « Paris 1900 » dédié à la musique française et maintenant je reviens vers Beethoven, encore ! Je pense que je vais rester dans cet univers-là pendant deux ans, sortir un disque en 2020 et enrichir ma discographie.

Léa Muller.

 

Site Officiel de David Bismuth

Site Web de L'Opéra de Toulon

Chaîne Youtube Officiel de David Bismuth