zoom
Djazia Satour - Théâtre du Rocher - 20h30

Djazia Satour - Théâtre du Rocher - 20h30

    Partager sur :

Dans son nouvel album Aswât (« Des voix »), Djazia Satour explore dans une veine subtile et personnelle l’héritage musical algérien. On reconnaît dans ses compositions les influences les plus actuelles, empruntées notamment à la folk indie et au groove d’une pop pétillante. L’inspiration s’infléchit cependant de façon marquée vers les genres traditionnels qui ont bercé ses premières années. Cette résurgence des modes musicaux et des rythmes algérois n’est pas seulement perceptible dans les accents mélodiques et les vocalises, tout en touches de sensibilité. Elle s’affirme dans la présence du banjo et du mandole qui font jaillir leurs sublimes étincelles dans les accords et les transitions instrumentales. Porté par ces deux ailes virevoltantes du chaâbi et soutenu à son paroxysme par le bendir, le chant prend de l’altitude et résonne comme un rappel lancinant des origines. Les textes chantés en arabe évoquent, sur un ton à la fois intuitif et distancié, les thèmes de la dépossession, de l’exil, de l’errance en appelant à la mémoire et à l’amour qui avivent la nostalgie des lieux désertés et des gens disparus. Résonnent alors des voix qui répercutent le tumulte du monde.

https://www.tandem83.com/djazia-satour/


Discipline: Agenda, Musique

Ville: La Garde

Date: 05 février 2021.



Catégories : Agenda, Musique

Retour
Dans son nouvel album Aswât (« Des voix »), Djazia Satour explore dans une veine subtile et personnelle l’héritage musical algérien. On reconnaît dans ses compositions les influences les plus actuelles, empruntées notamment à la folk indie et au groove d’une pop pétillante. L’inspiration s’infléchit cependant de façon marquée vers les genres traditionnels qui ont bercé ses premières années. Cette résurgence des modes musicaux et des rythmes algérois n’est pas seulement perceptible dans les accents mélodiques et les vocalises, tout en touches de sensibilité. Elle s’affirme dans la présence du banjo et du mandole qui font jaillir leurs sublimes étincelles dans les accords et les transitions instrumentales. Porté par ces deux ailes virevoltantes du chaâbi et soutenu à son paroxysme par le bendir, le chant prend de l’altitude et résonne comme un rappel lancinant des origines. Les textes chantés en arabe évoquent, sur un ton à la fois intuitif et distancié, les thèmes de la dépossession, de l’exil, de l’errance en appelant à la mémoire et à l’amour qui avivent la nostalgie des lieux désertés et des gens disparus. Résonnent alors des voix qui répercutent le tumulte du monde. https://www.tandem83.com/djazia-satour/