zoom
Dominique Baviera - Les Arts toujours en Pôle Position.

Dominique Baviera - Les Arts toujours en Pôle Position.

    Partager sur :

Le Pôle Arts Plastiques de la ville a repris ses activités depuis le 12 mai dernier, à la Maison du Cygne, à la Batterie du Cap Nègre et à la Maison du Patrimoine. Cet été, les différents sites s’ouvrent à de nouvelles expositions en partenariat avec d’autres centres d’art. Rencontre avec Dominique Baviera, le directeur du PAP, pour en savoir davantage.

Vous avez été les premiers dans le Var à rouvrir vos sites d’expositions dès le dé-confinement et à présenter de nouveaux artistes. Comment vous êtes-vous organisés ?

De manière très simple, en prenant, en amont, toutes les mesures de sécurité sanitaire souhaitables et en nous adaptant aux évolutions et aux recommandations gouvernementales ; à commencer par une régulation des personnes visitant les différentes salles. Pourquoi attendre, sachant que les deux mois de confinement ont été pour toutes et tous une épreuve surtout pour celles et ceux, comme nous, habitués au contact et à la relation à l’autre. Cela a été une volonté du Maire et de l’élue à la culture... Nous avons en effet, présenté, dès le 12 mai, les travaux de nouveaux artistes en modifiant les programmations. Même si pour l’heure les lancements d’expositions s’effectuent toujours à huis clos et que les problématiques sanitaires qui demeurent nous imposent d’éviter tout rassemblement important et toute médiation, le public revient en nombre dans nos salles et jardins. Il peut ainsi bénéficier en toute sécurité d’expositions de qualité tout en profitant de cadres environnants magiques. Je pense bien entendu au Jardin Remarquable de la Maison du Cygne mais aussi aux points de vue exceptionnels qu’offrent la Batterie du Cap Nègre et la Maison du Patrimoine.

Pouvez-vous nous parler des expositions d’été ?

Depuis quatre ans, la volonté municipale est de consacrer les expositions d’été au partenariat avec d’autres institutions et de redécouvrir ainsi une partie des fonds d’art contemporain de la région, sous forme d’expositions à thème. Cette année, le partenariat avec le Festival de Ramatuelle et l’Œil en Seyne nous permet de découvrir une très belle exposition de photographies de Matthieu Ricard au titre évocateur d’ « Émerveillement ». Ces photographies sont un hymne à la paix et à la fraternité, à l’image de son auteur. La Maison du Patrimoine présente une exposition d’artistes issus du fonds de la Villa Tamaris et dont les travaux sont réalisés sur support papier. Une place de choix est par ailleurs faite à une jeune plasticienne pleine de talent, Pauline Testi, diplômée de l’École Supérieure d’Art et de Design de TPM. Quant à la Batterie du Cap Nègre, elle accueille une sélection d’œuvres pluridisciplinaires de l’Hôtel des Arts du Département qui offre une vision très originale du paysage urbain, un « Regard polychrome sur la ville » selon son intitulé.

Pour la reprise de septembre, qu’envisagez-vous comme événements ?

Tout d’abord, les expositions d’été se termineront toutes le 20 septembre, durant les Journées Européennes du Patrimoine que nous célébrerons conjointement. L’Espace Jules-de-Greling (quatrième salle d’expositions) rouvrira ses portes dès la mi-septembre, pour une série d’expositions découvertes. Au début octobre, la Maison du Cygne accueillera les œuvres du plasticien marseillais Patrick Raphaël, la Maison du Patrimoine poursuivra ses activités avec des expositions de Phot’Azur et de l’École de Toulon. Quant à la Batterie du Cap Nègre, une importante exposition retraçant « L’Histoire de la Coiffure et du Barbier » sera organisée en collaboration avec divers organismes et collectionneurs, notamment le L.E.P. de la Coudoulière, les sociétés Babyliss et l’Oréal ainsi que les photographes Emi and Clyde. Pour le reste, en espérant que le contexte sanitaire ne soit pas défavorable, nous reprendrons toutes les formes de médiations ; à savoir les ateliers pédagogiques, les visites guidées, les rencontres avec les artistes, les Arty, les parcours en famille, les opérations land art… Bref, tout le panel de sensibilisation des publics auquel la municipalité est particulièrement attachée.

Site internet : Pôle Arts Plastiques 

 


Discipline: Articles, Arts graphiques, Littérature, Photographie



Catégories : Articles, Arts graphiques, Littérature, Photographie

Retour

Le Pôle Arts Plastiques de la ville a repris ses activités depuis le 12 mai dernier, à la Maison du Cygne, à la Batterie du Cap Nègre et à la Maison du Patrimoine. Cet été, les différents sites s’ouvrent à de nouvelles expositions en partenariat avec d’autres centres d’art. Rencontre avec Dominique Baviera, le directeur du PAP, pour en savoir davantage.

Vous avez été les premiers dans le Var à rouvrir vos sites d’expositions dès le dé-confinement et à présenter de nouveaux artistes. Comment vous êtes-vous organisés ?

De manière très simple, en prenant, en amont, toutes les mesures de sécurité sanitaire souhaitables et en nous adaptant aux évolutions et aux recommandations gouvernementales ; à commencer par une régulation des personnes visitant les différentes salles. Pourquoi attendre, sachant que les deux mois de confinement ont été pour toutes et tous une épreuve surtout pour celles et ceux, comme nous, habitués au contact et à la relation à l’autre. Cela a été une volonté du Maire et de l’élue à la culture... Nous avons en effet, présenté, dès le 12 mai, les travaux de nouveaux artistes en modifiant les programmations. Même si pour l’heure les lancements d’expositions s’effectuent toujours à huis clos et que les problématiques sanitaires qui demeurent nous imposent d’éviter tout rassemblement important et toute médiation, le public revient en nombre dans nos salles et jardins. Il peut ainsi bénéficier en toute sécurité d’expositions de qualité tout en profitant de cadres environnants magiques. Je pense bien entendu au Jardin Remarquable de la Maison du Cygne mais aussi aux points de vue exceptionnels qu’offrent la Batterie du Cap Nègre et la Maison du Patrimoine.

Pouvez-vous nous parler des expositions d’été ?

Depuis quatre ans, la volonté municipale est de consacrer les expositions d’été au partenariat avec d’autres institutions et de redécouvrir ainsi une partie des fonds d’art contemporain de la région, sous forme d’expositions à thème. Cette année, le partenariat avec le Festival de Ramatuelle et l’Œil en Seyne nous permet de découvrir une très belle exposition de photographies de Matthieu Ricard au titre évocateur d’ « Émerveillement ». Ces photographies sont un hymne à la paix et à la fraternité, à l’image de son auteur. La Maison du Patrimoine présente une exposition d’artistes issus du fonds de la Villa Tamaris et dont les travaux sont réalisés sur support papier. Une place de choix est par ailleurs faite à une jeune plasticienne pleine de talent, Pauline Testi, diplômée de l’École Supérieure d’Art et de Design de TPM. Quant à la Batterie du Cap Nègre, elle accueille une sélection d’œuvres pluridisciplinaires de l’Hôtel des Arts du Département qui offre une vision très originale du paysage urbain, un « Regard polychrome sur la ville » selon son intitulé.

Pour la reprise de septembre, qu’envisagez-vous comme événements ?

Tout d’abord, les expositions d’été se termineront toutes le 20 septembre, durant les Journées Européennes du Patrimoine que nous célébrerons conjointement. L’Espace Jules-de-Greling (quatrième salle d’expositions) rouvrira ses portes dès la mi-septembre, pour une série d’expositions découvertes. Au début octobre, la Maison du Cygne accueillera les œuvres du plasticien marseillais Patrick Raphaël, la Maison du Patrimoine poursuivra ses activités avec des expositions de Phot’Azur et de l’École de Toulon. Quant à la Batterie du Cap Nègre, une importante exposition retraçant « L’Histoire de la Coiffure et du Barbier » sera organisée en collaboration avec divers organismes et collectionneurs, notamment le L.E.P. de la Coudoulière, les sociétés Babyliss et l’Oréal ainsi que les photographes Emi and Clyde. Pour le reste, en espérant que le contexte sanitaire ne soit pas défavorable, nous reprendrons toutes les formes de médiations ; à savoir les ateliers pédagogiques, les visites guidées, les rencontres avec les artistes, les Arty, les parcours en famille, les opérations land art… Bref, tout le panel de sensibilisation des publics auquel la municipalité est particulièrement attachée.

Site internet : Pôle Arts Plastiques