zoom
Eva Lepetit, Un monde en musique

Eva Lepetit, Un monde en musique

    Partager sur :

11.05 & 12.05 Scènes du Monde - Espace Pierre Bel - La Valette

 

Le festival Scènes du Monde revient cette année pour notre plus grand plaisir. Nous avons rencontré Eva; la présidente de l’association Mundozika, qui promeut les musiques du monde dans la région, et nous détaille la programmation.

 

Vous reprenez ce festival après une pause de quelques années...
Au départ, nous étions au Pradet, cette année nous revenons à La Valette. C’est la tournée de Casuarina, qui nous a donné envie de recommencer. Il ont sorti quelques albums depuis qu’on les a fait jouer. Ils font de la nouvelle samba, avec un vrai style. C’est très instrumental, il y a des perçus, du cavaquinho... Au Brésil tout le monde chante en chœur pendant leur concerts. Ils arrivent à faire danser les foules sur des airs anciens, à les mettre au goût du jour. Sur scène, ils ont beaucoup d’énergie. Et là, ils sortent un nouvel album. Ils se sont rencontrés quand ils étaient étudiants en musique. Ils faisaient des Roda di Samba où ils jouent en cercle autour d’une table et le public les entoure, chante et danse. Ils entament une grande tournée, avec Paris, Bordeaux, et La Valette !


Qui seront les autres artistes présents ?
C’est un festival assez lusophone, où les associations Sarava et Mundozika s’associent. Au départ c’était un festival porté par Sarava (association de musique brésilienne ndlr) qui invitait déjà d’autres pays que le Brésil. Nous aurons Monica Pereira. Nous avions une envie de Cap Vert, et nous avons trouvé Monica, excellente chanteuse, qui joue avec certains musiciens que l’on connait déjà dont le guitariste Hervé Morisot. Elle a une grosse présence sur scène, beaucoup d’énergie. C’est une capverdienne qui a aussi des origines de Guinée Bissau, donc elle mélange beaucoup de styles. Il y a beaucoup de percussions, on aime ça. Puis nous aurons le duo Suscitante, des brésiliens de Marseille, un joue de la Rabeca, un violon brésilien, et le guitariste est très bon. Nous aurons également Timbo, excellent danseur brésilien, d’origine africaine, qui est beaucoup dans le lien avec nature, avec les Orichas, ces divinités afro-américaines, il fait le lien entre Afrique et Brésil.


Vous avez de nombreuses animations...
Timbo animera un stage de danses brésiliennes. Nous aurons également un stage de chants méditerranéens et percussions, avec Sylvie Paz, une très bonne chanteuse marseillaise du groupe les Dames de la Joliette. Le samedi aura lieu un marché du monde gratuit en extérieur sur l’esplanade de l’Espace Pierre Bel, avec des bijoux, des vêtements, des vendeurs d’instruments de musique, et des animations, des démonstrations de danse, de djembé. Nous pratiquons une politique de tarifs bas : 12€ la journée et le pass à 20€, qui donnent droit à des tarifs réduits pour les stages.
Votre association Mundozika a-t-elle une activité toute l’année ?
Les stages de chant méditerranéen ont lieu régulièrement. En février nous avons fait un stage de chant brésilien et portugais avec Cali Roy. Nous organisons aussi des concerts et donnons des cours de djembé tous les mardis à l’Hélice, avec Seydou Dramé, depuis trois ans. Le groupe d’élèves viendra sur le marché pour faire de l’animation. On avait joué à la Fête de la Musique, et là on cherche des dates pour cet été.

 

Site Web de Mundozika

 


Discipline: Articles, Musique,



Catégories : Articles, Musique,

Retour

11.05 & 12.05 Scènes du Monde - Espace Pierre Bel - La Valette

 

Le festival Scènes du Monde revient cette année pour notre plus grand plaisir. Nous avons rencontré Eva; la présidente de l’association Mundozika, qui promeut les musiques du monde dans la région, et nous détaille la programmation.

 

Vous reprenez ce festival après une pause de quelques années...
Au départ, nous étions au Pradet, cette année nous revenons à La Valette. C’est la tournée de Casuarina, qui nous a donné envie de recommencer. Il ont sorti quelques albums depuis qu’on les a fait jouer. Ils font de la nouvelle samba, avec un vrai style. C’est très instrumental, il y a des perçus, du cavaquinho... Au Brésil tout le monde chante en chœur pendant leur concerts. Ils arrivent à faire danser les foules sur des airs anciens, à les mettre au goût du jour. Sur scène, ils ont beaucoup d’énergie. Et là, ils sortent un nouvel album. Ils se sont rencontrés quand ils étaient étudiants en musique. Ils faisaient des Roda di Samba où ils jouent en cercle autour d’une table et le public les entoure, chante et danse. Ils entament une grande tournée, avec Paris, Bordeaux, et La Valette !


Qui seront les autres artistes présents ?
C’est un festival assez lusophone, où les associations Sarava et Mundozika s’associent. Au départ c’était un festival porté par Sarava (association de musique brésilienne ndlr) qui invitait déjà d’autres pays que le Brésil. Nous aurons Monica Pereira. Nous avions une envie de Cap Vert, et nous avons trouvé Monica, excellente chanteuse, qui joue avec certains musiciens que l’on connait déjà dont le guitariste Hervé Morisot. Elle a une grosse présence sur scène, beaucoup d’énergie. C’est une capverdienne qui a aussi des origines de Guinée Bissau, donc elle mélange beaucoup de styles. Il y a beaucoup de percussions, on aime ça. Puis nous aurons le duo Suscitante, des brésiliens de Marseille, un joue de la Rabeca, un violon brésilien, et le guitariste est très bon. Nous aurons également Timbo, excellent danseur brésilien, d’origine africaine, qui est beaucoup dans le lien avec nature, avec les Orichas, ces divinités afro-américaines, il fait le lien entre Afrique et Brésil.


Vous avez de nombreuses animations...
Timbo animera un stage de danses brésiliennes. Nous aurons également un stage de chants méditerranéens et percussions, avec Sylvie Paz, une très bonne chanteuse marseillaise du groupe les Dames de la Joliette. Le samedi aura lieu un marché du monde gratuit en extérieur sur l’esplanade de l’Espace Pierre Bel, avec des bijoux, des vêtements, des vendeurs d’instruments de musique, et des animations, des démonstrations de danse, de djembé. Nous pratiquons une politique de tarifs bas : 12€ la journée et le pass à 20€, qui donnent droit à des tarifs réduits pour les stages.
Votre association Mundozika a-t-elle une activité toute l’année ?
Les stages de chant méditerranéen ont lieu régulièrement. En février nous avons fait un stage de chant brésilien et portugais avec Cali Roy. Nous organisons aussi des concerts et donnons des cours de djembé tous les mardis à l’Hélice, avec Seydou Dramé, depuis trois ans. Le groupe d’élèves viendra sur le marché pour faire de l’animation. On avait joué à la Fête de la Musique, et là on cherche des dates pour cet été.

 

Site Web de Mundozika