zoom
Gang of peafowl, à la conquête du monde.

Gang of peafowl, à la conquête du monde.

    Partager sur :

Saviez-vous qu’Arcade Fire étaient toulonnais ? Bon, ils ne le sont pas, mais leurs enfants (spirituels) si. Ce serait, cela dit, réducteur tant leur univers musical est riche, et leurs voix suaves nous emportent sur des rivages lointains. Par une belle matinée du mois d’août, j’ai retrouvé Alex et Laëtitia, les deux chanteurs, ainsi que leur manager sur une terrasse de notre belle ville d’Hyères.

 

Mais qui est donc ce Gang du Paon ?


Alex : Le groupe a été créé en 2013 par Alex au chant et à la guitare, Tommy à la basse et Hugo à la batterie. Laetitia nous a rejoint au chant peu après. Puis en 2014, Martin nous a rejoint à la guitare. Nous avons d’emblée commencé à travailler sur des compos. Nous avons participé à de nombreux tremplins locaux, que nous avons assez souvent gagnés d’ailleurs. C’est ainsi que Tandem SMAC nous a repérés et nous a offert une résidence. Nous avons sorti en CD notre premier album Wet Clothes en 2016. Il a été financé grâce à nos fans en crowdfunding internet, à Toolong Records, à Tandem et à la région PACA qui ont financé enregistrement, production et pressage. L’album est disponible sur toutes les plateformes de téléchargement, mais surtout dans tous nos concerts.


Comment définissez-vous votre musique ?


Alex : Nous sommes un groupe de rock indé. Rock alternatif parfois. Nos influences sont nombreuses, d’Arcade Fire effectivement, à BJM, Broken Social Scene, ou War on Drugs.
Après la sortie de l’album, vous avez fait de nombreuses tournées...


Laët : On n’arrête pas ! La première d’avril à juin 2016 pour 30 dates dans la France entière dans des grandes et des petites salles. Un doc est d’ailleurs disponible sur YouTube sur la tournée. Puis d’octobre à décembre 2016 sur un plus petit format. Cette année en avril, et pour la fête de la musique à Toulon à l’Hôtel des Arts.


Des projets ?


Laët : Nous sommes en préparation d’un nouvel EP, nous allons d’ailleurs lancé une nouvelle campagne de crowdfunding bientôt. En avril 2018, nous tournerons en Allemagne, et dans les festivals d’été l’année prochaine. Nous avons eu le privilège de remporter le tremplin jeunes talents Horizon Sud. Le prix est une résidence à l’AMI à Marseille, un enregistrement préprod, et surtout un concert à La Fiesta des Suds !


Pourquoi l’anglais ?


Alex : Tout ce que nous écoutons est en anglais, cela nous paraît donc naturel d’écrire dans cette langue. L’anglais se prête mieux à notre style de musique, et nous offre également une ouverture à l’international, car c’est dans nos intentions de toucher un public étranger.


Comment faites-vous pour réaliser des clips d’une telle qualité ?


Laët : Là, nous devons remercier Anthony Letullier de Slater Filmaker, c’est un magicien.

 

 

 

 

Facebook

YouTube


Discipline: Articles, Musique,



Catégories : Articles, Musique,

Retour

Saviez-vous qu’Arcade Fire étaient toulonnais ? Bon, ils ne le sont pas, mais leurs enfants (spirituels) si. Ce serait, cela dit, réducteur tant leur univers musical est riche, et leurs voix suaves nous emportent sur des rivages lointains. Par une belle matinée du mois d’août, j’ai retrouvé Alex et Laëtitia, les deux chanteurs, ainsi que leur manager sur une terrasse de notre belle ville d’Hyères.

 

Mais qui est donc ce Gang du Paon ?


Alex : Le groupe a été créé en 2013 par Alex au chant et à la guitare, Tommy à la basse et Hugo à la batterie. Laetitia nous a rejoint au chant peu après. Puis en 2014, Martin nous a rejoint à la guitare. Nous avons d’emblée commencé à travailler sur des compos. Nous avons participé à de nombreux tremplins locaux, que nous avons assez souvent gagnés d’ailleurs. C’est ainsi que Tandem SMAC nous a repérés et nous a offert une résidence. Nous avons sorti en CD notre premier album Wet Clothes en 2016. Il a été financé grâce à nos fans en crowdfunding internet, à Toolong Records, à Tandem et à la région PACA qui ont financé enregistrement, production et pressage. L’album est disponible sur toutes les plateformes de téléchargement, mais surtout dans tous nos concerts.


Comment définissez-vous votre musique ?


Alex : Nous sommes un groupe de rock indé. Rock alternatif parfois. Nos influences sont nombreuses, d’Arcade Fire effectivement, à BJM, Broken Social Scene, ou War on Drugs.
Après la sortie de l’album, vous avez fait de nombreuses tournées...


Laët : On n’arrête pas ! La première d’avril à juin 2016 pour 30 dates dans la France entière dans des grandes et des petites salles. Un doc est d’ailleurs disponible sur YouTube sur la tournée. Puis d’octobre à décembre 2016 sur un plus petit format. Cette année en avril, et pour la fête de la musique à Toulon à l’Hôtel des Arts.


Des projets ?


Laët : Nous sommes en préparation d’un nouvel EP, nous allons d’ailleurs lancé une nouvelle campagne de crowdfunding bientôt. En avril 2018, nous tournerons en Allemagne, et dans les festivals d’été l’année prochaine. Nous avons eu le privilège de remporter le tremplin jeunes talents Horizon Sud. Le prix est une résidence à l’AMI à Marseille, un enregistrement préprod, et surtout un concert à La Fiesta des Suds !


Pourquoi l’anglais ?


Alex : Tout ce que nous écoutons est en anglais, cela nous paraît donc naturel d’écrire dans cette langue. L’anglais se prête mieux à notre style de musique, et nous offre également une ouverture à l’international, car c’est dans nos intentions de toucher un public étranger.


Comment faites-vous pour réaliser des clips d’une telle qualité ?


Laët : Là, nous devons remercier Anthony Letullier de Slater Filmaker, c’est un magicien.

 

 

 

 

Facebook

YouTube