zoom
Jean-Christophe Spinosi - La Collégiale, le festival du partage.

Jean-Christophe Spinosi - La Collégiale, le festival du partage.

    Partager sur :

Le Festival de la Collégiale est une institution pour les amateurs de musique classique, et les autres. Il était important de pouvoir le maintenir. D'autant que Jean-Christophe Spinosi avait prévu de présenter la création mondiale d'un opéra de Vivaldi : "L'Olimpiade".

C’est une année un peu spéciale pour le Festival ?

La mairie de Six-Fours a été très courageuse de maintenir ce festival. Six-Fours est une ville de culture, et surtout de culture populaire. C’est un festival de partage des arts, pour tous, c’est comme ça qu’il a été conçu. Cette année il va falloir composer avec les mesures de distanciation sociale, le concert en plein air ne peut d’ailleurs pas avoir lieu.

Quel est le programme de cette édition ?

Nous avons un programme exceptionnel. Tout d’abord, nous donnons la première représentation d’un opéra de Vivaldi que nous venons de créer et que l’on va tourner pendant quatre ans : « L’Olimpiade ». Il se passe pendant les Jeux Olympiques en Grèce Antique, nous allons donc le donner jusqu’aux Jeux de 2024 ! C’est une première mondiale à Six-Fours, ensuite nous irons à Vienne, au Théâtre des Champs_Elysées à Paris etc. La musique est magnifique, à la fois très baroque avec des airs spectaculaires, et très populaire. C’est un Opéra radieux et inspiré, et tous publics. Nous avons un superbe cast avec sept chanteurs internationaux, et de jeunes pointures françaises. Puis nous donnerons un programme avec comme pièce maîtresse le Magnificat de Bach par l’Ensemble Mattheus. Nous aurons cinq solistes, et un chœur professionnel : l’ensemble vocal « Mélismes ». C’est une des grandes pièces sacrées de l’histoire de la musique, très joyeuse, très enlevée. L’écrin de la Collégiale va être parfait. Nous aurons également ce soir-là le concerto pour clavecin en ré mineur de Bach en première partie de soirée, qui est pour moi le plus beau des concertos pour clavecins de Bach. Il sera joué par Stéphane Fuget, grand claveciniste et chef d’orchestre. C’est un programme taillé sur mesure pour la Collégiale de Six-Fours, lieu extraordinaire, où il faut entendre ce genre de pièces. Le troisième concert est la symphonie « Jupiter » de Mozart, la n°41, sa dernière. Dans l’histoire de la musique, de grands compositeurs, comme Mendelssohn, ont déclaré que c’était la plus grande symphonie jamais composée. A cette occasion, nous allons avoir une disposition très spéciale puisque public et musiciens seront mélangés. C’est une expérience jamais vue, le public va être au cœur du son. Le final est comme une cathédrale de son, et le public sera au milieu de sa nef. Cela va, de plus, nous permettre de respecter les règles de distanciation sociale, et même en mieux.

Site internet : Ville de Six-Fours


Discipline: Articles, Musique, Événements,



Catégories : Articles, Musique, Événements,

Retour

Le Festival de la Collégiale est une institution pour les amateurs de musique classique, et les autres. Il était important de pouvoir le maintenir. D'autant que Jean-Christophe Spinosi avait prévu de présenter la création mondiale d'un opéra de Vivaldi : "L'Olimpiade".

C’est une année un peu spéciale pour le Festival ?

La mairie de Six-Fours a été très courageuse de maintenir ce festival. Six-Fours est une ville de culture, et surtout de culture populaire. C’est un festival de partage des arts, pour tous, c’est comme ça qu’il a été conçu. Cette année il va falloir composer avec les mesures de distanciation sociale, le concert en plein air ne peut d’ailleurs pas avoir lieu.

Quel est le programme de cette édition ?

Nous avons un programme exceptionnel. Tout d’abord, nous donnons la première représentation d’un opéra de Vivaldi que nous venons de créer et que l’on va tourner pendant quatre ans : « L’Olimpiade ». Il se passe pendant les Jeux Olympiques en Grèce Antique, nous allons donc le donner jusqu’aux Jeux de 2024 ! C’est une première mondiale à Six-Fours, ensuite nous irons à Vienne, au Théâtre des Champs_Elysées à Paris etc. La musique est magnifique, à la fois très baroque avec des airs spectaculaires, et très populaire. C’est un Opéra radieux et inspiré, et tous publics. Nous avons un superbe cast avec sept chanteurs internationaux, et de jeunes pointures françaises. Puis nous donnerons un programme avec comme pièce maîtresse le Magnificat de Bach par l’Ensemble Mattheus. Nous aurons cinq solistes, et un chœur professionnel : l’ensemble vocal « Mélismes ». C’est une des grandes pièces sacrées de l’histoire de la musique, très joyeuse, très enlevée. L’écrin de la Collégiale va être parfait. Nous aurons également ce soir-là le concerto pour clavecin en ré mineur de Bach en première partie de soirée, qui est pour moi le plus beau des concertos pour clavecins de Bach. Il sera joué par Stéphane Fuget, grand claveciniste et chef d’orchestre. C’est un programme taillé sur mesure pour la Collégiale de Six-Fours, lieu extraordinaire, où il faut entendre ce genre de pièces. Le troisième concert est la symphonie « Jupiter » de Mozart, la n°41, sa dernière. Dans l’histoire de la musique, de grands compositeurs, comme Mendelssohn, ont déclaré que c’était la plus grande symphonie jamais composée. A cette occasion, nous allons avoir une disposition très spéciale puisque public et musiciens seront mélangés. C’est une expérience jamais vue, le public va être au cœur du son. Le final est comme une cathédrale de son, et le public sera au milieu de sa nef. Cela va, de plus, nous permettre de respecter les règles de distanciation sociale, et même en mieux.

Site internet : Ville de Six-Fours