zoom
Julien Ripoll - Nous croyons très fort à la reprise Julien Ripoll - Nous croyons très fort à la reprise
zoom
Julien Ripoll - Nous croyons très fort à la reprise Julien Ripoll - Nous croyons très fort à la reprise
zoom
Julien Ripoll - Nous croyons très fort à la reprise Julien Ripoll - Nous croyons très fort à la reprise
zoom
Julien Ripoll - Nous croyons très fort à la reprise Julien Ripoll - Nous croyons très fort à la reprise
zoom
Julien Ripoll - Nous croyons très fort à la reprise Julien Ripoll - Nous croyons très fort à la reprise
zoom
Julien Ripoll - Nous croyons très fort à la reprise Julien Ripoll - Nous croyons très fort à la reprise
zoom
Julien Ripoll - Nous croyons très fort à la reprise Julien Ripoll - Nous croyons très fort à la reprise
zoom
Julien Ripoll - Nous croyons très fort à la reprise Julien Ripoll - Nous croyons très fort à la reprise

Julien Ripoll - Nous croyons très fort à la reprise

    Partager sur :

MUSIQUE
Triggerfish – en résidence au Rocher en mars – La Garde 
Guiguette Hot Club - 23 août à La Londe-Les-Maures, 21 juin à Digne, 29 septembre à Montceau-Les-Mines 

Julien dirige l’association Tambouille Prod, qui produit différents groupes, dont leur groupe phare, Guinguette Hot Club. Si vous n’avez pas encore assisté à un de leurs concerts, vivement la reprise, ce sera une bonne façon d’exorciser les frustrations qui grandissent en nous !

Tambouille prod reste particulièrement active malgré la période !

Nous sommes une petite prod indépendante, c’est ce qui nous sauve. Grâce au Fond de Solidarité Covid-19, nous pouvons envisager l’avenir sereinement. Autour du Guinguette Hot Club, qui reste notre projet phare, nous nous engageons dans plusieurs autres, notamment un groupe de jazz : Triggerfish. Ils ont créé une cagnotte de soutien sur Kiss Kiss Bank Bank pour enregistrer leur premier album. Nous les aidons à créer une collection de vidéos, entre autres. C’est une musique cinématique, un jazz qui appelle au voyage. Les clips seront autour de l’animation. C’est le premier groupe qui se démarque de notre cahier des charges chanson française festive. Il sera en résidence courant mars au Théâtre du Rocher à La Garde et l’album devrait sortir en juin. Autre nouveau groupe : Mamacita, avec un répertoire solaire et festif, qui va du rock latino à la Négresses Vertes, jusqu’à des standards de la cumbia, autour de compos et de reprises. En projet toujours, un spectacle jeune public, avec un quintet de cuivres, un voyage anatomique et musical, façon « Il était une fois la vie ». Cette période nous a permis de réfléchir à notre activité de producteur et d’avancer sur nos projets.

Vous allez être associé au projet autour de Félix Mayol…

Luc Benito, à la place du FiMé, a décidé cette année d’honorer la mémoire de Mayol. C’était un interprète très populaire et attaché à Toulon, sa ville natale. Luc a retrouvé ça dans Guinguette Hot Club : des interprètes, bien identifiés à Toulon. Nous découvrons le personnage, ses textes sont modernes et empreints de poésie. De notre côté, on y apporte la sensibilité de nos différents musiciens : Bossa Nova, Reggae etc. Par exemple « Boudabou », un texte sur un tirailleur sénégalais, que les musiciens ont couplé au « Buffalo soldier » de Marley, sur les afro-américains enrôlés dans l’armée des Etats-Unis à la fin du XIXème. Cohérence dans le thème, donc, et hommage à Marley également, mort il y a quarante ans, et qui avait donné son avant-dernier concert au stade Mayol ! Le projet est porté par une équipe de six musiciens, les deux Francis, Lison, Marion, Lina, et Blandine Laroche, que l’on va découvrir, une accordéoniste voyageuse ! Nous créerons quelques chansons jamais enregistrées, notamment « Le Cours Lafayette ». En début d’été, nous jouerons le 18 juin à la Bière de la Rade pour le lancement de la Félix, au Clos Mayol, et à l’inauguration de l’expo consacrée à Mayol au Musée d’Arts. A l’automne, nous irons au Liberté, au Rocher et à Marelios. Il y aura certainement aussi un événement avec le RCT. Bien sûr, nous avons un projet d’album : il n’en existe pas autour de Mayol. Ce sera une première expérience studio pour nous. Nous aimons cultiver notre identité varoise, et sommes fiers d’être associés à ce projet.

Comment s’est passée pour vous cette période ?

Cette période de contrainte, sans scène, s’est transformée en temps de travail. Nous avons pu obtenir des résidences financées, grâce au dispositif mis en place par l’Arsud, dont celle au Pôle en novembre, avec Fransisters, version septet. L’été dernier, nous avons créé la Guinguette à Roulettes, une régie mobile, adaptée à un format guitarechant ambulant. Nous l’avons beaucoup tournée : à Hyères, Saint-Cyr, au Domaine du Rayol cet été, et à noël, avec une déco de circonstance ! Également l’été dernier, et pour la première fois, avec deux des formations de Guinguette Hot Club, nous avons réalisé la tournée des Voix Départementales. Nous la referons en 2021, avec des propositions un peu plus world, avec les groupes Sueño de Bacalao et Mamacita. Aujourd’hui, Tambouille Prod est devenue un interlocuteur reconnu, et nous croyons très fort à la reprise.

 

ITW Varoise

Mayol ou Raimu ?

Mayol a révélé Raimu. Sans Mayol, Raimu n’aurait peut-être pas été l’acteur que l’on connaît !

Vin de Bandol ou Biere de la Rade ?

À partir de 30 ans d’âge j’accepte un Bandol. Sinon, Bière de la Rade !

RCT ou SCTV ?

J'étais sur le port en 1987 en train de célébrer le Rct champion de france sans même savoir ce qu’était le rugby ! J’suis quand même resté fan...

Guinguette ou Jazz Club ?

Les deux mon capitaine !

Faron ou Coudon ?

Les deux. Je rajouterais même Baou, Mont-Caume ...

Le Best of du Var ?

La beauté et la douceur de vivre. Ici plus qu’ailleurs. Mais j’suis sacrément chauvin, j’avoue

 

Mars 2021


Discipline: Articles, Musique



Catégories : Articles, Musique

Retour

MUSIQUE
Triggerfish – en résidence au Rocher en mars – La Garde 
Guiguette Hot Club - 23 août à La Londe-Les-Maures, 21 juin à Digne, 29 septembre à Montceau-Les-Mines 

Julien dirige l’association Tambouille Prod, qui produit différents groupes, dont leur groupe phare, Guinguette Hot Club. Si vous n’avez pas encore assisté à un de leurs concerts, vivement la reprise, ce sera une bonne façon d’exorciser les frustrations qui grandissent en nous !

Tambouille prod reste particulièrement active malgré la période !

Nous sommes une petite prod indépendante, c’est ce qui nous sauve. Grâce au Fond de Solidarité Covid-19, nous pouvons envisager l’avenir sereinement. Autour du Guinguette Hot Club, qui reste notre projet phare, nous nous engageons dans plusieurs autres, notamment un groupe de jazz : Triggerfish. Ils ont créé une cagnotte de soutien sur Kiss Kiss Bank Bank pour enregistrer leur premier album. Nous les aidons à créer une collection de vidéos, entre autres. C’est une musique cinématique, un jazz qui appelle au voyage. Les clips seront autour de l’animation. C’est le premier groupe qui se démarque de notre cahier des charges chanson française festive. Il sera en résidence courant mars au Théâtre du Rocher à La Garde et l’album devrait sortir en juin. Autre nouveau groupe : Mamacita, avec un répertoire solaire et festif, qui va du rock latino à la Négresses Vertes, jusqu’à des standards de la cumbia, autour de compos et de reprises. En projet toujours, un spectacle jeune public, avec un quintet de cuivres, un voyage anatomique et musical, façon « Il était une fois la vie ». Cette période nous a permis de réfléchir à notre activité de producteur et d’avancer sur nos projets.

Vous allez être associé au projet autour de Félix Mayol…

Luc Benito, à la place du FiMé, a décidé cette année d’honorer la mémoire de Mayol. C’était un interprète très populaire et attaché à Toulon, sa ville natale. Luc a retrouvé ça dans Guinguette Hot Club : des interprètes, bien identifiés à Toulon. Nous découvrons le personnage, ses textes sont modernes et empreints de poésie. De notre côté, on y apporte la sensibilité de nos différents musiciens : Bossa Nova, Reggae etc. Par exemple « Boudabou », un texte sur un tirailleur sénégalais, que les musiciens ont couplé au « Buffalo soldier » de Marley, sur les afro-américains enrôlés dans l’armée des Etats-Unis à la fin du XIXème. Cohérence dans le thème, donc, et hommage à Marley également, mort il y a quarante ans, et qui avait donné son avant-dernier concert au stade Mayol ! Le projet est porté par une équipe de six musiciens, les deux Francis, Lison, Marion, Lina, et Blandine Laroche, que l’on va découvrir, une accordéoniste voyageuse ! Nous créerons quelques chansons jamais enregistrées, notamment « Le Cours Lafayette ». En début d’été, nous jouerons le 18 juin à la Bière de la Rade pour le lancement de la Félix, au Clos Mayol, et à l’inauguration de l’expo consacrée à Mayol au Musée d’Arts. A l’automne, nous irons au Liberté, au Rocher et à Marelios. Il y aura certainement aussi un événement avec le RCT. Bien sûr, nous avons un projet d’album : il n’en existe pas autour de Mayol. Ce sera une première expérience studio pour nous. Nous aimons cultiver notre identité varoise, et sommes fiers d’être associés à ce projet.

Comment s’est passée pour vous cette période ?

Cette période de contrainte, sans scène, s’est transformée en temps de travail. Nous avons pu obtenir des résidences financées, grâce au dispositif mis en place par l’Arsud, dont celle au Pôle en novembre, avec Fransisters, version septet. L’été dernier, nous avons créé la Guinguette à Roulettes, une régie mobile, adaptée à un format guitarechant ambulant. Nous l’avons beaucoup tournée : à Hyères, Saint-Cyr, au Domaine du Rayol cet été, et à noël, avec une déco de circonstance ! Également l’été dernier, et pour la première fois, avec deux des formations de Guinguette Hot Club, nous avons réalisé la tournée des Voix Départementales. Nous la referons en 2021, avec des propositions un peu plus world, avec les groupes Sueño de Bacalao et Mamacita. Aujourd’hui, Tambouille Prod est devenue un interlocuteur reconnu, et nous croyons très fort à la reprise.

 

ITW Varoise

Mayol ou Raimu ?

Mayol a révélé Raimu. Sans Mayol, Raimu n’aurait peut-être pas été l’acteur que l’on connaît !

Vin de Bandol ou Biere de la Rade ?

À partir de 30 ans d’âge j’accepte un Bandol. Sinon, Bière de la Rade !

RCT ou SCTV ?

J'étais sur le port en 1987 en train de célébrer le Rct champion de france sans même savoir ce qu’était le rugby ! J’suis quand même resté fan...

Guinguette ou Jazz Club ?

Les deux mon capitaine !

Faron ou Coudon ?

Les deux. Je rajouterais même Baou, Mont-Caume ...

Le Best of du Var ?

La beauté et la douceur de vivre. Ici plus qu’ailleurs. Mais j’suis sacrément chauvin, j’avoue

 

Mars 2021