zoom
Julien Ripoll : Radio Active, le partenaire culturel.

Julien Ripoll : Radio Active, le partenaire culturel.

    Partager sur :

Radio Active, LA radio associative indépendante locale, est un acteur primordial de la vie culturelle. Elle propose une programmation musicale indépendante, et des émissions variées au coeur de l’action culturelle. Au fil du temps elle a noué de nombreux partenariats avec les autres acteurs culturels et offre à toutes les bonnes volontés la possibilité de s’y impliquer. Nous avons rencontré Julien, son président.

 

 Peux-tu nous présenter Radioactive ?

C’est la seule radio associative de l’aire toulonnaise. Elle existe depuis vingt-six ans maintenant, c’est donc une radio pérenne. La radio est indépendante et non-commerciale, c’est un choix éthique. Nous vivons uniquement de subventions, d’adhésions et de dons. Nous avons par ailleurs la volonté de nouer des relations fortes avec les acteurs culturels locaux.

Aujourd’hui, Radio Active c’est environ 5000 auditeurs par jour, plus le streaming et les podcasts sur Internet. Elle est entièrement gérée par des bénévoles, nous avons une salariée en CDI, et ponctuellement des CDD et services civiques.

Quelle est votre ligne éditoriale ?

Elle est assez marquée, pour citer notre site internet : « Par des rendez-vous hebdomadaires ou quotidiens, Active défend une double vocation : contribuer au développement de l’agglomération en ouvrant l’antenne aux associations, à l’action sociale, à la création et aux voix inaudibles de la contre-culture; et élargir l’éventail des musiques actuelles, soutenir la scène locale, promouvoir les artistes échappant aux grands circuits commerciaux.

Vous êtes donc très impliqués dans la vie culturelle locale…

Pour obtenir la FSER (subvention européenne), il existe deux critères d’attribution, la taille de la radio, et son implication dans la création locale. Nous jouons sur le deuxième volet. Nous créons nos propres émissions, c’est de la création indépendante et exclusive. Nous avons une vraie exigence éditoriale sur les émissions qui remplissent notre grille.

Historiquement la radio avait une vocation sociale avec des émissions ethniques, corse, antillaise ou une émission pour les prisonniers toulonnais. Pendant un temps cela a disparu pour laisser plus place à la musique. Aujourd’hui, nous nous orientons de nouveau sur la culture, en général, mais surtout locale. Nous existons beaucoup par ce maillage que l’on peut tisser avec les différents acteurs locaux, avec une volonté de créer des partenariats plus intelligents, pas uniquement promotionnels. Nous avons commencé à faire des émissions hors les murs, nous faisons une chronique pour votre magazine, créons des playlists pour le Liberté ou Châteauvallon, faisons des Djs sets sur des événements. Nous formons également aux outils radiophoniques et à l’animation.

Nous avons des partenariats, entre autres, avec le Liberté Scène Nationale, Châteauvallon Scène Nationale, l’Espace Malraux, Tandem, l’Espace des Arts au Pradet, Cité des Arts, des compagnies de théâtre…

Votre grille d’émission est très variée…

Il y a des émissions musicales thématiques qui constituent la majeure partie de la grille, Reggae, Pop, Rock, Black music, Electro. Certaines, historiques comme Rock Side, la Grosse Tambouille, Jah Love Music, Mission impossible, ont une vingtaine d’années d’existence.

Plusieurs émissions s’attachent à la vie culturelle locale, comme Sous la plage y’a des pavés, qui est au cœur de notre partenariat avec Tandem, Sylvain Besse faisant partie des chroniqueurs.

Notre émission consacrée au théâtre est très dynamique, elle chronique beaucoup d’œuvres et de compagnies. Nous avons une émission de jeu, de cinéma, une nouvelle qui sera consacrée aux jeux vidéo, et bientôt une émission de philo. Nous proposons également des formats courts, de 10 à 30 minutes, avec une émission de jardinage, ou une érotico-culinaire !

Comment est décidée la playlist ?

Radio Active n’est gérée que par des bénévoles. Depuis deux ans, l’organisation est horizontale, collégiale, tous les animateurs ont une voix, chaque adhérent à une voix, chaque émission a une voix. Nous avons la volonté d’impliquer encore plus nos adhérents. Pour les différentes problématiques, il y a une commission. La playlist est décidée par une commission, aujourd’hui de quatre à cinq personnes, qui décident des titres. Nous avons une véritable vocation à diffuser des artistes locaux, des artistes qui n’ont pas accès à des media de diffusion, des indépendants, des autoproduits, des micro-labels. En local, nous pouvons citer Willy Caïd, Hifiklub, Gang of Peafowls, El Botcho et bien d’autres.

 

Site web de Radio Active 

 


Discipline: Articles, Musique, Initiatives



Catégories : Articles, Musique, Initiatives

Retour

Radio Active, LA radio associative indépendante locale, est un acteur primordial de la vie culturelle. Elle propose une programmation musicale indépendante, et des émissions variées au coeur de l’action culturelle. Au fil du temps elle a noué de nombreux partenariats avec les autres acteurs culturels et offre à toutes les bonnes volontés la possibilité de s’y impliquer. Nous avons rencontré Julien, son président.

 

 Peux-tu nous présenter Radioactive ?

C’est la seule radio associative de l’aire toulonnaise. Elle existe depuis vingt-six ans maintenant, c’est donc une radio pérenne. La radio est indépendante et non-commerciale, c’est un choix éthique. Nous vivons uniquement de subventions, d’adhésions et de dons. Nous avons par ailleurs la volonté de nouer des relations fortes avec les acteurs culturels locaux.

Aujourd’hui, Radio Active c’est environ 5000 auditeurs par jour, plus le streaming et les podcasts sur Internet. Elle est entièrement gérée par des bénévoles, nous avons une salariée en CDI, et ponctuellement des CDD et services civiques.

Quelle est votre ligne éditoriale ?

Elle est assez marquée, pour citer notre site internet : « Par des rendez-vous hebdomadaires ou quotidiens, Active défend une double vocation : contribuer au développement de l’agglomération en ouvrant l’antenne aux associations, à l’action sociale, à la création et aux voix inaudibles de la contre-culture; et élargir l’éventail des musiques actuelles, soutenir la scène locale, promouvoir les artistes échappant aux grands circuits commerciaux.

Vous êtes donc très impliqués dans la vie culturelle locale…

Pour obtenir la FSER (subvention européenne), il existe deux critères d’attribution, la taille de la radio, et son implication dans la création locale. Nous jouons sur le deuxième volet. Nous créons nos propres émissions, c’est de la création indépendante et exclusive. Nous avons une vraie exigence éditoriale sur les émissions qui remplissent notre grille.

Historiquement la radio avait une vocation sociale avec des émissions ethniques, corse, antillaise ou une émission pour les prisonniers toulonnais. Pendant un temps cela a disparu pour laisser plus place à la musique. Aujourd’hui, nous nous orientons de nouveau sur la culture, en général, mais surtout locale. Nous existons beaucoup par ce maillage que l’on peut tisser avec les différents acteurs locaux, avec une volonté de créer des partenariats plus intelligents, pas uniquement promotionnels. Nous avons commencé à faire des émissions hors les murs, nous faisons une chronique pour votre magazine, créons des playlists pour le Liberté ou Châteauvallon, faisons des Djs sets sur des événements. Nous formons également aux outils radiophoniques et à l’animation.

Nous avons des partenariats, entre autres, avec le Liberté Scène Nationale, Châteauvallon Scène Nationale, l’Espace Malraux, Tandem, l’Espace des Arts au Pradet, Cité des Arts, des compagnies de théâtre…

Votre grille d’émission est très variée…

Il y a des émissions musicales thématiques qui constituent la majeure partie de la grille, Reggae, Pop, Rock, Black music, Electro. Certaines, historiques comme Rock Side, la Grosse Tambouille, Jah Love Music, Mission impossible, ont une vingtaine d’années d’existence.

Plusieurs émissions s’attachent à la vie culturelle locale, comme Sous la plage y’a des pavés, qui est au cœur de notre partenariat avec Tandem, Sylvain Besse faisant partie des chroniqueurs.

Notre émission consacrée au théâtre est très dynamique, elle chronique beaucoup d’œuvres et de compagnies. Nous avons une émission de jeu, de cinéma, une nouvelle qui sera consacrée aux jeux vidéo, et bientôt une émission de philo. Nous proposons également des formats courts, de 10 à 30 minutes, avec une émission de jardinage, ou une érotico-culinaire !

Comment est décidée la playlist ?

Radio Active n’est gérée que par des bénévoles. Depuis deux ans, l’organisation est horizontale, collégiale, tous les animateurs ont une voix, chaque adhérent à une voix, chaque émission a une voix. Nous avons la volonté d’impliquer encore plus nos adhérents. Pour les différentes problématiques, il y a une commission. La playlist est décidée par une commission, aujourd’hui de quatre à cinq personnes, qui décident des titres. Nous avons une véritable vocation à diffuser des artistes locaux, des artistes qui n’ont pas accès à des media de diffusion, des indépendants, des autoproduits, des micro-labels. En local, nous pouvons citer Willy Caïd, Hifiklub, Gang of Peafowls, El Botcho et bien d’autres.

 

Site web de Radio Active