zoom
L'Entourloop, Sans mauvais tours ! L'Entourloop, Sans mauvais tours !
zoom
L'Entourloop, Sans mauvais tours ! L'Entourloop, Sans mauvais tours !

L'Entourloop, Sans mauvais tours !

    Partager sur :

01.06 au Festival Couleurs Urbaines à la Seyne-Sur-Mer.

Sir James et King Johnny sont les figures de proue du mystérieux collectif l‘Entourloop. Ces anciens, nourris au bon grain des Sound Systems et de la culture vinyle sont en tournée avec leur dernier album intitulé « Le Savoir Faire » ! Une fine fusion entre Reggae et Hip Hop qui fait aujourd’hui leur identité, tout en exploitant les samples, les scratchs et une french touch vintage qui nous fait voyager depuis la France vers Kingston, Londres et New York ! Ils seront sur scène lors du festival Couleurs Urbaines le samedi 1er juin.

 

Pour vous faire connaître vous êtes passés par le net...
Essentiellement, oui. On a commencé en faisant des remix de morceaux classiques de reggae et de hip-hop il y a six ans et on les a publié sur le net. Et c’est ce qui nous a permis de nous faire connaître car c’est l’avantage sur internet, tout se diffuse très vite.


Votre musique rassemble hip-hop et reggae, quelles sont vos influences ?
On est assez nombreux dans le collectif. Il y a beaucoup de collectionneurs de disques, des producteurs, des musiciens. Donc il y a des influences variées qui viennent aussi des voyages comme la musique indienne et africaine. Nous sommes influencés principalement par la musique caribéenne, par les DJ des années 2000, les DJ Américains, et aussi la culture du sampling. On aime réutiliser les vinyles et tout le savoir-faire de cette époque-là.


Qu’est-ce qui vous a poussés à rassembler ces deux styles différents ?
Par la collection des vinyles. On s’est vite rendu compte que c’était deux styles très liés, surtout par leur origine commune : la culture Sound System. Les premiers chanteurs et rappeurs étaient des Jamaïcains qui animaient les dancefloors. C’est vraiment deux styles de musiques cousins. Et rassembler hip-hop et reggae est devenu la patte du collectif. Notre base est plus hip hop, nous utilisons les procédés de celui-ci.


Vous avez de nombreux invités sur votre dernier album...
C’est un album qui rassemble un peu la crème des MC Européens, avec un style très dansant. On a mis assez longtemps à le réaliser : nous sommes un collectif et devons rassembler et mettre en commun toutes nos idées. On fait tout à la main la plupart du temps comme les tenues et les décors sur scène. Il y a de nombreux featuring dans cet album. On a souhaité réunir les MC qui nous plaisaient le plus en Europe et avec qui on s’entendait bien. Il y a beaucoup d’anglais, notamment Charlie P, une écossaise, un autrichien. D’autres chanteurs nous demandent de leur créer de la musique, et parfois le courant passe. Nous rencontrons également de nombreux artistes lors des concerts. Dans le collectif et sur scène, nous sommes représentés par deux papys, ce sont les figures de proue du groupe.


Un prochain album est prévu ?
Un EP est en préparation, composé de six titres avec Skarra Mucci, il sortira avant l’été. Nous avons déjà collaboré avec Skarra Mucci sur le morceau
« Dreader Than Dread » qui avait fait un carton de vues sur Youtube et on a voulu remettre ça.


Stellie Poirrier

Site Officiel de l'Entourloop

Site Officiel du Festival Couleurs Urbaines


Discipline: Articles, Musique,



Catégories : Articles, Musique,

Retour

01.06 au Festival Couleurs Urbaines à la Seyne-Sur-Mer.

Sir James et King Johnny sont les figures de proue du mystérieux collectif l‘Entourloop. Ces anciens, nourris au bon grain des Sound Systems et de la culture vinyle sont en tournée avec leur dernier album intitulé « Le Savoir Faire » ! Une fine fusion entre Reggae et Hip Hop qui fait aujourd’hui leur identité, tout en exploitant les samples, les scratchs et une french touch vintage qui nous fait voyager depuis la France vers Kingston, Londres et New York ! Ils seront sur scène lors du festival Couleurs Urbaines le samedi 1er juin.

 

Pour vous faire connaître vous êtes passés par le net...
Essentiellement, oui. On a commencé en faisant des remix de morceaux classiques de reggae et de hip-hop il y a six ans et on les a publié sur le net. Et c’est ce qui nous a permis de nous faire connaître car c’est l’avantage sur internet, tout se diffuse très vite.


Votre musique rassemble hip-hop et reggae, quelles sont vos influences ?
On est assez nombreux dans le collectif. Il y a beaucoup de collectionneurs de disques, des producteurs, des musiciens. Donc il y a des influences variées qui viennent aussi des voyages comme la musique indienne et africaine. Nous sommes influencés principalement par la musique caribéenne, par les DJ des années 2000, les DJ Américains, et aussi la culture du sampling. On aime réutiliser les vinyles et tout le savoir-faire de cette époque-là.


Qu’est-ce qui vous a poussés à rassembler ces deux styles différents ?
Par la collection des vinyles. On s’est vite rendu compte que c’était deux styles très liés, surtout par leur origine commune : la culture Sound System. Les premiers chanteurs et rappeurs étaient des Jamaïcains qui animaient les dancefloors. C’est vraiment deux styles de musiques cousins. Et rassembler hip-hop et reggae est devenu la patte du collectif. Notre base est plus hip hop, nous utilisons les procédés de celui-ci.


Vous avez de nombreux invités sur votre dernier album...
C’est un album qui rassemble un peu la crème des MC Européens, avec un style très dansant. On a mis assez longtemps à le réaliser : nous sommes un collectif et devons rassembler et mettre en commun toutes nos idées. On fait tout à la main la plupart du temps comme les tenues et les décors sur scène. Il y a de nombreux featuring dans cet album. On a souhaité réunir les MC qui nous plaisaient le plus en Europe et avec qui on s’entendait bien. Il y a beaucoup d’anglais, notamment Charlie P, une écossaise, un autrichien. D’autres chanteurs nous demandent de leur créer de la musique, et parfois le courant passe. Nous rencontrons également de nombreux artistes lors des concerts. Dans le collectif et sur scène, nous sommes représentés par deux papys, ce sont les figures de proue du groupe.


Un prochain album est prévu ?
Un EP est en préparation, composé de six titres avec Skarra Mucci, il sortira avant l’été. Nous avons déjà collaboré avec Skarra Mucci sur le morceau
« Dreader Than Dread » qui avait fait un carton de vues sur Youtube et on a voulu remettre ça.


Stellie Poirrier

Site Officiel de l'Entourloop

Site Officiel du Festival Couleurs Urbaines