zoom
La Compagnie HO - Du street art pour redécouvrir Bandol.

La Compagnie HO - Du street art pour redécouvrir Bandol.

    Partager sur :

La ville de Bandol, dans un souci de rendre sa liberté à l’art, a choisi de mettre en place une semaine consacrée au Street Painting. A cette occasion, les artistes de la Compagnie HO, à l’origine du festival international de Street Painting de Toulon qui a dû être annulé cette année, habilleront les murs et les sols de la ville avec leurs couleurs, poésies, motifs et dessins en tout genre !

Cet été, la ville de Bandol a choisi de mettre en place une semaine spéciale Street Painting. Dans quel cadre cette semaine a-t-elle lieu ?

Pour commencer, nous sommes très reconnaissants envers Bandol qui met un point d’honneur à valoriser l’art dans son ensemble, dont le street art. Cette semaine de Street Painting a pour but d’animer les rues et de faire découvrir la nouvelle promenade du Quai Charles de Gaulle, maintenant que les travaux sont terminés, par le biais d’un parcours street art. Le Ministère de la Culture a déclaré 2020 année de la BD. C’est donc le thème que nous avons choisi pour notre semaine spéciale. Les artistes présents ont tous participé au Festival International de Street Painting de Toulon, dont plusieurs ont été primés. Il y aura de la qualité et beaucoup de diversité : chaque artiste offre un univers très différent. Au sein du parcours, chacun aura son propre espace pour valoriser et dévoiler son univers au public, et le long du Quai Charles de Gaulle, tous les artistes auront au moins deux portraits à faire. Également, Loïko et Mister Icol bénéficieront d’une place particulière afin de vous présenter leur spécialité, le graffiti.

Quel est le programme de la semaine ?

Le public pourra interagir avec les artistes et avec la ville. Il y aura des fresques 3D, des dessins éphémères, des fresques au sol ou murales. Un atelier de libre expression sera ouvert aux enfants près de l’Office du Tourisme. Près de la Place du Marché auront lieu plusieurs animations : un work-shop sensibilisera le public au dessin au sol, une fresque évolutive sera peinte sur deux ou trois jours par Edith Donc, Emmeline Line et Tomax Poum, et nous créerons un hastag pour la plus grande fresque afin que tout le monde puisse prendre une photo et la poster sur les réseaux sociaux. Tomax Poum nous fera aussi découvrir des noms historiques de Bandol sur les murs de la ville : Jacques-Yves Cousteau, Katherine Mansfield, Auguste et Louis Lumière, Raimu, Paul Ricard ou encore Joseph Ravaisou...

Quels sont vos autres projets ?

Nous menons des actions pédagogiques pour sensibiliser le jeune public et avec des communes créons des fresques murales. Nous commencerons également bientôt à organiser le Festival International de Street Painting de Toulon de l’année prochaine. Quant aux artistes, ils aident à monter des salons ou des expositions comme celle de Roger Boubenec qui vient d’avoir lieu à la Maison du Cygne de Six-Fours.

Vous êtes connus internationalement, comment avez-vous acquis cette notoriété ?

Au départ, nous étions un festival avec peu de moyen mais les artistes venaient et participaient avec plaisir et c’est leur engagement qui nous a permis de nous développer. Nous avons commencé à faire des partenariats avec l’Italie, le Mexique, l’Angleterre et l’Allemagne. En 2010, nous étions le premier festival du genre, désormais un second existe à Oyonnax dans l’Ain. Nous réfléchissons à devenir partenaires pour mutualiser les coûts de voyage de nos artistes. Ces partenariats, surtout à l’international, sont très importants. C’est ce qui permet aux artistes de la région toulonnaise de gagner en visibilité et de découvrir les travaux et techniques de peinture au sol de différentes cultures. Nous avons lancé un programme d’échange culturel en 2011 et ça nous a permis d’envoyer déjà une vingtaine d’artistes au Mexique ou en Italie, entre autres.

 

Lien vers l'événement à Bandol : Painting in the Street 


Discipline: Articles, Arts graphiques, Événements,



Catégories : Articles, Arts graphiques, Événements,

Retour

La ville de Bandol, dans un souci de rendre sa liberté à l’art, a choisi de mettre en place une semaine consacrée au Street Painting. A cette occasion, les artistes de la Compagnie HO, à l’origine du festival international de Street Painting de Toulon qui a dû être annulé cette année, habilleront les murs et les sols de la ville avec leurs couleurs, poésies, motifs et dessins en tout genre !

Cet été, la ville de Bandol a choisi de mettre en place une semaine spéciale Street Painting. Dans quel cadre cette semaine a-t-elle lieu ?

Pour commencer, nous sommes très reconnaissants envers Bandol qui met un point d’honneur à valoriser l’art dans son ensemble, dont le street art. Cette semaine de Street Painting a pour but d’animer les rues et de faire découvrir la nouvelle promenade du Quai Charles de Gaulle, maintenant que les travaux sont terminés, par le biais d’un parcours street art. Le Ministère de la Culture a déclaré 2020 année de la BD. C’est donc le thème que nous avons choisi pour notre semaine spéciale. Les artistes présents ont tous participé au Festival International de Street Painting de Toulon, dont plusieurs ont été primés. Il y aura de la qualité et beaucoup de diversité : chaque artiste offre un univers très différent. Au sein du parcours, chacun aura son propre espace pour valoriser et dévoiler son univers au public, et le long du Quai Charles de Gaulle, tous les artistes auront au moins deux portraits à faire. Également, Loïko et Mister Icol bénéficieront d’une place particulière afin de vous présenter leur spécialité, le graffiti.

Quel est le programme de la semaine ?

Le public pourra interagir avec les artistes et avec la ville. Il y aura des fresques 3D, des dessins éphémères, des fresques au sol ou murales. Un atelier de libre expression sera ouvert aux enfants près de l’Office du Tourisme. Près de la Place du Marché auront lieu plusieurs animations : un work-shop sensibilisera le public au dessin au sol, une fresque évolutive sera peinte sur deux ou trois jours par Edith Donc, Emmeline Line et Tomax Poum, et nous créerons un hastag pour la plus grande fresque afin que tout le monde puisse prendre une photo et la poster sur les réseaux sociaux. Tomax Poum nous fera aussi découvrir des noms historiques de Bandol sur les murs de la ville : Jacques-Yves Cousteau, Katherine Mansfield, Auguste et Louis Lumière, Raimu, Paul Ricard ou encore Joseph Ravaisou...

Quels sont vos autres projets ?

Nous menons des actions pédagogiques pour sensibiliser le jeune public et avec des communes créons des fresques murales. Nous commencerons également bientôt à organiser le Festival International de Street Painting de Toulon de l’année prochaine. Quant aux artistes, ils aident à monter des salons ou des expositions comme celle de Roger Boubenec qui vient d’avoir lieu à la Maison du Cygne de Six-Fours.

Vous êtes connus internationalement, comment avez-vous acquis cette notoriété ?

Au départ, nous étions un festival avec peu de moyen mais les artistes venaient et participaient avec plaisir et c’est leur engagement qui nous a permis de nous développer. Nous avons commencé à faire des partenariats avec l’Italie, le Mexique, l’Angleterre et l’Allemagne. En 2010, nous étions le premier festival du genre, désormais un second existe à Oyonnax dans l’Ain. Nous réfléchissons à devenir partenaires pour mutualiser les coûts de voyage de nos artistes. Ces partenariats, surtout à l’international, sont très importants. C’est ce qui permet aux artistes de la région toulonnaise de gagner en visibilité et de découvrir les travaux et techniques de peinture au sol de différentes cultures. Nous avons lancé un programme d’échange culturel en 2011 et ça nous a permis d’envoyer déjà une vingtaine d’artistes au Mexique ou en Italie, entre autres.

 

Lien vers l'événement à Bandol : Painting in the Street