zoom
Le Chien Rouge - Un festival éclectique pour une Culture accessible au plus grand nombre. Le Chien Rouge - Un festival éclectique pour une Culture accessible au plus grand nombre.
zoom
Le Chien Rouge - Un festival éclectique pour une Culture accessible au plus grand nombre. Le Chien Rouge - Un festival éclectique pour une Culture accessible au plus grand nombre.
zoom
Le Chien Rouge - Un festival éclectique pour une Culture accessible au plus grand nombre. Le Chien Rouge - Un festival éclectique pour une Culture accessible au plus grand nombre.
zoom
Le Chien Rouge - Un festival éclectique pour une Culture accessible au plus grand nombre. Le Chien Rouge - Un festival éclectique pour une Culture accessible au plus grand nombre.
zoom
Le Chien Rouge - Un festival éclectique pour une Culture accessible au plus grand nombre. Le Chien Rouge - Un festival éclectique pour une Culture accessible au plus grand nombre.
zoom
Le Chien Rouge - Un festival éclectique pour une Culture accessible au plus grand nombre. Le Chien Rouge - Un festival éclectique pour une Culture accessible au plus grand nombre.

Le Chien Rouge - Un festival éclectique pour une Culture accessible au plus grand nombre.

    Partager sur :

Musique

Festival Le Chien Rouge
Le Cannet des Maures
Du 16 au 18 juillet

Élue en charge de la Culture au Cannet des Maures, Sylvie Blayac nous annonce avec beaucoup d’enthousiasme le nouveau visage du Festival Le Chien Rouge qui se déroulera les 16, 17 et 18 juillet. Trois jours de concerts organisés et offerts par la Ville, pour toutes les oreilles ! Interview croisée avec son collaborateur Sébastien Lauvernet, agent en charge de la programmation artistique de l’événement.

Pouvez-vous nous raconter comment est né le festival ?
Le Festival Le Chien Rouge est né il y a douze ans. A ses débuts, il s’appelait le « Festival du Jeu de Boules ». Puis, la ville a initié une politique allant dans le sens de l’accès à la Culture pour tous. C’est passé par l’achat d’une oeuvre d’art par an installée dans les rues cannetoises. L’une des premières oeuvres a été la sculpture du Chien Rouge de William Sweetlove. C’est grâce à elle que le nom du festival est devenu ce qu’il est. Le Chien Rouge est également le nom du parcours d’art accessible dans les rues de notre ville, et qui compte aujourd’hui plus d’une vingtaine d’œuvres (fresques, sculptures...). Le festival s’inscrit dans la droite ligne de cette politique de culture démocratisée. 

Qu’est-ce qui définit son ADN ?
Le Chien Rouge est avant tout un festival ouvert à tous les publics. Nous proposons dans nos programmations une variété artistique allant du rock à la pop, en passant par le hard rock ou le reggae. Nous essayons chaque année de proposer une tête d’affiche à forte notoriété, mais souhaitons rester sur de jeunes talents pour les autres dates, quitte à leur servir de tremplin pour découvrir leur public, et réciproquement. Cette année, si le fond reste plus ou moins le même, nous avons totalement remanié la forme. En commençant par un nouveau logo, donc une nouvelle image, mais aussi en condensant les trois dates du festival sur trois jours consécutifs. Jusqu’ici, les dates étaient étalées entre mi-juillet et mi-août. Nous avons également supprimé les spectacles humoristiques pour nous recentrer sur le volet musical. Quoiqu’il en soit, nous maintenons notre volonté de présenter au public des musiciens talentueux et des prestations de qualité.

Comment avez-vous choisi vos têtes d’affiches ?
L’équipe municipale voulait avant tout de belles voix. Pour le samedi, nous avons choisi Cock Robin, un groupe connu internationalement, mais qui vit en France et qui convient à un large public. Le groupe a été fondé au début des années 80 avec de grands classiques Pop Rock... Les quarante à cinquante ans s’en souviennent certainement ! Il sort un nouvel album intitulé « Homo Alien » qu’il nous dévoilera. Nous voulions aussi encourager des groupes qui commencent à monter, comme les Ladies Ballbreaker. C’est un genre d’AC/DC féminin qui est passé dans l’émission d’Antoine de Caunes et qui nous a beaucoup plu. Enfin, nous souhaitions un concert plus scénique et nous avons découvert La Poison par le biais de ses vidéos YouTube. C’est un trio électro-rock avec une présence incroyable. 

Il va y avoir aussi des premières parties...Comment avez-vous découvert ces musiciens ?
Red Beans & Pepper Sauce se produisaient à Montpellier en même temps que les Ladies. Sébastien les a découverts à cette occasion. Sinon, ce sont des locaux ! Les Celtic Kanan viennent de Toulon. Leur musique à la fois celte et folk se marie très bien avec le rock des Ladies Ballbreaker. Jude Todd quant à lui s’était déjà produit à la médiathèque municipale du Cannet à l’occasion de l’une de nos nombreuses médiations culturelles. Ce musicien habite à Fréjus et il a participé à la saison 2 de l’émission The Voice ! Il produit un répertoire essentiellement composé de variété anglaise, c’est un artiste dont le style est très imprégné de la musique anglaise des années 80/90.

En dehors des concerts, y aura-t-il des animations ?
L’une des particularités de cette édition 2021 devait effectivement être le déploiement dans toute la ville d’un « village musical » pendant les trois jours du festival. Nous avions prévu de nombreuses animations : une bourse à la musique avec de la vente de vinyles, de goodies et d’instruments, des expositions Harley Davidson et de nombreux autres rendez-vous très visuels. Mais la situation sanitaire actuelle nous impose d’annuler ces manifestations. Nous espérons pouvoir les proposer aux spectateurs l’année prochaine !

Juillet 2021


Discipline: Articles, Musique



Catégories : Articles, Musique

Retour

Musique

Festival Le Chien Rouge
Le Cannet des Maures
Du 16 au 18 juillet

Élue en charge de la Culture au Cannet des Maures, Sylvie Blayac nous annonce avec beaucoup d’enthousiasme le nouveau visage du Festival Le Chien Rouge qui se déroulera les 16, 17 et 18 juillet. Trois jours de concerts organisés et offerts par la Ville, pour toutes les oreilles ! Interview croisée avec son collaborateur Sébastien Lauvernet, agent en charge de la programmation artistique de l’événement.

Pouvez-vous nous raconter comment est né le festival ?
Le Festival Le Chien Rouge est né il y a douze ans. A ses débuts, il s’appelait le « Festival du Jeu de Boules ». Puis, la ville a initié une politique allant dans le sens de l’accès à la Culture pour tous. C’est passé par l’achat d’une oeuvre d’art par an installée dans les rues cannetoises. L’une des premières oeuvres a été la sculpture du Chien Rouge de William Sweetlove. C’est grâce à elle que le nom du festival est devenu ce qu’il est. Le Chien Rouge est également le nom du parcours d’art accessible dans les rues de notre ville, et qui compte aujourd’hui plus d’une vingtaine d’œuvres (fresques, sculptures...). Le festival s’inscrit dans la droite ligne de cette politique de culture démocratisée. 

Qu’est-ce qui définit son ADN ?
Le Chien Rouge est avant tout un festival ouvert à tous les publics. Nous proposons dans nos programmations une variété artistique allant du rock à la pop, en passant par le hard rock ou le reggae. Nous essayons chaque année de proposer une tête d’affiche à forte notoriété, mais souhaitons rester sur de jeunes talents pour les autres dates, quitte à leur servir de tremplin pour découvrir leur public, et réciproquement. Cette année, si le fond reste plus ou moins le même, nous avons totalement remanié la forme. En commençant par un nouveau logo, donc une nouvelle image, mais aussi en condensant les trois dates du festival sur trois jours consécutifs. Jusqu’ici, les dates étaient étalées entre mi-juillet et mi-août. Nous avons également supprimé les spectacles humoristiques pour nous recentrer sur le volet musical. Quoiqu’il en soit, nous maintenons notre volonté de présenter au public des musiciens talentueux et des prestations de qualité.

Comment avez-vous choisi vos têtes d’affiches ?
L’équipe municipale voulait avant tout de belles voix. Pour le samedi, nous avons choisi Cock Robin, un groupe connu internationalement, mais qui vit en France et qui convient à un large public. Le groupe a été fondé au début des années 80 avec de grands classiques Pop Rock... Les quarante à cinquante ans s’en souviennent certainement ! Il sort un nouvel album intitulé « Homo Alien » qu’il nous dévoilera. Nous voulions aussi encourager des groupes qui commencent à monter, comme les Ladies Ballbreaker. C’est un genre d’AC/DC féminin qui est passé dans l’émission d’Antoine de Caunes et qui nous a beaucoup plu. Enfin, nous souhaitions un concert plus scénique et nous avons découvert La Poison par le biais de ses vidéos YouTube. C’est un trio électro-rock avec une présence incroyable. 

Il va y avoir aussi des premières parties...Comment avez-vous découvert ces musiciens ?
Red Beans & Pepper Sauce se produisaient à Montpellier en même temps que les Ladies. Sébastien les a découverts à cette occasion. Sinon, ce sont des locaux ! Les Celtic Kanan viennent de Toulon. Leur musique à la fois celte et folk se marie très bien avec le rock des Ladies Ballbreaker. Jude Todd quant à lui s’était déjà produit à la médiathèque municipale du Cannet à l’occasion de l’une de nos nombreuses médiations culturelles. Ce musicien habite à Fréjus et il a participé à la saison 2 de l’émission The Voice ! Il produit un répertoire essentiellement composé de variété anglaise, c’est un artiste dont le style est très imprégné de la musique anglaise des années 80/90.

En dehors des concerts, y aura-t-il des animations ?
L’une des particularités de cette édition 2021 devait effectivement être le déploiement dans toute la ville d’un « village musical » pendant les trois jours du festival. Nous avions prévu de nombreuses animations : une bourse à la musique avec de la vente de vinyles, de goodies et d’instruments, des expositions Harley Davidson et de nombreux autres rendez-vous très visuels. Mais la situation sanitaire actuelle nous impose d’annuler ces manifestations. Nous espérons pouvoir les proposer aux spectateurs l’année prochaine !

Juillet 2021