zoom
Le Guinguette Hot Club fait swinguer l’Oméga !  Le Guinguette Hot Club fait swinguer l’Oméga !
zoom
Le Guinguette Hot Club fait swinguer l’Oméga !  Le Guinguette Hot Club fait swinguer l’Oméga !
zoom
Le Guinguette Hot Club fait swinguer l’Oméga !  Le Guinguette Hot Club fait swinguer l’Oméga !
zoom
Le Guinguette Hot Club fait swinguer l’Oméga !  Le Guinguette Hot Club fait swinguer l’Oméga !
zoom
Le Guinguette Hot Club fait swinguer l’Oméga !  Le Guinguette Hot Club fait swinguer l’Oméga !
zoom
Le Guinguette Hot Club fait swinguer l’Oméga !  Le Guinguette Hot Club fait swinguer l’Oméga !

Le Guinguette Hot Club fait swinguer l’Oméga !

    Partager sur :

Gros cuivres et rythmes qui pulsent : le 20 janvier et le 23 février, le Guinguette Hot Club prend ses quartiers d’hiver sur la scène de l’Oméga Live.
Présentation avec Julien Ripoll, manager de la joyeuse bande.

 

Qu’est-ce qui se cache derrière l’appellation Guinguette Hot Club ?

En fait, c’est la convergence de nombreux groupes de Toulon et des environs, dont certains membres se sont retrouvés pour donner naissance à un collectif. Il y a une quinzaine de musiciens qui viennent de Madame Oleson, de Tres Hombres, de Calamity Sister ou encore de l’Incroyable Freaks Band.


Et sur scène, l’ambiance ça donne quoi ?

Le mot guinguette résume bien l’ensemble, je pense. C’est un clin d’œil un peu rétro, assumé, aux bals où on aimait venir s’encanailler, draguer, boire un coup et danser. On a une grosse section cuivres et un soubassophone, un banjo, un ukulélé, des guitares, et cinq chanteurs. Le répertoire, c’est principalement de la chanson française : Gainsbourg, Aznavour, Trenet, Reggiani, mais aussi les VRP et toute cette mouvance des années 90 avec des groupes comme les Ogres de Barback ou la Rue Kétanou. Ou même des délires freestyle, comme ce medley rap qui mêle MC Solaar, IAM...

 

De quand date la formation de ce collectif ?

Les premières notes c’était en automne 2015. Au départ, c’était pour se faire plaisir, mais très vite on a vu que le public était demandeur de soirées festives. On a joué en clôture des America’s Cup World Series en septembre 2016, et on avait l’habitude de proposer un bal mensuel sous le chapiteau Attention Fragile à La Valette. Avec à chaque fois un public de plus en plus nombreux. Alors on s’est dit qu’on ne pouvait décemment pas les laisser en plan comme ça, donc on a pris nos quartiers d’hiver à l’Oméga Live de Toulon.


Tu peux détailler les prochaines dates ?

Déjà les 20 janvier et 23 février à l’Oméga Live, et après... on va bien voir ! Sans oublier le 16 mars au Vox, pour une soirée de soutien à Radio Active, l’antenne indépendante de Toulon, qui en a bien besoin !


Et quand je te dis Toulon, tu penses à quoi ?

Ca peut paraître galvaudé mais je dirais populaire ! C’est une ville qui a une belle richesse culturelle, une grande diversité. Et Toulon est populaire dans le sens bon enfant du terme, accessible et ouverte.

 

Le 20 janvier à L'Oméga Live de Toulon


Propos recueillis par Olivier STEPHAN

Facebook : Guinguette Hot Club

 


Discipline: Articles, Musique



Catégories : Articles, Musique

Retour

Gros cuivres et rythmes qui pulsent : le 20 janvier et le 23 février, le Guinguette Hot Club prend ses quartiers d’hiver sur la scène de l’Oméga Live.
Présentation avec Julien Ripoll, manager de la joyeuse bande.

 

Qu’est-ce qui se cache derrière l’appellation Guinguette Hot Club ?

En fait, c’est la convergence de nombreux groupes de Toulon et des environs, dont certains membres se sont retrouvés pour donner naissance à un collectif. Il y a une quinzaine de musiciens qui viennent de Madame Oleson, de Tres Hombres, de Calamity Sister ou encore de l’Incroyable Freaks Band.


Et sur scène, l’ambiance ça donne quoi ?

Le mot guinguette résume bien l’ensemble, je pense. C’est un clin d’œil un peu rétro, assumé, aux bals où on aimait venir s’encanailler, draguer, boire un coup et danser. On a une grosse section cuivres et un soubassophone, un banjo, un ukulélé, des guitares, et cinq chanteurs. Le répertoire, c’est principalement de la chanson française : Gainsbourg, Aznavour, Trenet, Reggiani, mais aussi les VRP et toute cette mouvance des années 90 avec des groupes comme les Ogres de Barback ou la Rue Kétanou. Ou même des délires freestyle, comme ce medley rap qui mêle MC Solaar, IAM...

 

De quand date la formation de ce collectif ?

Les premières notes c’était en automne 2015. Au départ, c’était pour se faire plaisir, mais très vite on a vu que le public était demandeur de soirées festives. On a joué en clôture des America’s Cup World Series en septembre 2016, et on avait l’habitude de proposer un bal mensuel sous le chapiteau Attention Fragile à La Valette. Avec à chaque fois un public de plus en plus nombreux. Alors on s’est dit qu’on ne pouvait décemment pas les laisser en plan comme ça, donc on a pris nos quartiers d’hiver à l’Oméga Live de Toulon.


Tu peux détailler les prochaines dates ?

Déjà les 20 janvier et 23 février à l’Oméga Live, et après... on va bien voir ! Sans oublier le 16 mars au Vox, pour une soirée de soutien à Radio Active, l’antenne indépendante de Toulon, qui en a bien besoin !


Et quand je te dis Toulon, tu penses à quoi ?

Ca peut paraître galvaudé mais je dirais populaire ! C’est une ville qui a une belle richesse culturelle, une grande diversité. Et Toulon est populaire dans le sens bon enfant du terme, accessible et ouverte.

 

Le 20 janvier à L'Oméga Live de Toulon


Propos recueillis par Olivier STEPHAN

Facebook : Guinguette Hot Club