zoom
Les souvenirs cachés  de Somehow.

Les souvenirs cachés de Somehow.

    Partager sur :

Le parisien Erwan Pépiot, alias Somehow, sort un second album Hidden Memories chez notre label toulonnais Toolong Records. Le 9 novembre, il le présentera à l’Hôtel des Arts de Toulon. Tout au long de l’album, il nous délivre des mélodies envoutantes, servies par une voix de crooner british, entre Morrissey (The Smiths) et Jarvis Cocker (Pulp).

 

Comment définirais-tu ta musique ?

Ca serait à mi-chemin entre Joy Division et Belle and Sébastian. Un Belle and Sebastian pour le côté Pop mais avec un rendu plus Cold Wave.

 

Comment se passe ton processus de création ?

Je travaille dans un Home Studio, j’ai une pièce chez moi qui est dédiée. Je travaille là dedans, avec un looper, qui crée des boucles, je fais des trucs à la guitare, à la basse, je sample, je fais des petits mémos. Puis je fais une chanson. Tout est fait maison, l’album y est enregistré.

 

Comment se passera le concert à l’Hôtel des Arts ?

Je vais avoir l’occasion de présenter presque tous les titres du nouvel album, et quelques morceaux du premier album, que j’ai autoproduit. Je jouerai guitare-voix. Les chansons ont été retravaillées dans ce sens.Pourquoi avoir choisi un label toulonnais ?Ce n’est pas un choix de label toulonnais, j’ai choisi Toolong parce que c’est un label très réputé sur la scène Pop. Mon album précédent a eu de très bonnes critiques, mais sans label, il existe un plafond de verre. Le webzine A découvrir absolument a fait des tas de chroniques sur Toolong. ça m’a donné envie de travailler avec Alex (Alexandre Telliez-Moreni ndlr), je l’ai contacté par mail et il m’a répondu oui tout de suite.Parle nous de ton clip, filmé à Toulon.C’est Alex qui a écrit le script, il s’est chargé, avec Julien Bengel de Mise en Boite, de le réaliser, j’ai un peu eu la surprise. Et j’adore le résultat final, assez proche d’un Larry Clark.Quelles sont tes influences ?D’un côté des influences Cold Wave années 80, je suis un grand fan de Joy Division, New Order, The Fall, ou Kraftwerk en Electro. Récemment, j’ai plus écouté de pop avec Belle and Sebastian, Fanfarlo, Reservoir, Clap your hands say yeah, the Drums. J’aime aussi beaucoup Motorama, un groupe russe de Cold Wave.Quelles sont les prochaines étapes ?Beaucoup de dates proches : vendredi 3 novembre à Paris; ensuite je fais trois dates dans le Sud : à Toulon le 9, chez Lollipop un disquaire marseillais, le 10, et avec LuneApache à la Zonmé à Nice le 11. A partir du printemps je me remettrai à travailler sur des nouveaux morceaux pour un nouveau projet d’album.

 

Pourquoi en anglais ?

J’ai été influencé par des groupes anglo-saxons. J’ai commencé à jouer de la guitare vers six- sept ans, suis autodidacte et ai toujours écrit des chansons. Je les ai toujours créées en anglais, c’est une langue qui colle bien avec la pop.

 

https://somehow.bandcamp.com/
https://www.facebook.com/ThisIsSomehow/
https://twitter.com/ThisIsSomehow

 

 


Discipline: Articles, Musique



Catégories : Articles, Musique

Retour

Le parisien Erwan Pépiot, alias Somehow, sort un second album Hidden Memories chez notre label toulonnais Toolong Records. Le 9 novembre, il le présentera à l’Hôtel des Arts de Toulon. Tout au long de l’album, il nous délivre des mélodies envoutantes, servies par une voix de crooner british, entre Morrissey (The Smiths) et Jarvis Cocker (Pulp).

 

Comment définirais-tu ta musique ?

Ca serait à mi-chemin entre Joy Division et Belle and Sébastian. Un Belle and Sebastian pour le côté Pop mais avec un rendu plus Cold Wave.

 

Comment se passe ton processus de création ?

Je travaille dans un Home Studio, j’ai une pièce chez moi qui est dédiée. Je travaille là dedans, avec un looper, qui crée des boucles, je fais des trucs à la guitare, à la basse, je sample, je fais des petits mémos. Puis je fais une chanson. Tout est fait maison, l’album y est enregistré.

 

Comment se passera le concert à l’Hôtel des Arts ?

Je vais avoir l’occasion de présenter presque tous les titres du nouvel album, et quelques morceaux du premier album, que j’ai autoproduit. Je jouerai guitare-voix. Les chansons ont été retravaillées dans ce sens.Pourquoi avoir choisi un label toulonnais ?Ce n’est pas un choix de label toulonnais, j’ai choisi Toolong parce que c’est un label très réputé sur la scène Pop. Mon album précédent a eu de très bonnes critiques, mais sans label, il existe un plafond de verre. Le webzine A découvrir absolument a fait des tas de chroniques sur Toolong. ça m’a donné envie de travailler avec Alex (Alexandre Telliez-Moreni ndlr), je l’ai contacté par mail et il m’a répondu oui tout de suite.Parle nous de ton clip, filmé à Toulon.C’est Alex qui a écrit le script, il s’est chargé, avec Julien Bengel de Mise en Boite, de le réaliser, j’ai un peu eu la surprise. Et j’adore le résultat final, assez proche d’un Larry Clark.Quelles sont tes influences ?D’un côté des influences Cold Wave années 80, je suis un grand fan de Joy Division, New Order, The Fall, ou Kraftwerk en Electro. Récemment, j’ai plus écouté de pop avec Belle and Sebastian, Fanfarlo, Reservoir, Clap your hands say yeah, the Drums. J’aime aussi beaucoup Motorama, un groupe russe de Cold Wave.Quelles sont les prochaines étapes ?Beaucoup de dates proches : vendredi 3 novembre à Paris; ensuite je fais trois dates dans le Sud : à Toulon le 9, chez Lollipop un disquaire marseillais, le 10, et avec LuneApache à la Zonmé à Nice le 11. A partir du printemps je me remettrai à travailler sur des nouveaux morceaux pour un nouveau projet d’album.

 

Pourquoi en anglais ?

J’ai été influencé par des groupes anglo-saxons. J’ai commencé à jouer de la guitare vers six- sept ans, suis autodidacte et ai toujours écrit des chansons. Je les ai toujours créées en anglais, c’est une langue qui colle bien avec la pop.

 

https://somehow.bandcamp.com/
https://www.facebook.com/ThisIsSomehow/
https://twitter.com/ThisIsSomehow