zoom
Luc Benito, le cinéma doit être proche des gens.

Luc Benito, le cinéma doit être proche des gens.

    Partager sur :

Luc Benito dirige le Festival International des Musiques d’Ecran, créé en 2005, et est responsable de l’association Les Petits Ecrans qui gère trois salles de cinéma de proximité, municipales à La Valette, Le Pradet et Saint Mandrier.

 

Tu fais des projections pour les scolaires, qu’est-ce que le cinéma peut apporter à nos enfants ?
Ces séances scolaires sont importantes pour les enfants. Elles leur permettent d’aller plus loin que l’image. Ils ont la possibilité de décrypter l’intention du réalisateur, de découvrir les outils qu’il utilise pour mettre en scène et présenter une histoire ou faire jaillir une émotion. Cela peut leur servir dans la vie de tous les jours quand ils regardent la télé et tous les écrans. Nous avons des surprises avec eux : ils ont la capacité de sortir des détails auxquels on n’avait pas pensé. Ça alimente aussi nos réflexions, ça nous permet de nous régénérer, c’est un échange extrêmement riche.
 
Comment des cinémas de proximité arrivent-ils à rivaliser avec des mastodontes comme le Pathé ?
Nous avons cette particularité d’être complètement différents. Nous exerçons le cinéma d’une autre façon, nous avons cette mission de service public. Le cinéma est un secteur polarisé. D’un côté nous avons ces grands complexes que l’on connait. De l’autre des cinémas plus proches du public, avec la possibilité de parler au programmateur, de critiquer parfois, de questionner ses choix. Nous avons la volonté de rendre le cinéma accessible, par le prix mais aussi par les débats et les échanges avec les professionnels.
 
Comment va se passer le festival Chroniques SF 3 – Visions de Mars à La Valette ?
C’est un festival initié par la médiathèque de La Valette, qui se trouve dans le même complexe que le cinéma Henri Verneuil, et que le théâtre Marélios. Il est réalisé en partenariat avec l’association les Yeux dans les Jeux. C’est un festival pour amateurs de science-fiction. On y trouvera de nombreux ateliers, une brocante SF, des projections de films (Mars Attacks, John Carter, Total Recall, Cowboy Bebop, Seul sur Mars, Ghosts of Mars ndlr), des animations jeux. L’exposition dure pendant tout le mois de février, et les animations sont du 9 au 11 février. Il est pour un public très large, accessible à tous, aux familles, il n’y a pas de restriction. C’est un moment que l’on souhaite convivial.
 
Quel est ton coup de cœur cinéma du moment ?
J’ai un gros coup de cœur pour le film sorti fin janvier « L’Insulte », de Zouad Doueiri, que l’on connait en France car il a réalisé la série « Baron Noir ». C’est un film extrêmement intelligent, bien écrit, bien mis en scène, avec beaucoup de références, peut être même plus que dans le cinéma américain. Il ne laissera pas indifférent, notamment parce qu’il a un fond politique. Il se passe au Liban, à Beyrouth, dans ce contexte compliqué que l’on connait. Incontestablement le film à ne pas louper de ce début d’année.
 
Retrouvez l’interview vidéo sur www.madeinvar.tv 
 
 


Discipline: Articles, Cinéma



Catégories : Articles, Cinéma

Retour

Luc Benito dirige le Festival International des Musiques d’Ecran, créé en 2005, et est responsable de l’association Les Petits Ecrans qui gère trois salles de cinéma de proximité, municipales à La Valette, Le Pradet et Saint Mandrier.

 

Tu fais des projections pour les scolaires, qu’est-ce que le cinéma peut apporter à nos enfants ?
Ces séances scolaires sont importantes pour les enfants. Elles leur permettent d’aller plus loin que l’image. Ils ont la possibilité de décrypter l’intention du réalisateur, de découvrir les outils qu’il utilise pour mettre en scène et présenter une histoire ou faire jaillir une émotion. Cela peut leur servir dans la vie de tous les jours quand ils regardent la télé et tous les écrans. Nous avons des surprises avec eux : ils ont la capacité de sortir des détails auxquels on n’avait pas pensé. Ça alimente aussi nos réflexions, ça nous permet de nous régénérer, c’est un échange extrêmement riche.
 
Comment des cinémas de proximité arrivent-ils à rivaliser avec des mastodontes comme le Pathé ?
Nous avons cette particularité d’être complètement différents. Nous exerçons le cinéma d’une autre façon, nous avons cette mission de service public. Le cinéma est un secteur polarisé. D’un côté nous avons ces grands complexes que l’on connait. De l’autre des cinémas plus proches du public, avec la possibilité de parler au programmateur, de critiquer parfois, de questionner ses choix. Nous avons la volonté de rendre le cinéma accessible, par le prix mais aussi par les débats et les échanges avec les professionnels.
 
Comment va se passer le festival Chroniques SF 3 – Visions de Mars à La Valette ?
C’est un festival initié par la médiathèque de La Valette, qui se trouve dans le même complexe que le cinéma Henri Verneuil, et que le théâtre Marélios. Il est réalisé en partenariat avec l’association les Yeux dans les Jeux. C’est un festival pour amateurs de science-fiction. On y trouvera de nombreux ateliers, une brocante SF, des projections de films (Mars Attacks, John Carter, Total Recall, Cowboy Bebop, Seul sur Mars, Ghosts of Mars ndlr), des animations jeux. L’exposition dure pendant tout le mois de février, et les animations sont du 9 au 11 février. Il est pour un public très large, accessible à tous, aux familles, il n’y a pas de restriction. C’est un moment que l’on souhaite convivial.
 
Quel est ton coup de cœur cinéma du moment ?
J’ai un gros coup de cœur pour le film sorti fin janvier « L’Insulte », de Zouad Doueiri, que l’on connait en France car il a réalisé la série « Baron Noir ». C’est un film extrêmement intelligent, bien écrit, bien mis en scène, avec beaucoup de références, peut être même plus que dans le cinéma américain. Il ne laissera pas indifférent, notamment parce qu’il a un fond politique. Il se passe au Liban, à Beyrouth, dans ce contexte compliqué que l’on connait. Incontestablement le film à ne pas louper de ce début d’année.
 
Retrouvez l’interview vidéo sur www.madeinvar.tv