zoom
Luc Coadou - Et si on s’encanaillait un peu ? Luc Coadou - Et si on s’encanaillait un peu ?
zoom
Luc Coadou - Et si on s’encanaillait un peu ? Luc Coadou - Et si on s’encanaillait un peu ?

Luc Coadou - Et si on s’encanaillait un peu ?

    Partager sur :

Livestream

« Célébrations A Cappella »
Dimanche 26 décembre à 16h
Sur le site des Voix Animées

 

Leur concert solidaire de Noël dernier en livestream avait été un véritable succès, atteignant plusieurs dizaine de milliers de vues. Fort de cette expérience, l’ensemble vocal a décidé cette fois-ci de vous proposer un programme tiré de leur concert anniversaire, où il interprète des standards revisités pour la polyphonie. Une véritable friandise musicale, diffusée pendant la trève des confiseurs !

Vous diffusez régulièrement des concerts filmés, le prochain sera « Célébrations A Cappella », comment s’est passée la captation et quand sera-t-il diffusé ?
Le titre est tiré d’un concert réalisé le 4 juillet 2019 où l’on célébrait notre dixième anniversaire. Une grande partie du programme provient de cet anniversaire, auquel j’ai associé des chansons des Beatles que l’on a fait arranger, et données lors d’un concert en septembre 2020 à la Philharmonie de Paris : « Beatlemania ». Nous avons réalisé la captation au Telegraphe, lieu assez atypique, déjà par sa destination d’origine, bureau de Poste et télégraphe, puis par sa transformation en lieu d’art et de spectacle. Nous étions entourés par toute l’équipe de Mise en Boîte, efficace et précise, sous la houlette de Julien Bengel, de notre régisseur lumières Nikau, d’une coiffeuse-maquilleuse... La qualité des prises de vue est encore meilleure que pour le concert de Noël dernier. Le concert sera diffusé en décembre prochain. Laurence s’est dit que ce serait sympathique de le proposer pendant la trêve des confiseurs, entre Noël et Nouvel An, période où les gens sont en famille. Ce sera une friandise musicale ! Cette fois, nous allons tester une billetterie payante, expérimentée par les Anglo-saxons pendant cette crise.

Quel sera le programme de ce concert ?
Nous sommes cette fois dans une configuration à sept chanteurs, deux sopranos, une mezzo-soprano, deux ténors, un contre-ténor et moi, baryton-basse. Le programme est composé d’arrangements faits par Alcibiade Minel, longtemps accompagnateur de ma classe de chant et talentueux pianiste qui a fait ses classes d’écriture au Conservatoire Supérieur de Paris, comme Anne Mirou, Etienne Planel ou Etienne Desaux, nos autres arrangeurs. Ce sont des chansons populaires, des thèmes connus du grand public. Nous chanterons un medley de chansons extraites de comédies musicales écrites par Andrew Lloyd Webber, compositeur du « Fantôme de l’Opéra », de « Jesus Christ Superstar » et de « Cats ». Ce medley a été réalisé par le chanteur et compositeur anglais, Philip Lawson, célèbre arrangeur des King’s Singers. Nous retrouvons aussi les Beatles et leur concurrence américaine, les Mamas and Papas, et suédoise, Abba ! Côté français, du Bécaud et du Dutronc...

Vous sortirez également un disque de ce programme…
Nous l’avons enregistré lors d’une résidence à Châteauvallon, dans le théâtre couvert, avec une très bonne acoustique, sans résonance. Il a été réalisé par Lucie Bourély, ingénieure du son formée au CNSM de Paris. Elle a étudié les sciences du son mais est aussi musicienne et a donc pu faire la direction artistique de l’enregistrement : contrôler notre justesse, notre diction. Laurence et Lucie ont travaillé ensemble pour cet enregistrement. En amont de cette captation, nous avons donné des concerts à domicile au Thoronet et à Toulon, ce qui nous a permis de répéter mais aussi d’être mis en situation, afin de rôder ce programme. Quand on maîtrise très bien un répertoire on peut passer à l’enregistrement puis réaliser une captation vidéo. C’est souvent la démarche inverse chez les groupes de rock ou de variété. Ils enregistrent d’abord, puis partent en tournée. Peut-être que ce sont les Beatles qui ont influé là-dessus, avec leur décision de ne faire plus que du studio. Chez les musiciens classiques, on déteste ça : pour enregistrer, on a besoin de passer par la réalité du concert.

C’est particulièrement important pour vous de chanter des chansons populaires ?
Ce qui me guide, c’est le goût que j’ai pour le patrimoine. Si j’aime les musiques anciennes et en particulier Renaissance, c’est parce qu’elles ont besoin d’être défendues comme on défend un patrimoine. Pour un château, on le réalise facilement, alors que pour une œuvre musicale qui sommeille dans une bibliothèque, personne ne sait qu’elle existe. Aujourd’hui, les pièces des années 60-70 ont plus de cinquante ans. On est donc aussi dans du patrimoine, et je pense qu’il faut de nouveau les présenter au public. C’est intéressant également de les proposer a cappella. Le choix des chansons est bien sûr essentiel : je me demande si ça va bien sonner en polyphonie. C’est le cas pour les Beatles, pour Abba, mais aussi pour « California dreamin’ » des Mamas & Papas, qui est composé en Close Harmony, comme le sont les barber shops, des airs que les hommes chantaient chez le barbier. Ils y restaient longtemps et pour passer le temps, ils chantaient des thèmes populaires et, de façon spontanée, harmonisaient à plusieurs voix. Petit clin d’œil enfin, le jour de la captation, nous avons également réalisé le clip de notre hommage à Félix Mayol : la chanson « En jouant au rugby », qui sera diffusé à la rentrée. C’est un titre totalement inconnu, une pépite que l’on a fait arranger pour nos voix par Franck Pantin. On sent qu’on est bien à Toulon, au stade Mayol, vous entendrez, ça finit même par un « Pilou Pilou » !

Juillet 2021


Discipline: Articles, Musique



Catégories : Articles, Musique

Retour

Livestream

« Célébrations A Cappella »
Dimanche 26 décembre à 16h
Sur le site des Voix Animées

 

Leur concert solidaire de Noël dernier en livestream avait été un véritable succès, atteignant plusieurs dizaine de milliers de vues. Fort de cette expérience, l’ensemble vocal a décidé cette fois-ci de vous proposer un programme tiré de leur concert anniversaire, où il interprète des standards revisités pour la polyphonie. Une véritable friandise musicale, diffusée pendant la trève des confiseurs !

Vous diffusez régulièrement des concerts filmés, le prochain sera « Célébrations A Cappella », comment s’est passée la captation et quand sera-t-il diffusé ?
Le titre est tiré d’un concert réalisé le 4 juillet 2019 où l’on célébrait notre dixième anniversaire. Une grande partie du programme provient de cet anniversaire, auquel j’ai associé des chansons des Beatles que l’on a fait arranger, et données lors d’un concert en septembre 2020 à la Philharmonie de Paris : « Beatlemania ». Nous avons réalisé la captation au Telegraphe, lieu assez atypique, déjà par sa destination d’origine, bureau de Poste et télégraphe, puis par sa transformation en lieu d’art et de spectacle. Nous étions entourés par toute l’équipe de Mise en Boîte, efficace et précise, sous la houlette de Julien Bengel, de notre régisseur lumières Nikau, d’une coiffeuse-maquilleuse... La qualité des prises de vue est encore meilleure que pour le concert de Noël dernier. Le concert sera diffusé en décembre prochain. Laurence s’est dit que ce serait sympathique de le proposer pendant la trêve des confiseurs, entre Noël et Nouvel An, période où les gens sont en famille. Ce sera une friandise musicale ! Cette fois, nous allons tester une billetterie payante, expérimentée par les Anglo-saxons pendant cette crise.

Quel sera le programme de ce concert ?
Nous sommes cette fois dans une configuration à sept chanteurs, deux sopranos, une mezzo-soprano, deux ténors, un contre-ténor et moi, baryton-basse. Le programme est composé d’arrangements faits par Alcibiade Minel, longtemps accompagnateur de ma classe de chant et talentueux pianiste qui a fait ses classes d’écriture au Conservatoire Supérieur de Paris, comme Anne Mirou, Etienne Planel ou Etienne Desaux, nos autres arrangeurs. Ce sont des chansons populaires, des thèmes connus du grand public. Nous chanterons un medley de chansons extraites de comédies musicales écrites par Andrew Lloyd Webber, compositeur du « Fantôme de l’Opéra », de « Jesus Christ Superstar » et de « Cats ». Ce medley a été réalisé par le chanteur et compositeur anglais, Philip Lawson, célèbre arrangeur des King’s Singers. Nous retrouvons aussi les Beatles et leur concurrence américaine, les Mamas and Papas, et suédoise, Abba ! Côté français, du Bécaud et du Dutronc...

Vous sortirez également un disque de ce programme…
Nous l’avons enregistré lors d’une résidence à Châteauvallon, dans le théâtre couvert, avec une très bonne acoustique, sans résonance. Il a été réalisé par Lucie Bourély, ingénieure du son formée au CNSM de Paris. Elle a étudié les sciences du son mais est aussi musicienne et a donc pu faire la direction artistique de l’enregistrement : contrôler notre justesse, notre diction. Laurence et Lucie ont travaillé ensemble pour cet enregistrement. En amont de cette captation, nous avons donné des concerts à domicile au Thoronet et à Toulon, ce qui nous a permis de répéter mais aussi d’être mis en situation, afin de rôder ce programme. Quand on maîtrise très bien un répertoire on peut passer à l’enregistrement puis réaliser une captation vidéo. C’est souvent la démarche inverse chez les groupes de rock ou de variété. Ils enregistrent d’abord, puis partent en tournée. Peut-être que ce sont les Beatles qui ont influé là-dessus, avec leur décision de ne faire plus que du studio. Chez les musiciens classiques, on déteste ça : pour enregistrer, on a besoin de passer par la réalité du concert.

C’est particulièrement important pour vous de chanter des chansons populaires ?
Ce qui me guide, c’est le goût que j’ai pour le patrimoine. Si j’aime les musiques anciennes et en particulier Renaissance, c’est parce qu’elles ont besoin d’être défendues comme on défend un patrimoine. Pour un château, on le réalise facilement, alors que pour une œuvre musicale qui sommeille dans une bibliothèque, personne ne sait qu’elle existe. Aujourd’hui, les pièces des années 60-70 ont plus de cinquante ans. On est donc aussi dans du patrimoine, et je pense qu’il faut de nouveau les présenter au public. C’est intéressant également de les proposer a cappella. Le choix des chansons est bien sûr essentiel : je me demande si ça va bien sonner en polyphonie. C’est le cas pour les Beatles, pour Abba, mais aussi pour « California dreamin’ » des Mamas & Papas, qui est composé en Close Harmony, comme le sont les barber shops, des airs que les hommes chantaient chez le barbier. Ils y restaient longtemps et pour passer le temps, ils chantaient des thèmes populaires et, de façon spontanée, harmonisaient à plusieurs voix. Petit clin d’œil enfin, le jour de la captation, nous avons également réalisé le clip de notre hommage à Félix Mayol : la chanson « En jouant au rugby », qui sera diffusé à la rentrée. C’est un titre totalement inconnu, une pépite que l’on a fait arranger pour nos voix par Franck Pantin. On sent qu’on est bien à Toulon, au stade Mayol, vous entendrez, ça finit même par un « Pilou Pilou » !

Juillet 2021