zoom
Luc Coadou,  La voix de la Renaissance. Luc Coadou,  La voix de la Renaissance.
zoom
Luc Coadou,  La voix de la Renaissance. Luc Coadou,  La voix de la Renaissance.

Luc Coadou, La voix de la Renaissance.

    Partager sur :

Les Voix Animées – 29 juillet Collégiale St Paul – Hyères, 18 août – Tour Royale – Toulon

 

Les Voix Animées est un ensemble vocal varois spécialisé dans la musique A Capella de la Renaissance. Comme tous les étés, ils vont donner une série de concerts dans différents lieux emblématiques de la région, notamment La Tour Royale, où nous les avons rencontrés, qui date de la Renaissance, de 1514 exactement, un avant 1515, date la plus connue des français.

 

Pourquoi vous consacrer à ce répertoire de la Renaissance ?

 

Le répertoire de la Renaissance est vaste. Il occupait le quotidien des musiciens de l’époque qui travaillaient pour des chapelles, des palais, des cours. Et il est totalement dédié à la voix, même si dans quelques lieux on utilisait des instruments aussi. Nous nous sommes consacré au répertoire A Capella, c'est celui qui se faisait à LA chapelle, pas n'importe laquelle, la fameuse Chapelle Sixtine.

 

Contrairement à votre album précédent, le nouveau comporte des chants sacrés et profanes, et des morceaux dans plusieurs langues, il touche un plus grand public ?

 

Notre nouveau disque « Anges et Muses » est effectivement un mélange d'anges et de muses, de musique sacrée et de musique profane. Effectivement, le disque précédent mais avait un thème bien précis. Celui-là c'est simplement l'occasion de présenter des répertoires que nous aimons, des chants sacrés ou profanes pour lesquelles nous avons une affection particulière. Cette affection nous la portons aux compositeurs de l'époque, qui par leurs musiques, nous parle de leurs époques.

 

Pourquoi choisir la Collégiale Saint-Paul de Hyères ?

 

C'est le fruit d'une résidence et d'un accueil par la ville dans ce lieu que nous affectionnons tout particulièrement. Nous avons accompagné la fermeture du lieu avant travaux et nous avons accompagné l'ouverture après travaux. C'est un lieu qui sonne bien pour les voix, qui a une jolie résonance, une belle acoustique qui respecte notre travail polyphonique et qui ne déforme pas le son.

 

Comment s’est passé l’enregistrement ?

 

Le public ne s'imagine pas le travail que cela représente. Naturellement les pièces que nous enregistrons nous les maitrisons depuis longtemps, on les a défendues en concert, mais les enregistrer c'est un autre pari. Pour le musicien, c’est essayer d'atteindre la perfection, ne pas avoir de bruits de bouche par exemple, c'est toujours un peu délicat et d'être toujours dans le même pitch de garder une stabilité absolue. L’acoustique de Saint Paul nous a beaucoup aidés à arriver à ce résultat.

 

Votre cycle de concerts de l’été est consacré au Siècle d’Or espagnol…

 

Oui, nous avons déjà parcouru de nombreux pays, au fil de nos cycle de concerts à Toulon, et à l’Abbaye du Thoronet. Notre cycle de concerts « Entre Pierres et Mer » cette année se consacre à l’Espagne. A l’époque, ce sont les plus riches, ils ont découvert le Nouveau Monde, et il y a donc une recherche toute particulière dans l'art espagnol de l'époque. On connaît bien la peinture Espagnole de l'époque, El Greco en particulier, qui est déjà très inventif, qui déjà s'éloigne d'une certaine vérité photographique de ce qu'il représente. Dans la musique, on est dans l’esprit de la contre-réforme. C'est-à-dire que l'art doit porter la foi, et l’Église de l'époque peut réaliser cela par la musique. Ils mènent l'expression au maximum, c'est une musique très touchante qui fait vraiment voyager entre l'Espagne et le Nouveau Monde.

 

Des auteurs contemporains écrivent également pour vous, quelle est la différence entre eux et les compositeurs de l’époque ?

 

Naturellement, en tant que musiciens classiques, nous travaillons avec des compositeurs d'aujourd'hui qui écrivent à notre demande, pour nos voix, et pour, en particulier, la résonance toute particulière de l’Abbaye du Thoronet, pas très loin de Toulon. Ces compositeurs utilisent l'instrument que sont nos voix en polyphonie, qui chantent ensemble au même moment, qui dialoguent, se répondent et parfois proclament ensemble. Il y a des différences, notamment en terme d'harmonies, qui peuvent être plus complexes aujourd’hui, mais l’oreille du public est habituée à entendre des musiques plus complexes dans nos musiques actuelles. 

 

L’Ensemble Les Voix Animées est soutenu par la Ville de Toulon, la Drac Provence-Alpes-Côte d’Azur, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Département du Var, la métropole Toulon Provence Méditerranée, la Commune du Thoronet, la Sacem et la Spedidam. Mécénat Musical Société Générale est le mécène principal de l’Ensemble Les Voix Animées. Membre de la FEVIS et du Bureau Export.

 

Site internet Les Voix Animées

 


Discipline: Articles, Musique,



Catégories : Articles, Musique,

Retour

Les Voix Animées – 29 juillet Collégiale St Paul – Hyères, 18 août – Tour Royale – Toulon

 

Les Voix Animées est un ensemble vocal varois spécialisé dans la musique A Capella de la Renaissance. Comme tous les étés, ils vont donner une série de concerts dans différents lieux emblématiques de la région, notamment La Tour Royale, où nous les avons rencontrés, qui date de la Renaissance, de 1514 exactement, un avant 1515, date la plus connue des français.

 

Pourquoi vous consacrer à ce répertoire de la Renaissance ?

 

Le répertoire de la Renaissance est vaste. Il occupait le quotidien des musiciens de l’époque qui travaillaient pour des chapelles, des palais, des cours. Et il est totalement dédié à la voix, même si dans quelques lieux on utilisait des instruments aussi. Nous nous sommes consacré au répertoire A Capella, c'est celui qui se faisait à LA chapelle, pas n'importe laquelle, la fameuse Chapelle Sixtine.

 

Contrairement à votre album précédent, le nouveau comporte des chants sacrés et profanes, et des morceaux dans plusieurs langues, il touche un plus grand public ?

 

Notre nouveau disque « Anges et Muses » est effectivement un mélange d'anges et de muses, de musique sacrée et de musique profane. Effectivement, le disque précédent mais avait un thème bien précis. Celui-là c'est simplement l'occasion de présenter des répertoires que nous aimons, des chants sacrés ou profanes pour lesquelles nous avons une affection particulière. Cette affection nous la portons aux compositeurs de l'époque, qui par leurs musiques, nous parle de leurs époques.

 

Pourquoi choisir la Collégiale Saint-Paul de Hyères ?

 

C'est le fruit d'une résidence et d'un accueil par la ville dans ce lieu que nous affectionnons tout particulièrement. Nous avons accompagné la fermeture du lieu avant travaux et nous avons accompagné l'ouverture après travaux. C'est un lieu qui sonne bien pour les voix, qui a une jolie résonance, une belle acoustique qui respecte notre travail polyphonique et qui ne déforme pas le son.

 

Comment s’est passé l’enregistrement ?

 

Le public ne s'imagine pas le travail que cela représente. Naturellement les pièces que nous enregistrons nous les maitrisons depuis longtemps, on les a défendues en concert, mais les enregistrer c'est un autre pari. Pour le musicien, c’est essayer d'atteindre la perfection, ne pas avoir de bruits de bouche par exemple, c'est toujours un peu délicat et d'être toujours dans le même pitch de garder une stabilité absolue. L’acoustique de Saint Paul nous a beaucoup aidés à arriver à ce résultat.

 

Votre cycle de concerts de l’été est consacré au Siècle d’Or espagnol…

 

Oui, nous avons déjà parcouru de nombreux pays, au fil de nos cycle de concerts à Toulon, et à l’Abbaye du Thoronet. Notre cycle de concerts « Entre Pierres et Mer » cette année se consacre à l’Espagne. A l’époque, ce sont les plus riches, ils ont découvert le Nouveau Monde, et il y a donc une recherche toute particulière dans l'art espagnol de l'époque. On connaît bien la peinture Espagnole de l'époque, El Greco en particulier, qui est déjà très inventif, qui déjà s'éloigne d'une certaine vérité photographique de ce qu'il représente. Dans la musique, on est dans l’esprit de la contre-réforme. C'est-à-dire que l'art doit porter la foi, et l’Église de l'époque peut réaliser cela par la musique. Ils mènent l'expression au maximum, c'est une musique très touchante qui fait vraiment voyager entre l'Espagne et le Nouveau Monde.

 

Des auteurs contemporains écrivent également pour vous, quelle est la différence entre eux et les compositeurs de l’époque ?

 

Naturellement, en tant que musiciens classiques, nous travaillons avec des compositeurs d'aujourd'hui qui écrivent à notre demande, pour nos voix, et pour, en particulier, la résonance toute particulière de l’Abbaye du Thoronet, pas très loin de Toulon. Ces compositeurs utilisent l'instrument que sont nos voix en polyphonie, qui chantent ensemble au même moment, qui dialoguent, se répondent et parfois proclament ensemble. Il y a des différences, notamment en terme d'harmonies, qui peuvent être plus complexes aujourd’hui, mais l’oreille du public est habituée à entendre des musiques plus complexes dans nos musiques actuelles. 

 

L’Ensemble Les Voix Animées est soutenu par la Ville de Toulon, la Drac Provence-Alpes-Côte d’Azur, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Département du Var, la métropole Toulon Provence Méditerranée, la Commune du Thoronet, la Sacem et la Spedidam. Mécénat Musical Société Générale est le mécène principal de l’Ensemble Les Voix Animées. Membre de la FEVIS et du Bureau Export.

 

Site internet Les Voix Animées