zoom
Lucky de No more babylon, un concert unique pour Couleurs Urbaines.

Lucky de No more babylon, un concert unique pour Couleurs Urbaines.

    Partager sur :

1er juin - Couleurs Urbaines - La Seyne-sur-mer

 

No More Babylon fut un des groupes phares de la scène reggae locale il y a quelques années. Après avoir sorti trois albums marquants, ils ont tourné avec des grands noms du Roots, de Ken Boothe à Dennis Alcapone. A l’occasion des dix ans de Couleurs Urbaines, ils se reforment pour nous faire revivre un concert exceptionnel.

 

Comment est venue cette idée de reformation ?

 

C’est une initiative de Beligh, le créateur et programmateur de Couleurs Urbaines. A l’occasion des dix ans du Festival, il a contacté Kiko (le chanteur ndlr), car nous étions là lors de la première édition. Il lui a demandé de nous reformer pour l’occasion. Après concertation, on s’est dit que ça pouvait être marrant. L’idée de faire un show ponctuel, dans un festival important de la région, avec une belle scène… ça nous a donné envie de nous y remettre.


Comment va se passer le concert ?


Nous avons commencé à répéter pour nous jauger. Même si on a l’expérience, on doit bosser. Nous avons invité un artiste qui jouera quelques morceaux avec nous : Jah Marnyah. Il jouait déjà sur No More Babylon and Friends, où l’on trouvait les morceaux originaux, et leur réinterprétation par des guests. Nous avions fait un concert à l’Omega Live, que nous avions apprécié. Nous jouerons notre répertoire, peut-être quelques-uns de ses morceaux. Nous nous verrons un peu avant le concert pour décider de tout ça. Nous sommes habitués aux collaborations. Après, pendant le concert il y a toujours des changements, du jeu avec le public.

 

Pensez-vous à une reformation définitive ?


On a envie de se tester, de voir comment ça se passe, quel plaisir on va prendre. A partir de là, qui sait ? Pour le moment, nous nous concentrons sur cette date. Le challenge est intéressant. Nous avons vécu ensemble sur scène de très bons moments. Mais chacun aujourd’hui a repris sa vie, a un travail. Mais on ne ferme aucune porte. Il se peut que ce soit une addiction, dans laquelle on replongera. L’accueil du public sera important. C’est sûr que si on endort tout le monde ça ne nous donnera pas envie de nous reformer (rires).

 

Vous avez accompagné de nombreux artistes reggae de renom, que retenez-vous de ces expériences ?


Après quelques années nous nous sommes focalisés sur le backing band. Cela nous a ouvert beaucoup de portes. Quand on joue avec des artistes tels Ken Boothe, Bushman, Dennis Alcapone, ça ouvre beaucoup de portes. Nous avons tous adoré côtoyer ces maitres. Ils nous ont fait progresser énormément. Ce sont nos meilleurs souvenirs de scène, nos plus beaux concerts. La première fois que l’on est rentrés sur scène à Paris avec Ken Boothe et que l’on a senti l’effervescence du public. On a fait les Eurockéennes, le Printemps de Bourges… On était une bande de potes du lycée, on répétait, ça prenait forme, notre groupe commençait à marcher. Et du jour au lendemain tu prends l’avion, tu vis le rêve, tu voyages dans toute l’Europe…

 

Comment vois-tu la scène reggae locale et française à l’heure actuelle ?


Je suis un peu moins. Je ne suis pas sûr que beaucoup de groupes émergent. A la base, je ne suis pas très spectateur de reggae français. Avec les No More, nous avons toujours préféré l’anglais. Certains font du bon boulot. Puppa Orsay a du talent. Aujourd’hui, je suis jeune papa, je sors moins.

 

Site web de Couleurs Urbaines

Page Facebook de No More Babylon

Chaîne Youtube de No More Babylon

 


Discipline: Articles, Musique



Catégories : Articles, Musique

Retour

1er juin - Couleurs Urbaines - La Seyne-sur-mer

 

No More Babylon fut un des groupes phares de la scène reggae locale il y a quelques années. Après avoir sorti trois albums marquants, ils ont tourné avec des grands noms du Roots, de Ken Boothe à Dennis Alcapone. A l’occasion des dix ans de Couleurs Urbaines, ils se reforment pour nous faire revivre un concert exceptionnel.

 

Comment est venue cette idée de reformation ?

 

C’est une initiative de Beligh, le créateur et programmateur de Couleurs Urbaines. A l’occasion des dix ans du Festival, il a contacté Kiko (le chanteur ndlr), car nous étions là lors de la première édition. Il lui a demandé de nous reformer pour l’occasion. Après concertation, on s’est dit que ça pouvait être marrant. L’idée de faire un show ponctuel, dans un festival important de la région, avec une belle scène… ça nous a donné envie de nous y remettre.


Comment va se passer le concert ?


Nous avons commencé à répéter pour nous jauger. Même si on a l’expérience, on doit bosser. Nous avons invité un artiste qui jouera quelques morceaux avec nous : Jah Marnyah. Il jouait déjà sur No More Babylon and Friends, où l’on trouvait les morceaux originaux, et leur réinterprétation par des guests. Nous avions fait un concert à l’Omega Live, que nous avions apprécié. Nous jouerons notre répertoire, peut-être quelques-uns de ses morceaux. Nous nous verrons un peu avant le concert pour décider de tout ça. Nous sommes habitués aux collaborations. Après, pendant le concert il y a toujours des changements, du jeu avec le public.

 

Pensez-vous à une reformation définitive ?


On a envie de se tester, de voir comment ça se passe, quel plaisir on va prendre. A partir de là, qui sait ? Pour le moment, nous nous concentrons sur cette date. Le challenge est intéressant. Nous avons vécu ensemble sur scène de très bons moments. Mais chacun aujourd’hui a repris sa vie, a un travail. Mais on ne ferme aucune porte. Il se peut que ce soit une addiction, dans laquelle on replongera. L’accueil du public sera important. C’est sûr que si on endort tout le monde ça ne nous donnera pas envie de nous reformer (rires).

 

Vous avez accompagné de nombreux artistes reggae de renom, que retenez-vous de ces expériences ?


Après quelques années nous nous sommes focalisés sur le backing band. Cela nous a ouvert beaucoup de portes. Quand on joue avec des artistes tels Ken Boothe, Bushman, Dennis Alcapone, ça ouvre beaucoup de portes. Nous avons tous adoré côtoyer ces maitres. Ils nous ont fait progresser énormément. Ce sont nos meilleurs souvenirs de scène, nos plus beaux concerts. La première fois que l’on est rentrés sur scène à Paris avec Ken Boothe et que l’on a senti l’effervescence du public. On a fait les Eurockéennes, le Printemps de Bourges… On était une bande de potes du lycée, on répétait, ça prenait forme, notre groupe commençait à marcher. Et du jour au lendemain tu prends l’avion, tu vis le rêve, tu voyages dans toute l’Europe…

 

Comment vois-tu la scène reggae locale et française à l’heure actuelle ?


Je suis un peu moins. Je ne suis pas sûr que beaucoup de groupes émergent. A la base, je ne suis pas très spectateur de reggae français. Avec les No More, nous avons toujours préféré l’anglais. Certains font du bon boulot. Puppa Orsay a du talent. Aujourd’hui, je suis jeune papa, je sors moins.

 

Site web de Couleurs Urbaines

Page Facebook de No More Babylon

Chaîne Youtube de No More Babylon