zoom
Pascale Boeglin-Rodier, le Liberté souhaite s’adresser à tous.

Pascale Boeglin-Rodier, le Liberté souhaite s’adresser à tous.

    Partager sur :

Le Liberté Ville, du 9 juin au 16 juillet - Toulon

 

Pascale est co-directrice du Liberté Scène Nationale, ainsi que désormais de Châteauvallon Scène Nationale, en compagnie de Charles Berling. Ils sont tous deux, entre autres tâches, en charge de la belle programmation de ces deux institutions de la vie culturelle toulonnaise. Elle nous détaille le programme du Liberté Ville, l’événement en plein air de ce mois de juin.

 

 

Le Liberté-ville est un événement fidèle à votre volonté de dynamiser le territoire toulonnais ?

 

C’est un événement entièrement gratuit, créé pour accompagner la renaissance du centre historique. Le Liberté, depuis sa création, a participé à cet élan. Dans notre région, à partir de fin mai, il fait trop beau pour s’enfermer, donc nous jouons à l’extérieur. Nous souhaitons également rencontrer un nouveau public. Au Liberté, nous souhaitons nous adresser au plus grand nombre sans distinction d’âge, de sexe, de classe sociale, de nationalité, et sortir du théâtre est un très bon moyen. Nous changeons de places à chaque évènement, nous avons des programmes en langue arabe… Culture et art doivent être universels. L’événement a lieu en partenariat avec les commerçants du centre historique, qui restent ouverts ce soir-là.

 

Quels seront les moments forts de la manifestation ?


C’est une édition pluridisciplinaire qui dure plus d’un mois, avec de nombreux partenaires. Un temps fort est notre lancement de saison le 4 juin, avec un groupe de jazz manouche. Puis le 9, dans le cadre de l’anniversaire de la Rue des Arts, le projet « Toulon ! Mais pas que… » avec JR et la Galerie Lisa : collage des portraits des toulonnais, puis projection de « Visages Villages » le film d’Agnès Varda et JR en plein air. Le 11 une grande soirée musicale, pour promouvoir l’association « Sans toit et si c’était toi ? », Place Puget avec Charles (Berling) qui réunit des amis musiciens : Mrs Philips, trois musiciens Pop Rock, Charles et Pauline Cheviller, puis Free Beans, du blues agricole. Le 15, avec les Librairies Charlemagne, une rencontre avec Katherine Pancol pour son nouveau roman : « Trois baisers », puis la projection du film « Les yeux jaunes du crocodile » tiré d’un autre de ses romans. Le même soir la Compagnie franco-italienne MF donnera un spectacle de danse sur le regard de l’autre. Nous montons également des projets artistiques avec nos mécènes, que l’on souhaite intégrer à nos actions. Là, l’illustrateur Fabrice Turrier a fait les portraits des salariés de la Banque Populaire Méditerranée, exposés dans le hall à partir du 20 juin. Pour la Fête de la musique, nous aurons le groupe Bagarre sur la Place de l’Equerre, un groupe festif, rock, electro, hip-hop, techno, suivis d’un DJ set en collaboration avec le Twiggy. Le 22, Franck Micheletti (Kubilai Khan Investigations) propose un avant-goût de son nouveau spectacle « Trôna » qui sera programmé cette saison au théâtre. Il est basé sur des battles de danse, avec Sarah Tan qui mélange douceur et violence. Ce sera suivi d’un ciné-concert par les musiciens de l’Opéra de Toulon, en partenariat avec le Fimé, avec des films de Buster Keaton et Chaplin. Les 15 et 27, auront lieu des déambulations de Batucada avec Muleketu, et de Brass Band avec le Big Butt Foundation. Le 27 également, des lectures de poésies érotiques arabes par Charles puis un concert, en partenariat avec le Midi Festival : la hyéroise Sarah Maison, de la chanson française aux influences orientales. La plupart des artistes programmés sont originaires de la région. Le 28, avec le festival Design Parade Toulon, un DJ set de la marseillaise Rorre Ecco, puis la projection du film Metropolis de Fritz Lang, choix du président du programme. Le 5 juillet on retrouve BAT, le toulonnais, en concert et Wilko & Ndy, du Hip-hop marseillais, sélectionnés pour le Printemps de Bourges 2018. Enfin, le 16 juillet, avec le Festival d’art lyrique d’Aix, nous projetterons l’Opéra Didon et Enée en extérieur, avec un prologue écrit par Maylis de Kerangal, la toulonnaise, qui a écrit « Réparer les vivants ».
Un événement original les 28, 29 et 30 juin : « La disparition » par la compagnie Begat Theater, une pièce de théâtre participative. Une femme a disparu, chaque participant déambule dans la ville, guidé par une tablette, et va rencontrer des comédiens pour poursuivre l’histoire.


Peut-on avoir quelques scoops sur la saison prochaine ?


Charles reprendra son spectacle « Art » dans lequel il triomphe à Paris. A Châteauvallon, nous montrerons un magnifique spectacle : Mac Betu, un Mac Beth sarde, très authentique, et en ouverture de saison, le spectacle « la Scorteccata » d’Emma Dante, qui est, pour moi, la n°1 des metteurs en scène d’Europe.

 

Site web du théâtre Liberté

Site web de Châteauvallon

 


Discipline: Articles, Sur les planches,



Catégories : Articles, Sur les planches,

Retour

Le Liberté Ville, du 9 juin au 16 juillet - Toulon

 

Pascale est co-directrice du Liberté Scène Nationale, ainsi que désormais de Châteauvallon Scène Nationale, en compagnie de Charles Berling. Ils sont tous deux, entre autres tâches, en charge de la belle programmation de ces deux institutions de la vie culturelle toulonnaise. Elle nous détaille le programme du Liberté Ville, l’événement en plein air de ce mois de juin.

 

 

Le Liberté-ville est un événement fidèle à votre volonté de dynamiser le territoire toulonnais ?

 

C’est un événement entièrement gratuit, créé pour accompagner la renaissance du centre historique. Le Liberté, depuis sa création, a participé à cet élan. Dans notre région, à partir de fin mai, il fait trop beau pour s’enfermer, donc nous jouons à l’extérieur. Nous souhaitons également rencontrer un nouveau public. Au Liberté, nous souhaitons nous adresser au plus grand nombre sans distinction d’âge, de sexe, de classe sociale, de nationalité, et sortir du théâtre est un très bon moyen. Nous changeons de places à chaque évènement, nous avons des programmes en langue arabe… Culture et art doivent être universels. L’événement a lieu en partenariat avec les commerçants du centre historique, qui restent ouverts ce soir-là.

 

Quels seront les moments forts de la manifestation ?


C’est une édition pluridisciplinaire qui dure plus d’un mois, avec de nombreux partenaires. Un temps fort est notre lancement de saison le 4 juin, avec un groupe de jazz manouche. Puis le 9, dans le cadre de l’anniversaire de la Rue des Arts, le projet « Toulon ! Mais pas que… » avec JR et la Galerie Lisa : collage des portraits des toulonnais, puis projection de « Visages Villages » le film d’Agnès Varda et JR en plein air. Le 11 une grande soirée musicale, pour promouvoir l’association « Sans toit et si c’était toi ? », Place Puget avec Charles (Berling) qui réunit des amis musiciens : Mrs Philips, trois musiciens Pop Rock, Charles et Pauline Cheviller, puis Free Beans, du blues agricole. Le 15, avec les Librairies Charlemagne, une rencontre avec Katherine Pancol pour son nouveau roman : « Trois baisers », puis la projection du film « Les yeux jaunes du crocodile » tiré d’un autre de ses romans. Le même soir la Compagnie franco-italienne MF donnera un spectacle de danse sur le regard de l’autre. Nous montons également des projets artistiques avec nos mécènes, que l’on souhaite intégrer à nos actions. Là, l’illustrateur Fabrice Turrier a fait les portraits des salariés de la Banque Populaire Méditerranée, exposés dans le hall à partir du 20 juin. Pour la Fête de la musique, nous aurons le groupe Bagarre sur la Place de l’Equerre, un groupe festif, rock, electro, hip-hop, techno, suivis d’un DJ set en collaboration avec le Twiggy. Le 22, Franck Micheletti (Kubilai Khan Investigations) propose un avant-goût de son nouveau spectacle « Trôna » qui sera programmé cette saison au théâtre. Il est basé sur des battles de danse, avec Sarah Tan qui mélange douceur et violence. Ce sera suivi d’un ciné-concert par les musiciens de l’Opéra de Toulon, en partenariat avec le Fimé, avec des films de Buster Keaton et Chaplin. Les 15 et 27, auront lieu des déambulations de Batucada avec Muleketu, et de Brass Band avec le Big Butt Foundation. Le 27 également, des lectures de poésies érotiques arabes par Charles puis un concert, en partenariat avec le Midi Festival : la hyéroise Sarah Maison, de la chanson française aux influences orientales. La plupart des artistes programmés sont originaires de la région. Le 28, avec le festival Design Parade Toulon, un DJ set de la marseillaise Rorre Ecco, puis la projection du film Metropolis de Fritz Lang, choix du président du programme. Le 5 juillet on retrouve BAT, le toulonnais, en concert et Wilko & Ndy, du Hip-hop marseillais, sélectionnés pour le Printemps de Bourges 2018. Enfin, le 16 juillet, avec le Festival d’art lyrique d’Aix, nous projetterons l’Opéra Didon et Enée en extérieur, avec un prologue écrit par Maylis de Kerangal, la toulonnaise, qui a écrit « Réparer les vivants ».
Un événement original les 28, 29 et 30 juin : « La disparition » par la compagnie Begat Theater, une pièce de théâtre participative. Une femme a disparu, chaque participant déambule dans la ville, guidé par une tablette, et va rencontrer des comédiens pour poursuivre l’histoire.


Peut-on avoir quelques scoops sur la saison prochaine ?


Charles reprendra son spectacle « Art » dans lequel il triomphe à Paris. A Châteauvallon, nous montrerons un magnifique spectacle : Mac Betu, un Mac Beth sarde, très authentique, et en ouverture de saison, le spectacle « la Scorteccata » d’Emma Dante, qui est, pour moi, la n°1 des metteurs en scène d’Europe.

 

Site web du théâtre Liberté

Site web de Châteauvallon