zoom
Pierre Dutertre - La poésie du minéral et du végéta Pierre Dutertre - La poésie du minéral et du végéta
zoom
Pierre Dutertre - La poésie du minéral et du végéta Pierre Dutertre - La poésie du minéral et du végéta
zoom
Pierre Dutertre - La poésie du minéral et du végéta Pierre Dutertre - La poésie du minéral et du végéta
zoom
Pierre Dutertre - La poésie du minéral et du végéta Pierre Dutertre - La poésie du minéral et du végéta
zoom
Pierre Dutertre - La poésie du minéral et du végéta Pierre Dutertre - La poésie du minéral et du végéta
zoom
Pierre Dutertre - La poésie du minéral et du végéta Pierre Dutertre - La poésie du minéral et du végéta
zoom
Pierre Dutertre - La poésie du minéral et du végéta Pierre Dutertre - La poésie du minéral et du végéta
zoom
Pierre Dutertre - La poésie du minéral et du végéta Pierre Dutertre - La poésie du minéral et du végéta
zoom
Pierre Dutertre - La poésie du minéral et du végéta Pierre Dutertre - La poésie du minéral et du végéta

Pierre Dutertre - La poésie du minéral et du végéta

    Partager sur :

ARTS PLASTIQUES

Exposition Le Printemps des Potiers
Du 3 au 18 avril
Bandol

C’est la deuxième édition du Printemps des Potiers de Bandol, événement culturel important de notre région, qui sera impactée par ce satané virus. Cette année, Pierre Dutertre, le créateur, et la municipalité, ont toute de même décidé pour notre plus grand plaisir de maintenir les expositions d’artistes céramistes internationaux. A découvrir d’urgence.

Comment est né cet événement ?

Au départ, le service culturel de la ville de Bandol a souhaité organiser une exposition sur la céramique à la Maison Tholosan. Tout de suite, nous avons invité des potiers de toute la région. Ce fut un succès immédiat, et la mairie a renouvelé l’année suivante. A sa demande, nous avons créé le Marché des Potiers qui a rapidement atteint une soixantaine d’exposants. Pour rendre le concept encore plus intéressant, nous avons fait venir des céramistes d’autres pays. Chaque année, nous recevons plus d’une centaine de dossiers d’exposants pour cinquante places. Nous prenons en compte les critères techniques et artistiques. Nous essayons de faire venir des artistes aux techniques différentes des nôtres, ou qui apportent des objets différents. Sur le marché ne sont présents que des artisans d’art. Ce sont des professionnels, qui ont choisi de faire leur vie autour de leur céramique. Nous soutenons aussi particulièrement les jeunes et tous ceux qui essaient de s’installer. Au départ, c’est un marché commercial, mais la mairie, nous demande aussi de faire de l’animation, avec des ateliers, notamment pour enfants…

Comment vous adaptez-vous aux conditions sanitaires cette année ?

L’événement de l’année dernière a été reporté à cette année. Nous maintenons l’exposition à la Galerie Ravaisou, celle de livres en céramique d’Agathe Larpent à la médiathèque, et une exposition de photos rétrospective des années précédentes sur le Quai Charles de Gaulle. Le marché, ainsi que toutes les autres animations ont malheureusement été annulés.
Le thème de l’exposition, cette année est : « Terre minérale et végétale »…
Le service culturel a mis en place une thématique sur quatre ans, autour des quatre éléments, pour les expositions de la Galerie Ravaisou, et nous rentrons parfaitement dans le thème de l’année : la terre. L’argile provient de la décomposition de matières organiques broyées, grâce à l’eau. On retrouve donc de l’argile dans le monde entier à proximité des cours d’eau. A Limoges, on fait de la porcelaine car l’argile est très blanche. Vers Marseille, elle est plus rouge, en Bourgogne, plus noire… De nombreux objets du quotidien sont créés à base d’argile : briques, toilettes… Les œuvres proposées ici sont très poétiques, qu’elles soient de l’ordre du minéral ou du végétal. De nombreux potiers dès l’antiquité s’inspiraient du monde floral, et c’est toujours le cas, aujourd’hui. Thérèse Lebrun utilise des fleurs trempées dans de la porcelaine pour créer ses œuvres. Joan Serra, lui, fait cuire sa terre à des températures si élevées qu’elle fusionne, créant des œuvres qui figurent une sorte de magma, c’est plus minéral. Claire Lindner, elle, se nourrit de la nature : ses créations se rapprochent de stalactites. Nous montrerons aussi les œuvres d’une photographe et céramiste : Jeannie Aber. Agathe Larpent présente un travail sculptural sur des impressions de feuilles d’acanthes, mot qui signifie « amour de l’Art ».
Elle a pris des empreintes de fresques, au prieuré de Salagon. Nous accueillons une artiste de plus que prévu : Mia LLauder, compagne de Joan Serra, qui crée sculptures et installations, organiques, très aériennes. Le prix de la terre au Bronze de l’année dernière, Jean Ponsart, exposera, lui, trois céramiques et le modèle en bronze qu’il a gagné, coulé à la Fonderie Barthelemy Art de Crest. Enfin, Martine Le Fur présentera un travail sculptural, de modelage, avec beaucoup d’expérimentation, avec un beau travail de surface et d’émaillage, des couleurs intéressantes.

Page Facebook : Pierre Dutertre

Site Internet : https://tandemceramique.fr/


Discipline: Articles, Arts graphiques



Catégories : Articles, Arts graphiques

Retour

ARTS PLASTIQUES

Exposition Le Printemps des Potiers
Du 3 au 18 avril
Bandol

C’est la deuxième édition du Printemps des Potiers de Bandol, événement culturel important de notre région, qui sera impactée par ce satané virus. Cette année, Pierre Dutertre, le créateur, et la municipalité, ont toute de même décidé pour notre plus grand plaisir de maintenir les expositions d’artistes céramistes internationaux. A découvrir d’urgence.

Comment est né cet événement ?

Au départ, le service culturel de la ville de Bandol a souhaité organiser une exposition sur la céramique à la Maison Tholosan. Tout de suite, nous avons invité des potiers de toute la région. Ce fut un succès immédiat, et la mairie a renouvelé l’année suivante. A sa demande, nous avons créé le Marché des Potiers qui a rapidement atteint une soixantaine d’exposants. Pour rendre le concept encore plus intéressant, nous avons fait venir des céramistes d’autres pays. Chaque année, nous recevons plus d’une centaine de dossiers d’exposants pour cinquante places. Nous prenons en compte les critères techniques et artistiques. Nous essayons de faire venir des artistes aux techniques différentes des nôtres, ou qui apportent des objets différents. Sur le marché ne sont présents que des artisans d’art. Ce sont des professionnels, qui ont choisi de faire leur vie autour de leur céramique. Nous soutenons aussi particulièrement les jeunes et tous ceux qui essaient de s’installer. Au départ, c’est un marché commercial, mais la mairie, nous demande aussi de faire de l’animation, avec des ateliers, notamment pour enfants…

Comment vous adaptez-vous aux conditions sanitaires cette année ?

L’événement de l’année dernière a été reporté à cette année. Nous maintenons l’exposition à la Galerie Ravaisou, celle de livres en céramique d’Agathe Larpent à la médiathèque, et une exposition de photos rétrospective des années précédentes sur le Quai Charles de Gaulle. Le marché, ainsi que toutes les autres animations ont malheureusement été annulés.
Le thème de l’exposition, cette année est : « Terre minérale et végétale »…
Le service culturel a mis en place une thématique sur quatre ans, autour des quatre éléments, pour les expositions de la Galerie Ravaisou, et nous rentrons parfaitement dans le thème de l’année : la terre. L’argile provient de la décomposition de matières organiques broyées, grâce à l’eau. On retrouve donc de l’argile dans le monde entier à proximité des cours d’eau. A Limoges, on fait de la porcelaine car l’argile est très blanche. Vers Marseille, elle est plus rouge, en Bourgogne, plus noire… De nombreux objets du quotidien sont créés à base d’argile : briques, toilettes… Les œuvres proposées ici sont très poétiques, qu’elles soient de l’ordre du minéral ou du végétal. De nombreux potiers dès l’antiquité s’inspiraient du monde floral, et c’est toujours le cas, aujourd’hui. Thérèse Lebrun utilise des fleurs trempées dans de la porcelaine pour créer ses œuvres. Joan Serra, lui, fait cuire sa terre à des températures si élevées qu’elle fusionne, créant des œuvres qui figurent une sorte de magma, c’est plus minéral. Claire Lindner, elle, se nourrit de la nature : ses créations se rapprochent de stalactites. Nous montrerons aussi les œuvres d’une photographe et céramiste : Jeannie Aber. Agathe Larpent présente un travail sculptural sur des impressions de feuilles d’acanthes, mot qui signifie « amour de l’Art ».
Elle a pris des empreintes de fresques, au prieuré de Salagon. Nous accueillons une artiste de plus que prévu : Mia LLauder, compagne de Joan Serra, qui crée sculptures et installations, organiques, très aériennes. Le prix de la terre au Bronze de l’année dernière, Jean Ponsart, exposera, lui, trois céramiques et le modèle en bronze qu’il a gagné, coulé à la Fonderie Barthelemy Art de Crest. Enfin, Martine Le Fur présentera un travail sculptural, de modelage, avec beaucoup d’expérimentation, avec un beau travail de surface et d’émaillage, des couleurs intéressantes.

Page Facebook : Pierre Dutertre

Site Internet : https://tandemceramique.fr/