zoom
Pierre-Jean Rey,  « Moments » à la Galerie 15. Pierre-Jean Rey,  « Moments » à la Galerie 15.
zoom
Rotha Suong Rotha Suong
zoom
Pierre-Jean Rey,  « Moments » à la Galerie 15. Pierre-Jean Rey,  « Moments » à la Galerie 15.
zoom
Pierre-Jean Rey,  « Moments » à la Galerie 15. Pierre-Jean Rey,  « Moments » à la Galerie 15.
zoom
Pierre-Jean Rey,  « Moments » à la Galerie 15. Pierre-Jean Rey,  « Moments » à la Galerie 15.
zoom
Pierre-Jean Rey,  « Moments » à la Galerie 15. Pierre-Jean Rey,  « Moments » à la Galerie 15.
zoom
Pierre-Jean Rey,  « Moments » à la Galerie 15. Pierre-Jean Rey,  « Moments » à la Galerie 15.
zoom
Pierre-Jean Rey,  « Moments » à la Galerie 15. Pierre-Jean Rey,  « Moments » à la Galerie 15.
zoom
Pierre-Jean Rey,  « Moments » à la Galerie 15. Pierre-Jean Rey,  « Moments » à la Galerie 15.

Pierre-Jean Rey, « Moments » à la Galerie 15.

    Partager sur :

Photographe de mode de renommée internationale, Pierre-Jean Rey a décidé il y a quelques années de se consacrer à la photo «humanitaire», portraits et reportages sur des individus en situation difficile aux quatre coins du monde. Il a ouvert la Galerie 15, rue Pierre Sémard.

 

Quel est le projet de la galerie ?


La vocation de la Galerie est d’accueillir en résidence de jeunes photographes du monde entier, notamment de pays défavorisés, et de les aider à développer leur art, leur notoriété, et à exposer leurs oeuvres. Nous proposerons également quelques artistes autour de Toulon.
L’idée est née de ma rencontre avec l’association « Pour un sourire d’enfant », de Christian et Marie-France Despallières. Ils oeuvrent depuis plusieurs années pour sortir des enfants des poubelles de Pnom Penh au Cambodge. Ils ont débuté par leur proposer à manger, puis ont construit des cantines, des bâtiments, leur ont donné une formation scolaire, puis une formation professionnelle. Aujourd’hui ils forment ces enfants et leur offrent une vraie carrière. Au Sofitel de Pnom Penh, par exemple, sont aujourd’hui embauchés soixante-dix professionnels « repéchés » par l’association.
Rotha Suong, la première artiste que nous allons exposer a suivi ce parcours. L’association l’a accueillie, aidée, et formée. Elle a choisi la Photographie, et est sortie major de sa promotion. Au Cambodge, dès la sortie d’école, elle est devenue photographe officielle de Tina Kieffer et de son association « Toutes à l’école ».
Je l’ai faite venir à Toulon en résidence pour août et septembre. C’était la première fois qu’elle sortait du Cambodge. Elle a fait des photos de passants, de paysages, de l’Almanarre, du Port Marchand... Elle exposera une quarantaine de photos dans la galerie. Le vernissage est le 14 septembre.


Pouvez-vous faire un retour sur votre carrière ?


Je suis tombé dans un bain photographique dès l’âge de 4 ans. Georges Portal, acteur de théâtre réputé de l’époque, directeur de Radio Alger, était un ami de mon père et développait ses photos chez nous. Je me rappelle encore de l’odeur des bains d’hyposulfite... Après des études de photo je reviens à Toulon à 20 ans. Là, ma rencontre avec un mannequin me fait me lancer dans les photos de mode. Je crée mon agence Baobab, et travaille pour des clients prestigieux tels Anny Blatt ou Chacock. En parallèle, je continue la photo artistique, je vends des photos de paysage au MOMA (Musée d’Art Moderne de New York ndlr) par exemple. Pendant un an et demi, je suis le photographe officiel de Jane Birkin. Avec ma seconde épouse Nicole Jammet, actrice de théâtre, nous « montons » à Paris. Là, j’ouvre les studios de Baobab sur 5000 m2, avec huit plateaux, et travaille avec les plus grands mannequins, dont Claudia Schiffer.
Jusqu’au jour où Christine Janin me demande de faire des photos pour son association « A chacun son Everest » qui amène des enfants leucémiques à la conquête de la montagne. Puis, un ami me demande de réaliser un documentaire sur les droits de l’enfant. Je décide à ce moment de me consacrer uniquement à l’humain. J’ai notamment édité un ouvrage « Illustres inconnus » et un documentaire sur la Transamazonienne avec Bernard Giraudeau.
Très prochainement, je monterai une exposition rétrospective sur mes cinquante ans de carrière.


Discipline: Articles, Photographie



Catégories : Articles, Photographie

Retour

Photographe de mode de renommée internationale, Pierre-Jean Rey a décidé il y a quelques années de se consacrer à la photo «humanitaire», portraits et reportages sur des individus en situation difficile aux quatre coins du monde. Il a ouvert la Galerie 15, rue Pierre Sémard.

 

Quel est le projet de la galerie ?


La vocation de la Galerie est d’accueillir en résidence de jeunes photographes du monde entier, notamment de pays défavorisés, et de les aider à développer leur art, leur notoriété, et à exposer leurs oeuvres. Nous proposerons également quelques artistes autour de Toulon.
L’idée est née de ma rencontre avec l’association « Pour un sourire d’enfant », de Christian et Marie-France Despallières. Ils oeuvrent depuis plusieurs années pour sortir des enfants des poubelles de Pnom Penh au Cambodge. Ils ont débuté par leur proposer à manger, puis ont construit des cantines, des bâtiments, leur ont donné une formation scolaire, puis une formation professionnelle. Aujourd’hui ils forment ces enfants et leur offrent une vraie carrière. Au Sofitel de Pnom Penh, par exemple, sont aujourd’hui embauchés soixante-dix professionnels « repéchés » par l’association.
Rotha Suong, la première artiste que nous allons exposer a suivi ce parcours. L’association l’a accueillie, aidée, et formée. Elle a choisi la Photographie, et est sortie major de sa promotion. Au Cambodge, dès la sortie d’école, elle est devenue photographe officielle de Tina Kieffer et de son association « Toutes à l’école ».
Je l’ai faite venir à Toulon en résidence pour août et septembre. C’était la première fois qu’elle sortait du Cambodge. Elle a fait des photos de passants, de paysages, de l’Almanarre, du Port Marchand... Elle exposera une quarantaine de photos dans la galerie. Le vernissage est le 14 septembre.


Pouvez-vous faire un retour sur votre carrière ?


Je suis tombé dans un bain photographique dès l’âge de 4 ans. Georges Portal, acteur de théâtre réputé de l’époque, directeur de Radio Alger, était un ami de mon père et développait ses photos chez nous. Je me rappelle encore de l’odeur des bains d’hyposulfite... Après des études de photo je reviens à Toulon à 20 ans. Là, ma rencontre avec un mannequin me fait me lancer dans les photos de mode. Je crée mon agence Baobab, et travaille pour des clients prestigieux tels Anny Blatt ou Chacock. En parallèle, je continue la photo artistique, je vends des photos de paysage au MOMA (Musée d’Art Moderne de New York ndlr) par exemple. Pendant un an et demi, je suis le photographe officiel de Jane Birkin. Avec ma seconde épouse Nicole Jammet, actrice de théâtre, nous « montons » à Paris. Là, j’ouvre les studios de Baobab sur 5000 m2, avec huit plateaux, et travaille avec les plus grands mannequins, dont Claudia Schiffer.
Jusqu’au jour où Christine Janin me demande de faire des photos pour son association « A chacun son Everest » qui amène des enfants leucémiques à la conquête de la montagne. Puis, un ami me demande de réaliser un documentaire sur les droits de l’enfant. Je décide à ce moment de me consacrer uniquement à l’humain. J’ai notamment édité un ouvrage « Illustres inconnus » et un documentaire sur la Transamazonienne avec Bernard Giraudeau.
Très prochainement, je monterai une exposition rétrospective sur mes cinquante ans de carrière.