zoom
Rémy Kerténian - La Fondation des Treilles à l’honneur.

Rémy Kerténian - La Fondation des Treilles à l’honneur.

    Partager sur :

| PHOTOGRAPHIE

Maison de la Photographie

Exposition jusqu'au 28 février 2022

 

En cette fin d’année, la Maison de la Photographie à Toulon a souhaité mettre à l’honneur la Fondation des Treilles à Tourtour, qui soutient arts et sciences, en exposant les lauréats de son prix Résidence pour la Photographie créé il y a dix ans. Nous avons rencontré Rémy Kerténian, directeur des affaires culturelles de la ville de Toulon et co-commissaire de l’exposition.

 

Quel est l’objet de la Fondation des Treilles ?

La Fondation des Treilles est une institution unique et tout à fait exceptionnelle, conçue et réalisée par Anne Gruner-Schlumberger (1905-1993) à Tourtour. Avec une ténacité sans faille, elle a créé ce domaine de presque trois cents hectares, fait de forêts, de terres agricoles et de maisons dans un esprit que l’on pourrait qualifier de "virgilien", propice à l’étude, pour mieux participer au développement international de la lecture, de l’art, de la musique et des sciences. Ainsi, la fondation, reçoit depuis quarante ans de nombreux chercheurs et artistes, essentiellement écrivains et scientifiques en séminaire et résidence. De par ses liens privilégiés avec le monde littéraire et artistique de son temps, Anne Gruner-Schlumberger a également pu constituer des collections, qui peuvent aujourd’hui être diffusées. Grâce à la bienveillante amitié de Maryvonne de Saint Pulgent, présidente de la Fondation, c’est la deuxième fois que la Ville de Toulon peut montrer une partie de ces fonds remarquables.

 

Commence fonctionne le prix "Résidence pour la Photographie" ?

Le prix “Résidence pour la Photographie” de la Fondation des Treilles, créé en 2011, a pour vocation d’aider à la production d’œuvres photographiques ayant pour thème le monde méditerranéen à travers ses évolutions historiques, sociétales et artistiques. Chaque année, les lauréats sont sélectionnés par un jury de professionnels. Outre une allocation mensuelle, ils sont accueillis à Tourtour en résidence pour une durée de deux à huit mois et disposent sur place d’un atelier numérique et d’un laboratoire argentique leur permettant de mener à bien leur projet.

 

Qui sont les lauréats de l'exposition ?

Afin de célébrer les dix ans de ce prix prestigieux, la Maison de la Photographie, avec la complicité et l’œil avisé de Marie-Paule Vial, conservateur en chef du patrimoine en charge des collections de la Fondation, a choisi de présenter un florilège des vingt-huit lauréats sélectionnés depuis 2011. L’éclectisme et la qualité des propositions restent impressionnants. Impossible ici de les citer tous. Des grands mythes fondateurs re- visités par Corinne Mercadier à l’appel à la paix et à l’harmonie de Yusuf Sevinçli, en passant par les mythologies personnelles de Sophie Zénon ou Sylvie Hugues, les paysages urbains de Stéphane Couturier, les œuvres plasticiennes d’Evangelia Kranioti ou la spiritualité toute picturale de Klavdij Sluban... Je pense aussi au regard profondément humaniste de Raed Bawayah, aux délicates natures mortes de Véronique Ellena, à la poésie pourtant terrible des paysages engloutis d’Anaïs Boudot. Tout ici fascine et interroge. La Méditerranée, plus qu’une mer, devient une île, la nôtre, celle qui nous rassemble en une histoire commune.

 

Décembre 2021


Discipline: Articles, Photographie, Événements



Catégories : Articles, Photographie, Événements

Retour

| PHOTOGRAPHIE

Maison de la Photographie

Exposition jusqu'au 28 février 2022

 

En cette fin d’année, la Maison de la Photographie à Toulon a souhaité mettre à l’honneur la Fondation des Treilles à Tourtour, qui soutient arts et sciences, en exposant les lauréats de son prix Résidence pour la Photographie créé il y a dix ans. Nous avons rencontré Rémy Kerténian, directeur des affaires culturelles de la ville de Toulon et co-commissaire de l’exposition.

 

Quel est l’objet de la Fondation des Treilles ?

La Fondation des Treilles est une institution unique et tout à fait exceptionnelle, conçue et réalisée par Anne Gruner-Schlumberger (1905-1993) à Tourtour. Avec une ténacité sans faille, elle a créé ce domaine de presque trois cents hectares, fait de forêts, de terres agricoles et de maisons dans un esprit que l’on pourrait qualifier de "virgilien", propice à l’étude, pour mieux participer au développement international de la lecture, de l’art, de la musique et des sciences. Ainsi, la fondation, reçoit depuis quarante ans de nombreux chercheurs et artistes, essentiellement écrivains et scientifiques en séminaire et résidence. De par ses liens privilégiés avec le monde littéraire et artistique de son temps, Anne Gruner-Schlumberger a également pu constituer des collections, qui peuvent aujourd’hui être diffusées. Grâce à la bienveillante amitié de Maryvonne de Saint Pulgent, présidente de la Fondation, c’est la deuxième fois que la Ville de Toulon peut montrer une partie de ces fonds remarquables.

 

Commence fonctionne le prix "Résidence pour la Photographie" ?

Le prix “Résidence pour la Photographie” de la Fondation des Treilles, créé en 2011, a pour vocation d’aider à la production d’œuvres photographiques ayant pour thème le monde méditerranéen à travers ses évolutions historiques, sociétales et artistiques. Chaque année, les lauréats sont sélectionnés par un jury de professionnels. Outre une allocation mensuelle, ils sont accueillis à Tourtour en résidence pour une durée de deux à huit mois et disposent sur place d’un atelier numérique et d’un laboratoire argentique leur permettant de mener à bien leur projet.

 

Qui sont les lauréats de l'exposition ?

Afin de célébrer les dix ans de ce prix prestigieux, la Maison de la Photographie, avec la complicité et l’œil avisé de Marie-Paule Vial, conservateur en chef du patrimoine en charge des collections de la Fondation, a choisi de présenter un florilège des vingt-huit lauréats sélectionnés depuis 2011. L’éclectisme et la qualité des propositions restent impressionnants. Impossible ici de les citer tous. Des grands mythes fondateurs re- visités par Corinne Mercadier à l’appel à la paix et à l’harmonie de Yusuf Sevinçli, en passant par les mythologies personnelles de Sophie Zénon ou Sylvie Hugues, les paysages urbains de Stéphane Couturier, les œuvres plasticiennes d’Evangelia Kranioti ou la spiritualité toute picturale de Klavdij Sluban... Je pense aussi au regard profondément humaniste de Raed Bawayah, aux délicates natures mortes de Véronique Ellena, à la poésie pourtant terrible des paysages engloutis d’Anaïs Boudot. Tout ici fascine et interroge. La Méditerranée, plus qu’une mer, devient une île, la nôtre, celle qui nous rassemble en une histoire commune.

 

Décembre 2021