zoom
Renée Oconel, l'atelier de création a vingt ans. Renée Oconel, l'atelier de création a vingt ans.
zoom
Renée Oconel, l'atelier de création a vingt ans. Renée Oconel, l'atelier de création a vingt ans.
zoom
Renée Oconel, l'atelier de création a vingt ans. Renée Oconel, l'atelier de création a vingt ans.
zoom
Renée Oconel, l'atelier de création a vingt ans. Renée Oconel, l'atelier de création a vingt ans.
zoom
Renée Oconel, l'atelier de création a vingt ans. Renée Oconel, l'atelier de création a vingt ans.
zoom
Renée Oconel, l'atelier de création a vingt ans. Renée Oconel, l'atelier de création a vingt ans.
zoom
Renée Oconel, l'atelier de création a vingt ans. Renée Oconel, l'atelier de création a vingt ans.
zoom
Renée Oconel, l'atelier de création a vingt ans. Renée Oconel, l'atelier de création a vingt ans.
zoom
Renée Oconel, l'atelier de création a vingt ans. Renée Oconel, l'atelier de création a vingt ans.
zoom
Renée Oconel, l'atelier de création a vingt ans. Renée Oconel, l'atelier de création a vingt ans.
zoom
Renée Oconel, l'atelier de création a vingt ans. Renée Oconel, l'atelier de création a vingt ans.

Renée Oconel, l'atelier de création a vingt ans.

    Partager sur :

Une petite rue de la Palasse. Une maison. J’entre. Je suis accueilli par trois femmes, dans un atelier rempli d’œuvres, de la peinture partout. La doyenne de quatre-vingt dix ans est là. Renée m’accueille chaleureusement.

 

Comment fonctionne l’atelier ?

Nous sommes dix et avons de quatre-vingt-dix à vingt-huit ans. Chacune peint en totale liberté. Nous nous entraidons, nous corrigeons, sans critique inutile. J’ai créé l’atelier en 1997 pour donner des cours. Après dix ans mes élèves sont devenues des artistes de l’atelier. Chacune a son style, mais il y a des connivences entre nous, c’est pratique pour les expositions. Le groupe humain est sympa. Nous faisons beaucoup d’expositions, mais il est difficile de trouver des lieux gratuits. Nous travaillons en ouverture sur les autres. Nous avons exposé au SMAC Festival, à la Galerie du Globe, entre autres.

 

Avez-vous un style commun ?

Nous nous retrouvons dans les couleurs, souvent adaptées les unes aux autres. Nous avons la volonté de peindre le monde avec un œil bienveillant, de montrer le positif. Nous sommes foncièrement heureuses de vivre, ça reparait. Nous avons toutes fait des voyages qui alimentent nos créations. Parfois nous avons peint sur un même thème, à un moment ce fut les villes. Au départ c’était par pur plaisir, mais depuis quelques temps nous avons beaucoup de toiles, donc nous les exposons et les vendons. Je vends beaucoup sur Saatchi Art, j’ai beaucoup peint le Japon et l’ai beaucoup vendu. J’ai mes idées d’humanité, de partage, je suis de gauche, je crois qu’on ne s’en sortira qu’en partageant. J’ai peint beaucoup d’usines, d’industries, de bateaux, on y retrouve la souffrance de l’humain. Valérie Bellone peint souvent des gens qui rigolent. Elle expose à Toulouse en ce moment sur des petits formats. Elle travaille sur des vieux magazines de mode des années 50. Elle a également beaucoup de demande pour des meubles. Elle fait partie de l’association Atelier et Cie du Pradet, et travaille avec les enfants plusieurs fois par semaine. Elle travaille beaucoup avec la librairie Mille Paresses, qui font partie des structures qui font progresser la culture. Catherine peint uniquement avec pochoirs et bombes, des personnages dans la jungle, de grandes toiles. Corinne est une amie de trente ans. Je lui ai donné des cours d’aquarelle au début. Elle a son style, ses couleurs, sa façon de faire. Elle commence à l’acrylique, finit par des vernis ou des pigments délayés. C’est une grande artiste. Claudine peint des grosses, ses tableaux sont demandés.

Si on ne peint pas assez on perd la main, il faut s’astreindre à peindre beaucoup. Nous avons peint à l’aquarelle au départ, puis à l’huile. Avec l’acrylique c’est tellement plus simple. Nous utilisons beaucoup les bombes de graffeurs. Nous faisons de la peinture figurative. Nous arriverons peut-être à l’abstrait, dans dix ans, c’est le plus compliqué, il faut y laisser son âme.

 

Quels sont vos projets ?

Nous souhaitons trouver plus d’expositions locales. Nous aimerions avoir notre galerie. Nous participons à beaucoup de concours. Parfois nous gagnons, c’est comme cela que l’on décroche des solutions pour exposer.

 

www.atelierdecreation.net, c’est Dupont Catherine, Johann Agnès, Oconel Andrée, Millet Corinne, Harpagès Claudine, Moitessier Corinne, Oconel Renée, Lachèvre Martine, Laffargue Annie, Bellone Valérie


Discipline: Articles, Arts graphiques,



Catégories : Articles, Arts graphiques,

Retour

Une petite rue de la Palasse. Une maison. J’entre. Je suis accueilli par trois femmes, dans un atelier rempli d’œuvres, de la peinture partout. La doyenne de quatre-vingt dix ans est là. Renée m’accueille chaleureusement.

 

Comment fonctionne l’atelier ?

Nous sommes dix et avons de quatre-vingt-dix à vingt-huit ans. Chacune peint en totale liberté. Nous nous entraidons, nous corrigeons, sans critique inutile. J’ai créé l’atelier en 1997 pour donner des cours. Après dix ans mes élèves sont devenues des artistes de l’atelier. Chacune a son style, mais il y a des connivences entre nous, c’est pratique pour les expositions. Le groupe humain est sympa. Nous faisons beaucoup d’expositions, mais il est difficile de trouver des lieux gratuits. Nous travaillons en ouverture sur les autres. Nous avons exposé au SMAC Festival, à la Galerie du Globe, entre autres.

 

Avez-vous un style commun ?

Nous nous retrouvons dans les couleurs, souvent adaptées les unes aux autres. Nous avons la volonté de peindre le monde avec un œil bienveillant, de montrer le positif. Nous sommes foncièrement heureuses de vivre, ça reparait. Nous avons toutes fait des voyages qui alimentent nos créations. Parfois nous avons peint sur un même thème, à un moment ce fut les villes. Au départ c’était par pur plaisir, mais depuis quelques temps nous avons beaucoup de toiles, donc nous les exposons et les vendons. Je vends beaucoup sur Saatchi Art, j’ai beaucoup peint le Japon et l’ai beaucoup vendu. J’ai mes idées d’humanité, de partage, je suis de gauche, je crois qu’on ne s’en sortira qu’en partageant. J’ai peint beaucoup d’usines, d’industries, de bateaux, on y retrouve la souffrance de l’humain. Valérie Bellone peint souvent des gens qui rigolent. Elle expose à Toulouse en ce moment sur des petits formats. Elle travaille sur des vieux magazines de mode des années 50. Elle a également beaucoup de demande pour des meubles. Elle fait partie de l’association Atelier et Cie du Pradet, et travaille avec les enfants plusieurs fois par semaine. Elle travaille beaucoup avec la librairie Mille Paresses, qui font partie des structures qui font progresser la culture. Catherine peint uniquement avec pochoirs et bombes, des personnages dans la jungle, de grandes toiles. Corinne est une amie de trente ans. Je lui ai donné des cours d’aquarelle au début. Elle a son style, ses couleurs, sa façon de faire. Elle commence à l’acrylique, finit par des vernis ou des pigments délayés. C’est une grande artiste. Claudine peint des grosses, ses tableaux sont demandés.

Si on ne peint pas assez on perd la main, il faut s’astreindre à peindre beaucoup. Nous avons peint à l’aquarelle au départ, puis à l’huile. Avec l’acrylique c’est tellement plus simple. Nous utilisons beaucoup les bombes de graffeurs. Nous faisons de la peinture figurative. Nous arriverons peut-être à l’abstrait, dans dix ans, c’est le plus compliqué, il faut y laisser son âme.

 

Quels sont vos projets ?

Nous souhaitons trouver plus d’expositions locales. Nous aimerions avoir notre galerie. Nous participons à beaucoup de concours. Parfois nous gagnons, c’est comme cela que l’on décroche des solutions pour exposer.

 

www.atelierdecreation.net, c’est Dupont Catherine, Johann Agnès, Oconel Andrée, Millet Corinne, Harpagès Claudine, Moitessier Corinne, Oconel Renée, Lachèvre Martine, Laffargue Annie, Bellone Valérie