zoom
Rimbaud en feu - Le Liberté Scène Nationale

Rimbaud en feu - Le Liberté Scène Nationale

    Partager sur :

Jean-Pierre Darroussin revient au Liberté avec un Rimbaud en liberté, flamboyant, qui traverse le temps. Il nous invite à prendre place à bord de son « Bateau ivre » à la dérive, « sans semelles et sans vent ». Ce n’est plus un corps qui parle, c’est une âme.

Cet homme qui apparaît, hagard, illuminé, ce génie qui se consume, est-il Rimbaud ? Se prend-il pour Rimbaud ? Le regard se trouble. En 1924, tandis qu’André Breton publie le Manifeste du Surréalisme, Arthur Rimbaud, poète souvent dit maudit, est enfermé dans sa chambre d’hôpital, à Charleville. Effaré par la modernité qu’il découvre après une quinzaine d’années de pérégrinations qui l’ont mené de l’Égypte à Harar, en Éthiopie, il convoque à son chevet son infirmier mais aussi Paul Verlaine, Alfred Jarry, Ignace de Loyola, Léo Ferré… Comme si, sur un coup de folie, et avant que les derniers feux de la modernité l’accablent lui et ses semblables, Arthur Rimbaud s’autorisait une magistrale leçon de vie.
La pièce de Jean-Michel Djian, journaliste, écrivain et documentariste (il est notamment réalisateur de Rimbaud, le roman de Harar) donne corps au grand mouvement de liberté et de grâce incandescente de l’auteur d’Une Saison en enfer. Anna Novion dirige Darroussin vers des abîmes où le poète est traversé de fulgurances visionnaires. Incandescent !


Discipline:

Ville: Toulon

Date: 05 janvier 2022.

Date de fin: 09 janvier 2022.



Catégories :

Retour
Jean-Pierre Darroussin revient au Liberté avec un Rimbaud en liberté, flamboyant, qui traverse le temps. Il nous invite à prendre place à bord de son « Bateau ivre » à la dérive, « sans semelles et sans vent ». Ce n’est plus un corps qui parle, c’est une âme. Cet homme qui apparaît, hagard, illuminé, ce génie qui se consume, est-il Rimbaud ? Se prend-il pour Rimbaud ? Le regard se trouble. En 1924, tandis qu’André Breton publie le Manifeste du Surréalisme, Arthur Rimbaud, poète souvent dit maudit, est enfermé dans sa chambre d’hôpital, à Charleville. Effaré par la modernité qu’il découvre après une quinzaine d’années de pérégrinations qui l’ont mené de l’Égypte à Harar, en Éthiopie, il convoque à son chevet son infirmier mais aussi Paul Verlaine, Alfred Jarry, Ignace de Loyola, Léo Ferré… Comme si, sur un coup de folie, et avant que les derniers feux de la modernité l’accablent lui et ses semblables, Arthur Rimbaud s’autorisait une magistrale leçon de vie. La pièce de Jean-Michel Djian, journaliste, écrivain et documentariste (il est notamment réalisateur de Rimbaud, le roman de Harar) donne corps au grand mouvement de liberté et de grâce incandescente de l’auteur d’Une Saison en enfer. Anna Novion dirige Darroussin vers des abîmes où le poète est traversé de fulgurances visionnaires. Incandescent !