zoom
Sabine Quilici - Danse, transmission, création, respect. Sabine Quilici - Danse, transmission, création, respect.
zoom
Sabine Quilici - Danse, transmission, création, respect. Sabine Quilici - Danse, transmission, création, respect.
zoom
Sabine Quilici - Danse, transmission, création, respect. Sabine Quilici - Danse, transmission, création, respect.
zoom
Sabine Quilici - Danse, transmission, création, respect. Sabine Quilici - Danse, transmission, création, respect.
zoom
Sabine Quilici - Danse, transmission, création, respect. Sabine Quilici - Danse, transmission, création, respect.

Sabine Quilici - Danse, transmission, création, respect.

    Partager sur :

DANSE                 

« Alchimie Project »     
le 24 octobre au Théâtre
Jules Verne à Bandol.   

Avec un peu d’imagination, beaucoup de persévérance et de talent, Sabine Quilici a fait d’une simple école de danse à Bandol, une jeune compagnie d’envergure internationale.

Comment la compagnie Étoiles 2 rue est-elle née ?

Avec ma soeur, on avait eu l’idée de dépasser la simple reproduction de chorégraphies que l’on pouvait voir dans certaines écoles traditionnelles de danse. On avait besoin de créer. En 2003, nous étions un groupe de filles formées au classique et au modern-jazz dans une école très académique et nous avions rencontré des garçons de la cité Berthe qui faisaient du hip-hop. Contrairement à nous, ils étaient autodidactes. C’était le choc culturel. Nous nous sommes réunis pour mélanger tout cela et nous professionnaliser. En 2006, on a reçu un financement du Ministère Jeunesse et Sports sous la forme d’un Défi Jeunes pour transmettre notre concept. On a réuni cent cinquante danseurs, de quatre ans à l’âge adulte. Mais aujourd’hui, on ne fait plus de spectacle avec les danseurs adultes, notre priorité est de transmettre. La compagnie est devenue une grande famille. D’ailleurs, mon mari en fait partie et notre enfant aussi !

La compagnie Alchimie project est une version plus jeune de votre compagnie ?

Oui, on travaille avec une vingtaine de jeunes de dix à dix-sept ans. Au début, on a développé la compétition. Il faut savoir que le Breakdance est une discipline qui entrera aux Jeux olympiques de Paris en 2024. Nos moins de seize ans ont été champions de France au Battle of the year et ils ont représenté trois fois la France aux championnats du monde. On a remporté aussi de nombreux prix en modern-jazz. Mais dans ce projet, on met en avant l’expression et l’épanouissement. C’est important pour nous de développer la mixité des genres, le mélange garçons-filles et le côté intergénérationnel. Les jeunes ont donné eux-mêmes le nom « Alchimie » au projet, en faisant écho à notre façon de travailler ensemble. Nous ne faisons que les orienter avec des thèmes, et eux proposent des mouvements et des idées. Nous, nous les aidons à créer.

Pourquoi avoir intitulé le spectacle « Thérapie de groupe » ?

Pour travailler sur les relations entre ados. On échange beaucoup avec eux sur d’autres sujets que la danse. Certains se posent des questions sur leur identité, d’autres ont des soucis familiaux. L’adolescence est une période charnière pour construire sa personnalité. Ils ont chacun leurs qualités et l’envie de s’exprimer autrement quepar la parole, d’être acteurs de leurs danses. Depuis la reprise physique des cours, on est un peu bouleversé, parce que le contact physique est une grande part de notre travail et qu’on ne peut plus prendre les mêmes risques qu’avant. Heureusement, nous avions toutes ces technologies pendant le confinement. On parle souvent de « déshumanisation » des rapports humains à cause des réseaux sociaux. Certes, il y a un aspect négatif, mais il faut aussi parler du positif ! Ils ont pu s’entraîner, leurs relations se sont développées différemment, de façon exacerbée, sans la gêne d’être face à face.

Votre prochaine date ?

Le 24 octobre ! Arnaud Gentil, le directeur de la communication de Bandol a adoré notre travail et a voulu nous programmer au Théâtre Jules Verne. On a la chance d’avoir deux jours de résidence avec les techniciens du théâtre pour que notre jeune compagnie vive ce spectacle comme de vrais professionnels !

Site Internet : http://www.bandol.fr/quotidien/theatre-jules-verne-1204.html - http://etoiles2rue.com/author/sabinee2r/ 

Page Facebook : Alchimie Project - Jeune Cie Étoiles 2 Rue - Sabine Quilici 

 


Discipline: Articles, Arts graphiques, Sur les planches, Événements



Catégories : Articles, Arts graphiques, Sur les planches, Événements

Retour

DANSE                 

« Alchimie Project »     
le 24 octobre au Théâtre
Jules Verne à Bandol.   

Avec un peu d’imagination, beaucoup de persévérance et de talent, Sabine Quilici a fait d’une simple école de danse à Bandol, une jeune compagnie d’envergure internationale.

Comment la compagnie Étoiles 2 rue est-elle née ?

Avec ma soeur, on avait eu l’idée de dépasser la simple reproduction de chorégraphies que l’on pouvait voir dans certaines écoles traditionnelles de danse. On avait besoin de créer. En 2003, nous étions un groupe de filles formées au classique et au modern-jazz dans une école très académique et nous avions rencontré des garçons de la cité Berthe qui faisaient du hip-hop. Contrairement à nous, ils étaient autodidactes. C’était le choc culturel. Nous nous sommes réunis pour mélanger tout cela et nous professionnaliser. En 2006, on a reçu un financement du Ministère Jeunesse et Sports sous la forme d’un Défi Jeunes pour transmettre notre concept. On a réuni cent cinquante danseurs, de quatre ans à l’âge adulte. Mais aujourd’hui, on ne fait plus de spectacle avec les danseurs adultes, notre priorité est de transmettre. La compagnie est devenue une grande famille. D’ailleurs, mon mari en fait partie et notre enfant aussi !

La compagnie Alchimie project est une version plus jeune de votre compagnie ?

Oui, on travaille avec une vingtaine de jeunes de dix à dix-sept ans. Au début, on a développé la compétition. Il faut savoir que le Breakdance est une discipline qui entrera aux Jeux olympiques de Paris en 2024. Nos moins de seize ans ont été champions de France au Battle of the year et ils ont représenté trois fois la France aux championnats du monde. On a remporté aussi de nombreux prix en modern-jazz. Mais dans ce projet, on met en avant l’expression et l’épanouissement. C’est important pour nous de développer la mixité des genres, le mélange garçons-filles et le côté intergénérationnel. Les jeunes ont donné eux-mêmes le nom « Alchimie » au projet, en faisant écho à notre façon de travailler ensemble. Nous ne faisons que les orienter avec des thèmes, et eux proposent des mouvements et des idées. Nous, nous les aidons à créer.

Pourquoi avoir intitulé le spectacle « Thérapie de groupe » ?

Pour travailler sur les relations entre ados. On échange beaucoup avec eux sur d’autres sujets que la danse. Certains se posent des questions sur leur identité, d’autres ont des soucis familiaux. L’adolescence est une période charnière pour construire sa personnalité. Ils ont chacun leurs qualités et l’envie de s’exprimer autrement quepar la parole, d’être acteurs de leurs danses. Depuis la reprise physique des cours, on est un peu bouleversé, parce que le contact physique est une grande part de notre travail et qu’on ne peut plus prendre les mêmes risques qu’avant. Heureusement, nous avions toutes ces technologies pendant le confinement. On parle souvent de « déshumanisation » des rapports humains à cause des réseaux sociaux. Certes, il y a un aspect négatif, mais il faut aussi parler du positif ! Ils ont pu s’entraîner, leurs relations se sont développées différemment, de façon exacerbée, sans la gêne d’être face à face.

Votre prochaine date ?

Le 24 octobre ! Arnaud Gentil, le directeur de la communication de Bandol a adoré notre travail et a voulu nous programmer au Théâtre Jules Verne. On a la chance d’avoir deux jours de résidence avec les techniciens du théâtre pour que notre jeune compagnie vive ce spectacle comme de vrais professionnels !

Site Internet : http://www.bandol.fr/quotidien/theatre-jules-verne-1204.html - http://etoiles2rue.com/author/sabinee2r/ 

Page Facebook : Alchimie Project - Jeune Cie Étoiles 2 Rue - Sabine Quilici