zoom
Scars

Scars

    Partager sur :

Olivier aka Scars, grandit dans un univers musical mêlant Jazz et Rock. Il découvre le Reggae, grâce à sa grande sœur, à travers deux références : Bob Marley et Raggasonic. A seulement quatorze ans, il écrit ses premiers textes et démarre une carrière dans le groupe de Rap L’FIJ, sous le nom de Scars en référence au film Scarface et à sa volonté de « marquer les gens ». Le groupe se sépare en 2006. Scars change de tempo, et se plonge dans le Ragga Hip Hop puis dans le Dancehall. Sa mère étant professeur de français, Scars se décide pour la langue française, à laquelle il est attaché. Pour lui, le Dancehall ne s’arrête pas à l’énergie d’un live, le travail de l’écriture est tout autant important que ses performances scéniques. C’est sa capacité à imposer son fast style sur des sons Dancehall de qualité qui a su convaincre les plus critiques de son grand talent. Scars apparaît sur scène en première partie de tous les artistes Reggae de la scène française, plus quelques Jamaïcains comme Stephen Marley, qui le surnomme d’office « Dancehall Doctor ». Après dix ans de mixtapes, Scars rencontre le label Couleurs Music Publishing, et sort un album studio :« Plus aucun doute ». Une collection de douze chansons Reggae évoquant ses passions, les relations humaines, ou encore la brièveté de notre passage sur terre. Des musiciens de prestige s’associent à ce premier album : le batteur Richacha, le guitariste Iso Diop, les rappeurs Médine et Def, Daddy Mory (ex Raggasonic), Dragon Davy ainsi que Naâman. Scars ne vit pas de la musique, mais de la médecine car sa véritable passion est d’aider les gens. Mais si vous lui demandez son métier, il vous dira que c’est la musique, qui le berce depuis toujours.


Discipline: Articles, Musique



Catégories : Articles, Musique

Retour

Olivier aka Scars, grandit dans un univers musical mêlant Jazz et Rock. Il découvre le Reggae, grâce à sa grande sœur, à travers deux références : Bob Marley et Raggasonic. A seulement quatorze ans, il écrit ses premiers textes et démarre une carrière dans le groupe de Rap L’FIJ, sous le nom de Scars en référence au film Scarface et à sa volonté de « marquer les gens ». Le groupe se sépare en 2006. Scars change de tempo, et se plonge dans le Ragga Hip Hop puis dans le Dancehall. Sa mère étant professeur de français, Scars se décide pour la langue française, à laquelle il est attaché. Pour lui, le Dancehall ne s’arrête pas à l’énergie d’un live, le travail de l’écriture est tout autant important que ses performances scéniques. C’est sa capacité à imposer son fast style sur des sons Dancehall de qualité qui a su convaincre les plus critiques de son grand talent. Scars apparaît sur scène en première partie de tous les artistes Reggae de la scène française, plus quelques Jamaïcains comme Stephen Marley, qui le surnomme d’office « Dancehall Doctor ». Après dix ans de mixtapes, Scars rencontre le label Couleurs Music Publishing, et sort un album studio :« Plus aucun doute ». Une collection de douze chansons Reggae évoquant ses passions, les relations humaines, ou encore la brièveté de notre passage sur terre. Des musiciens de prestige s’associent à ce premier album : le batteur Richacha, le guitariste Iso Diop, les rappeurs Médine et Def, Daddy Mory (ex Raggasonic), Dragon Davy ainsi que Naâman. Scars ne vit pas de la musique, mais de la médecine car sa véritable passion est d’aider les gens. Mais si vous lui demandez son métier, il vous dira que c’est la musique, qui le berce depuis toujours.