zoom
Sébastien Courty, Le tissu est une œuvre d’art. Sébastien Courty, Le tissu est une œuvre d’art.
zoom
Sébastien Courty, Le tissu est une œuvre d’art. Sébastien Courty, Le tissu est une œuvre d’art.
zoom
Sébastien Courty, Le tissu est une œuvre d’art. Sébastien Courty, Le tissu est une œuvre d’art.

Sébastien Courty, Le tissu est une œuvre d’art.

    Partager sur :

Exposition - jusqu'au 24 juillet - LM Studio - Hyères

 

Comment est né votre intérêt pour la peinture sur tissu ?

 

J’ai toujours voulu être peintre, j’ai fait les beaux-arts à Paris. Mais c’est difficile d’être peintre au XXIème siècle. J’ai donc décidé de faire une école de mode, mais je n’ai pas aimé. Par contre, j’y ai découvert le textile. C’est une matière facilement combinable, très ouverte. J’ai décidé d’allier les deux, de peindre sur textile.

 

Quelles pièces présentez-vous à LM Studio ?

 

J’ai fait une série de tissages. En école de Design, j’ai appris toutes les façons de produire un tissu. Précédemment j’ai fait beaucoup peinture sur soie et de sérigraphie.  Là, j’ai décidé de travailler sur le tissage. J’ai fait un choix de pays, représentatifs de cultures du monde entier. Chaque motif est lié à la culture du pays : le tissu reprend, au minimum, les six matières premières les plus présentes dans le pays. Par exemple en Tanzanie, j’ai tissé avec de l’or, du café, du tabac : j’ai utilisé des feuilles d’or 24 carats, du coton teint avec du café… Je cherche le côté art décoratif. Un client peut me demander un pays en particulier, je peux lui créer, si le pays n’a pas déjà été fait. Chaque pièce est unique et numérotée, il est impossible de refaire deux fois la même création.

 

Quelles sont vos matières de prédilection ?

 

Je travaille beaucoup avec de la soie. J’aime beaucoup le mouvement de la lumière sur elle et le rendu de la peinture. Cette fois-ci, j’ai cherché des matériaux nouveaux.

 

Vous travaillez aussi bien en habillement qu’en décoration d’intérieur, en quoi est-ce différent ?

 

C’est ce qui fait la beauté du tissu. Partout où il y en a, je peux travailler. Mais je ne veux pas m’associer avec tous les mondes. En art décoratif, je vais par exemple, travailler avec des hôtels, je vais créer une collection pour eux, et ils associeront mon nom à leur décoration. Je peux éventuellement travailler avec un fashion designer qui veut mes imprimés pour une collection. Nous travaillons en collaboration. Ce sont des imprimés qui sont de la haute-couture du tissu, je ne ferai pas de prêt à porter. Mais je peux faire beaucoup de choses : luminaires, tapis, murs, sculptures 3D…

 

Vous vous intéressez particulièrement aux anciennes civilisations, elles vous fascinent ou est-ce un choix artistique ?

 

Depuis tout petit, je suis intéressé par ces cultures un peu mystérieuses. Les Incas, les Egyptiens, artistiquement, visuellement, c’est magnifique. C’est très inspirant. Dans tout ce que je fais, il y aura toujours un côté ancienne civilisation. Je m’inspire des anciens tissus, Ils sont faits à la main, comme chez les Incas, les Egyptiens ou en Afrique du Sud.

 

Vous avez exposé dans le monde entier et vivez aujourd’hui à New-York ? C’est un endroit privilégié pour la création ?

 

C’est une grande cour de récré. Il y a énormément de choses à voir, à faire, c’est un endroit génial pour la liberté d’expression. De plus, pour mon métier, il y a beaucoup d’opportunités de collaborations. 

 

Site internet de Sebastien Courty

 

 

 


Discipline: Arts graphiques,



Catégories : Arts graphiques,

Retour

Exposition - jusqu'au 24 juillet - LM Studio - Hyères

 

Comment est né votre intérêt pour la peinture sur tissu ?

 

J’ai toujours voulu être peintre, j’ai fait les beaux-arts à Paris. Mais c’est difficile d’être peintre au XXIème siècle. J’ai donc décidé de faire une école de mode, mais je n’ai pas aimé. Par contre, j’y ai découvert le textile. C’est une matière facilement combinable, très ouverte. J’ai décidé d’allier les deux, de peindre sur textile.

 

Quelles pièces présentez-vous à LM Studio ?

 

J’ai fait une série de tissages. En école de Design, j’ai appris toutes les façons de produire un tissu. Précédemment j’ai fait beaucoup peinture sur soie et de sérigraphie.  Là, j’ai décidé de travailler sur le tissage. J’ai fait un choix de pays, représentatifs de cultures du monde entier. Chaque motif est lié à la culture du pays : le tissu reprend, au minimum, les six matières premières les plus présentes dans le pays. Par exemple en Tanzanie, j’ai tissé avec de l’or, du café, du tabac : j’ai utilisé des feuilles d’or 24 carats, du coton teint avec du café… Je cherche le côté art décoratif. Un client peut me demander un pays en particulier, je peux lui créer, si le pays n’a pas déjà été fait. Chaque pièce est unique et numérotée, il est impossible de refaire deux fois la même création.

 

Quelles sont vos matières de prédilection ?

 

Je travaille beaucoup avec de la soie. J’aime beaucoup le mouvement de la lumière sur elle et le rendu de la peinture. Cette fois-ci, j’ai cherché des matériaux nouveaux.

 

Vous travaillez aussi bien en habillement qu’en décoration d’intérieur, en quoi est-ce différent ?

 

C’est ce qui fait la beauté du tissu. Partout où il y en a, je peux travailler. Mais je ne veux pas m’associer avec tous les mondes. En art décoratif, je vais par exemple, travailler avec des hôtels, je vais créer une collection pour eux, et ils associeront mon nom à leur décoration. Je peux éventuellement travailler avec un fashion designer qui veut mes imprimés pour une collection. Nous travaillons en collaboration. Ce sont des imprimés qui sont de la haute-couture du tissu, je ne ferai pas de prêt à porter. Mais je peux faire beaucoup de choses : luminaires, tapis, murs, sculptures 3D…

 

Vous vous intéressez particulièrement aux anciennes civilisations, elles vous fascinent ou est-ce un choix artistique ?

 

Depuis tout petit, je suis intéressé par ces cultures un peu mystérieuses. Les Incas, les Egyptiens, artistiquement, visuellement, c’est magnifique. C’est très inspirant. Dans tout ce que je fais, il y aura toujours un côté ancienne civilisation. Je m’inspire des anciens tissus, Ils sont faits à la main, comme chez les Incas, les Egyptiens ou en Afrique du Sud.

 

Vous avez exposé dans le monde entier et vivez aujourd’hui à New-York ? C’est un endroit privilégié pour la création ?

 

C’est une grande cour de récré. Il y a énormément de choses à voir, à faire, c’est un endroit génial pour la liberté d’expression. De plus, pour mon métier, il y a beaucoup d’opportunités de collaborations. 

 

Site internet de Sebastien Courty