zoom
Stéphane de belleval, notre programmation doit être accessible au plus grand nombre. Stéphane de belleval, notre programmation doit être accessible au plus grand nombre.
zoom
Stéphane de belleval, notre programmation doit être accessible au plus grand nombre. Stéphane de belleval, notre programmation doit être accessible au plus grand nombre.
zoom
Stéphane de belleval, notre programmation doit être accessible au plus grand nombre. Stéphane de belleval, notre programmation doit être accessible au plus grand nombre.

Stéphane de belleval, notre programmation doit être accessible au plus grand nombre.

    Partager sur :

Du 22 juin au 28 juillet - Châteauvallon Scène Nationale - Ollioules

 

Comme chaque été, Châteauvallon Scène Nationale ouvre son superbe amphithéâtre au public. L’occasion pour le public de découvrir des artistes de renommée mondiale dans un cadre privilégié. Stéphane nous détaille son programme.

 

Vous avez une programmation prestigieuse cet été…

 

L’été dans l’amphithéâtre, nous avons une ouverture sur un large public, avec une jauge à 1200 places. Les 22 et 23 juin, on y verra les Nuits Flamencas pour sa douzième édition. C’est un rendez-vous bien identifié par le public. Le premier soir Paloma Fantova dansera dans le théâtre couvert, avec un flamenco très contemporain. Jesus Carmona sera dans l’amphithéâtre, accompagné d’un corps de ballet, avec un flamenco plus classique. Il va puiser dans les grands thèmes du flamenco espagnol. Le lendemain Maria Pages, a une proposition riche et différente, avec ce qui se fait dans le flamenco contemporain. C’est une étoile du Flamenco, nous souhaitions la faire venir depuis de nombreuses années à Châteauvallon, elle se produit peu. Sa danse est très féminine. Elle a travaillé avec des grands de la danse contemporaine d’aujourd’hui. Sur scène, elle sera accompagnée de six musiciens.
Le 29 juin, ce sera Un Break à Mozart, de la danse hip-hop par un de ses grands chorégraphes : Kader Attou. Il dirige le CNDC de la Rochelle. C’est dire à quel point le hip-hop s’est démocratisé. Il enrichit sa danse par de l’oriental, de l’asiatique, du contemporain, il fait un duo avec André Sparin, un danseur de Flamenco. Tout cela sur des thèmes de Mozart, interprétés par l’Orchestre des Champs-Elysées.
Le 30 juin viendra Hugh Coltman, dont on parle beaucoup en ce moment (il a eu le prix de voix de l’année aux Victoires du Jazz ndlr). La présence du jazz est une tradition dans l’offre de Châteauvallon. Coltman vient en formation New Orleans Brass band, avec un univers proche de Nat King Cole, entre blues et jazz. Il a une voix magnifique et c’est du jazz pour tous publics.
Les ballets de Monte-Carlo seront présents les 6 et 7 juillet. Le plateau de l’amphithéâtre nous permet d’accueillir ce type de grands ballets mondiaux. Jean-Christophe Maillot le chorégraphe est venu plusieurs fois avec différentes propositions. C’est une danse très riche avec des danseurs virtuoses. Il s’est nourri du classique mais a amené sa danse vers quelque chose de beaucoup plus contemporain et moderne.
Une nouveauté : du théâtre dans l’amphithéâtre les 20 et 21 juillet avec Le Triomphe de l’Amour de Marivaux mis en scène par Denis Podalydès. Cela nous arrive rarement car c’est compliqué techniquement. Nous avons demandé à Denis s’il pouvait adapter le spectacle. Marivaux est un des plus grands auteurs français, mais la mise en scène ne sera pas classique car Podalydès n’est pas à cet endroit-là.
La saison se terminera avec de la danse et la compagnie italienne Aterballetto que notre public connait déjà. Johan Inger est un des grands chorégraphes de la danse contemporaine. L’œuvre s’articule autour de trois univers musicaux : celui de Keith Jarrett, celui de Tom Waits, et enfin celui de Patti Smith. C’est ce qu’il y a de plus contemporain dans l’offre de cet été.


Deux scènes nationales sur un même territoire c’est rare, la région est particulièrement bien dotée en termes de spectacles vivants ?


C’est certain. C’est l’enjeu du futur rapprochement avec le Liberté Scène Nationale, car il ne peut y avoir deux scènes nationales au même endroit. L’agglomération sera dotée d’un outil magnifique, avec six plateaux et un budget conséquent. Nous serons parmi les trois ou quatre plus grandes scènes nationales de France. Châteauvallon est là depuis cinquante ans. Puis un deuxième lieu est arrivé, mais plus il y a d’offre plus il y a de public. Il y a aujourd’hui une volonté politique que la culture ait sa juste place dans l’agglomération. Mais nous vivons de subventions publiques, alors il faut toujours nous défendre. Dans cette lignée de mission publique, nous avons la volonté que notre programmation soit accessible au plus grand nombre. Avec la carte Châteauvallon proposée à 12€, chaque spectacle revient 15€. Nous avons des droits mais aussi des devoirs.

 

Site web de Châteauvallon Scène Nationale


Discipline: Articles, Événements,



Catégories : Articles, Événements,

Retour

Du 22 juin au 28 juillet - Châteauvallon Scène Nationale - Ollioules

 

Comme chaque été, Châteauvallon Scène Nationale ouvre son superbe amphithéâtre au public. L’occasion pour le public de découvrir des artistes de renommée mondiale dans un cadre privilégié. Stéphane nous détaille son programme.

 

Vous avez une programmation prestigieuse cet été…

 

L’été dans l’amphithéâtre, nous avons une ouverture sur un large public, avec une jauge à 1200 places. Les 22 et 23 juin, on y verra les Nuits Flamencas pour sa douzième édition. C’est un rendez-vous bien identifié par le public. Le premier soir Paloma Fantova dansera dans le théâtre couvert, avec un flamenco très contemporain. Jesus Carmona sera dans l’amphithéâtre, accompagné d’un corps de ballet, avec un flamenco plus classique. Il va puiser dans les grands thèmes du flamenco espagnol. Le lendemain Maria Pages, a une proposition riche et différente, avec ce qui se fait dans le flamenco contemporain. C’est une étoile du Flamenco, nous souhaitions la faire venir depuis de nombreuses années à Châteauvallon, elle se produit peu. Sa danse est très féminine. Elle a travaillé avec des grands de la danse contemporaine d’aujourd’hui. Sur scène, elle sera accompagnée de six musiciens.
Le 29 juin, ce sera Un Break à Mozart, de la danse hip-hop par un de ses grands chorégraphes : Kader Attou. Il dirige le CNDC de la Rochelle. C’est dire à quel point le hip-hop s’est démocratisé. Il enrichit sa danse par de l’oriental, de l’asiatique, du contemporain, il fait un duo avec André Sparin, un danseur de Flamenco. Tout cela sur des thèmes de Mozart, interprétés par l’Orchestre des Champs-Elysées.
Le 30 juin viendra Hugh Coltman, dont on parle beaucoup en ce moment (il a eu le prix de voix de l’année aux Victoires du Jazz ndlr). La présence du jazz est une tradition dans l’offre de Châteauvallon. Coltman vient en formation New Orleans Brass band, avec un univers proche de Nat King Cole, entre blues et jazz. Il a une voix magnifique et c’est du jazz pour tous publics.
Les ballets de Monte-Carlo seront présents les 6 et 7 juillet. Le plateau de l’amphithéâtre nous permet d’accueillir ce type de grands ballets mondiaux. Jean-Christophe Maillot le chorégraphe est venu plusieurs fois avec différentes propositions. C’est une danse très riche avec des danseurs virtuoses. Il s’est nourri du classique mais a amené sa danse vers quelque chose de beaucoup plus contemporain et moderne.
Une nouveauté : du théâtre dans l’amphithéâtre les 20 et 21 juillet avec Le Triomphe de l’Amour de Marivaux mis en scène par Denis Podalydès. Cela nous arrive rarement car c’est compliqué techniquement. Nous avons demandé à Denis s’il pouvait adapter le spectacle. Marivaux est un des plus grands auteurs français, mais la mise en scène ne sera pas classique car Podalydès n’est pas à cet endroit-là.
La saison se terminera avec de la danse et la compagnie italienne Aterballetto que notre public connait déjà. Johan Inger est un des grands chorégraphes de la danse contemporaine. L’œuvre s’articule autour de trois univers musicaux : celui de Keith Jarrett, celui de Tom Waits, et enfin celui de Patti Smith. C’est ce qu’il y a de plus contemporain dans l’offre de cet été.


Deux scènes nationales sur un même territoire c’est rare, la région est particulièrement bien dotée en termes de spectacles vivants ?


C’est certain. C’est l’enjeu du futur rapprochement avec le Liberté Scène Nationale, car il ne peut y avoir deux scènes nationales au même endroit. L’agglomération sera dotée d’un outil magnifique, avec six plateaux et un budget conséquent. Nous serons parmi les trois ou quatre plus grandes scènes nationales de France. Châteauvallon est là depuis cinquante ans. Puis un deuxième lieu est arrivé, mais plus il y a d’offre plus il y a de public. Il y a aujourd’hui une volonté politique que la culture ait sa juste place dans l’agglomération. Mais nous vivons de subventions publiques, alors il faut toujours nous défendre. Dans cette lignée de mission publique, nous avons la volonté que notre programmation soit accessible au plus grand nombre. Avec la carte Châteauvallon proposée à 12€, chaque spectacle revient 15€. Nous avons des droits mais aussi des devoirs.

 

Site web de Châteauvallon Scène Nationale