zoom
Virginie Aufray - Ouverture à la clarinette.

Virginie Aufray - Ouverture à la clarinette.

    Partager sur :

Concert

Modesty Blue
La Tour Royale - Toulon
Vendredi 27 août à 19h30

 

Le concert d’ouverture cette année accueille un trio de clarinettistes, Modesty Blue, formé par Virginie et Laurent et leur ancien professeur au Conservatoire, Guillaume. Ils nous interprèteront ce soir-là des arrangements de superbes oeuvres de Bach, Mozart, Schubert ou encore Verdi ou Puccini.

Qu’est-ce qui vous attire particulièrement dans votre instrument, la clarinette ?
La clarinette est un instrument qui m’a toujours beaucoup touchée par la chaleur et l’unicité de sa sonorité boisée. De par l’étendue de sa tessiture, il nous permet une grande expressivité dans des timbres et registres très riches et variés sur quatre octaves. D’autre part, elle permet d’émettre des pianissimos tout doux puis de nous surprendre avec des fortissimo flamboyants. Elle peut se faufiler dans tous les styles de musiques, jazz, classique, musiques traditionnelles, extra européennes et même dans les spectacles d’art vivant. Elle est d’ailleurs l’instrument roi des musiques traditionnelles Yiddish. Certains pays, comme l’Espagne du Nord ou la Turquie, l’ont adoptée pour leur style de musique en particulier. On peut jouer de tout et partout avec sa clarinette. C’est un excellent compagnon de voyage, il s’adapte à toutes les situations en nous permettant de passer du rôle de soliste à celui « d’accompagnant » pour harmoniser. C’était l’instrument préféré de Mozart, et pour cause, il l’a souvent mise en valeur dans ses dernières grandes œuvres. Mais ce sont les jazzmen Eric Dolphy et Don Byron qui ont orienté mon choix.

Comment est née cette envie de créer un trio de clarinettes ?
Laurent, Guillaume et moi nous sommes rencontrés dans les murs du Conservatoire de Toulon. Laurent était notre professeur. Il m’a enseigné le solfège et dirigeait notre ensemble de clarinettes. Lors de son départ à la retraite nous avons décidé de poursuivre la musique ensemble et avons créé ce trio. Au départ notre répertoire tournait exclusivement autour de la musique savante occidentale (baroque, classique, romantique) mais nous avons envie aujourd’hui de nous orienter vers les musiques traditionnelles et en particulier celles des pays de l’Est.

Quelles œuvres jouerez-vous au festival et quel est le travail d’arrangement effectué ?
C’est un répertoire éclectique, avec des œuvres romantiques, lyriques et de musique traditionnelle, notamment de la musique Klezmer, répertoire favori des pays d’Europe centrale. Les œuvres pour trio de clarinettes sont rares mais quelques arrangements ont été réalisés à partir de trio à cordes. Laurent nous en a écrit quelques-uns aussi.

Quelle est la place de la musique classique dans notre région ?
Elle n’est pas assez importante. Les institutions officielles comme l’Opéra ou les conservatoires existent mais ne rayonnent pas suffisamment auprès du grand public. Il y a beaucoup de travail à faire pour combler cette lacune. Peut-être toujours un peu trop élitiste, le classique n’est encore pas suffisamment accessible à tout le monde. En tant que future professeur d’éducation musicale j’essaierai d’apporter ma pierre à l’édifice…

Juillet 2021


Discipline: Articles, Musique



Catégories : Articles, Musique

Retour

Concert

Modesty Blue
La Tour Royale - Toulon
Vendredi 27 août à 19h30

 

Le concert d’ouverture cette année accueille un trio de clarinettistes, Modesty Blue, formé par Virginie et Laurent et leur ancien professeur au Conservatoire, Guillaume. Ils nous interprèteront ce soir-là des arrangements de superbes oeuvres de Bach, Mozart, Schubert ou encore Verdi ou Puccini.

Qu’est-ce qui vous attire particulièrement dans votre instrument, la clarinette ?
La clarinette est un instrument qui m’a toujours beaucoup touchée par la chaleur et l’unicité de sa sonorité boisée. De par l’étendue de sa tessiture, il nous permet une grande expressivité dans des timbres et registres très riches et variés sur quatre octaves. D’autre part, elle permet d’émettre des pianissimos tout doux puis de nous surprendre avec des fortissimo flamboyants. Elle peut se faufiler dans tous les styles de musiques, jazz, classique, musiques traditionnelles, extra européennes et même dans les spectacles d’art vivant. Elle est d’ailleurs l’instrument roi des musiques traditionnelles Yiddish. Certains pays, comme l’Espagne du Nord ou la Turquie, l’ont adoptée pour leur style de musique en particulier. On peut jouer de tout et partout avec sa clarinette. C’est un excellent compagnon de voyage, il s’adapte à toutes les situations en nous permettant de passer du rôle de soliste à celui « d’accompagnant » pour harmoniser. C’était l’instrument préféré de Mozart, et pour cause, il l’a souvent mise en valeur dans ses dernières grandes œuvres. Mais ce sont les jazzmen Eric Dolphy et Don Byron qui ont orienté mon choix.

Comment est née cette envie de créer un trio de clarinettes ?
Laurent, Guillaume et moi nous sommes rencontrés dans les murs du Conservatoire de Toulon. Laurent était notre professeur. Il m’a enseigné le solfège et dirigeait notre ensemble de clarinettes. Lors de son départ à la retraite nous avons décidé de poursuivre la musique ensemble et avons créé ce trio. Au départ notre répertoire tournait exclusivement autour de la musique savante occidentale (baroque, classique, romantique) mais nous avons envie aujourd’hui de nous orienter vers les musiques traditionnelles et en particulier celles des pays de l’Est.

Quelles œuvres jouerez-vous au festival et quel est le travail d’arrangement effectué ?
C’est un répertoire éclectique, avec des œuvres romantiques, lyriques et de musique traditionnelle, notamment de la musique Klezmer, répertoire favori des pays d’Europe centrale. Les œuvres pour trio de clarinettes sont rares mais quelques arrangements ont été réalisés à partir de trio à cordes. Laurent nous en a écrit quelques-uns aussi.

Quelle est la place de la musique classique dans notre région ?
Elle n’est pas assez importante. Les institutions officielles comme l’Opéra ou les conservatoires existent mais ne rayonnent pas suffisamment auprès du grand public. Il y a beaucoup de travail à faire pour combler cette lacune. Peut-être toujours un peu trop élitiste, le classique n’est encore pas suffisamment accessible à tout le monde. En tant que future professeur d’éducation musicale j’essaierai d’apporter ma pierre à l’édifice…

Juillet 2021