zoom
Yves Pujol - Y'en aura pour tout le monde Yves Pujol - Y'en aura pour tout le monde
zoom
Yves Pujol - Y'en aura pour tout le monde Yves Pujol - Y'en aura pour tout le monde

Yves Pujol - Y'en aura pour tout le monde

    Partager sur :

On ne présente plus notre Yves Pujol national. En One Man Show, avec le groupe Aïoli, à la télé, au théâtre, au cinéma, notre toulonnais international ne rate pas une occasion de nous amuser, et de mettre en avant notre région. A la demande de Fantaisie Prod, notre partenaire, il sera présent pour le festival d’humour de Six-Fours cet été.

Dans ce spectacle tout le monde en prend pour son grade non ?

Oui c’est le principe, il y a des dossiers pour tous, un dossier chacun. Que ce soit la famille, la santé, les gosses, la politique, le sport, les hommes, les femmes… enfin les défauts des femmes et les qualités des hommes bien sûr. Je ne raconte pas ma vie, je raconte la vie des gens, ce qui nous touche tous au quotidien. J’arrive même à parler de la coloscopie !

Tu as ajouté de nouveaux sketches au spectacle ?

Il y a une partie revue de presse dans le spectacle. Bien sûr, avec la crise, nous avons rajouté beaucoup de choses, à propos du sanitaire, du social, du sportif, enfin pas beaucoup de sportif !

Tu as toujours autant de difficultés à tromper ta femme ?

Oui, c’est compliqué, elle ne se rend pas compte : Il faut guetter les sms, les effacer à temps… Elle croit que c’est facile de tromper quelqu’un, mais il n’y a pas qu’elle qui souffre, moi aussi !

Et l’Autolib a été inventé à Toulon ?

Disons que l’Autolib a été inventé à Paris. Mais moi qui ai grandi dans une cité à Toulon, je connaissais le concept de voiture en libre-service depuis très longtemps !

Tu as toujours autant de plaisir à jouer dans ta région ?

De plus en plus même. Il y a encore des gens qui découvrent le spectacle après toutes ces années. Je note les différences, des mots percutent plus ici qu’ailleurs, certaines attitudes parlent plus au public toulonnais. Après le public est sympa de partout, surtout en Province, moins à Paris. Le rapport n’est pas le même, il y a mille spectacles par jour : quand tu manges du homard tous les jours tu en deviens blasé. Je n’ai rien contre eux, mais ils ont perdu ce plaisir d’aller au théâtre. En Province, cela reste plus exceptionnel d’aller au spectacle. A Paris, c’est : « on va voir quoi ce soir » ?

Tu vas tourner avec Aïoli cet été ?

Bien sûr, comme chaque année. On rajoute quelques nouvelles chansons tous les ans et on garde des standards : « L’arsenal », « Les cagoles », l’année dernière on a rajouté « Les cigales ». Malgré la crise du Covid, nous allons faire une tournée sympa. Je ne suis pas monté sur scène depuis le 11 mars au Théâtre Galli à Sanary, ça commence à faire long.

Sur quoi travailles-tu en ce moment ?

On a un best-of qui tourne, que l’on va jouer quelques fois cet été, la dernière de la tournée va se jouer le 28 août, au Famas théâtre à Brignoles. On est aussi sur l’écriture de nouveaux sketches.

Qu’est-ce qui t’inspire pour écrire ?

C’est souvent en observant la vie de tous les jours, un thème, une attitude. Il n’y a pas de règle. C’est de l’observation, je pars d’une situation normale et en la décalant un peu, j’en fais une situation drôle.

Tu vas reprendre la tournée de la pièce « Le Secret des Cigales » avec Patrick Sébastien ?

Nous devions jouer à La Garde quand est survenu le confinement. On attend une date de report. C’est difficile en théâtre car les programmes de l’année suivante sont déjà faits. Pour moi, ce sont des disciplines complémentaires, juste un autre tiroir de la commode. Dans celle-ci, j’ai la chanson, les sketches, le cinéma, le théâtre. C’est le même métier, seule la forme diffère : tu as du son, de la lumière, du public… Et je ne souhaite me priver d’aucun…

Site internet de : Yves Pujol

Groupe Aïoli - Touche pas aux cigales


Discipline: Articles, Sur les planches, Cinéma



Catégories : Articles, Sur les planches, Cinéma

Retour

On ne présente plus notre Yves Pujol national. En One Man Show, avec le groupe Aïoli, à la télé, au théâtre, au cinéma, notre toulonnais international ne rate pas une occasion de nous amuser, et de mettre en avant notre région. A la demande de Fantaisie Prod, notre partenaire, il sera présent pour le festival d’humour de Six-Fours cet été.

Dans ce spectacle tout le monde en prend pour son grade non ?

Oui c’est le principe, il y a des dossiers pour tous, un dossier chacun. Que ce soit la famille, la santé, les gosses, la politique, le sport, les hommes, les femmes… enfin les défauts des femmes et les qualités des hommes bien sûr. Je ne raconte pas ma vie, je raconte la vie des gens, ce qui nous touche tous au quotidien. J’arrive même à parler de la coloscopie !

Tu as ajouté de nouveaux sketches au spectacle ?

Il y a une partie revue de presse dans le spectacle. Bien sûr, avec la crise, nous avons rajouté beaucoup de choses, à propos du sanitaire, du social, du sportif, enfin pas beaucoup de sportif !

Tu as toujours autant de difficultés à tromper ta femme ?

Oui, c’est compliqué, elle ne se rend pas compte : Il faut guetter les sms, les effacer à temps… Elle croit que c’est facile de tromper quelqu’un, mais il n’y a pas qu’elle qui souffre, moi aussi !

Et l’Autolib a été inventé à Toulon ?

Disons que l’Autolib a été inventé à Paris. Mais moi qui ai grandi dans une cité à Toulon, je connaissais le concept de voiture en libre-service depuis très longtemps !

Tu as toujours autant de plaisir à jouer dans ta région ?

De plus en plus même. Il y a encore des gens qui découvrent le spectacle après toutes ces années. Je note les différences, des mots percutent plus ici qu’ailleurs, certaines attitudes parlent plus au public toulonnais. Après le public est sympa de partout, surtout en Province, moins à Paris. Le rapport n’est pas le même, il y a mille spectacles par jour : quand tu manges du homard tous les jours tu en deviens blasé. Je n’ai rien contre eux, mais ils ont perdu ce plaisir d’aller au théâtre. En Province, cela reste plus exceptionnel d’aller au spectacle. A Paris, c’est : « on va voir quoi ce soir » ?

Tu vas tourner avec Aïoli cet été ?

Bien sûr, comme chaque année. On rajoute quelques nouvelles chansons tous les ans et on garde des standards : « L’arsenal », « Les cagoles », l’année dernière on a rajouté « Les cigales ». Malgré la crise du Covid, nous allons faire une tournée sympa. Je ne suis pas monté sur scène depuis le 11 mars au Théâtre Galli à Sanary, ça commence à faire long.

Sur quoi travailles-tu en ce moment ?

On a un best-of qui tourne, que l’on va jouer quelques fois cet été, la dernière de la tournée va se jouer le 28 août, au Famas théâtre à Brignoles. On est aussi sur l’écriture de nouveaux sketches.

Qu’est-ce qui t’inspire pour écrire ?

C’est souvent en observant la vie de tous les jours, un thème, une attitude. Il n’y a pas de règle. C’est de l’observation, je pars d’une situation normale et en la décalant un peu, j’en fais une situation drôle.

Tu vas reprendre la tournée de la pièce « Le Secret des Cigales » avec Patrick Sébastien ?

Nous devions jouer à La Garde quand est survenu le confinement. On attend une date de report. C’est difficile en théâtre car les programmes de l’année suivante sont déjà faits. Pour moi, ce sont des disciplines complémentaires, juste un autre tiroir de la commode. Dans celle-ci, j’ai la chanson, les sketches, le cinéma, le théâtre. C’est le même métier, seule la forme diffère : tu as du son, de la lumière, du public… Et je ne souhaite me priver d’aucun…

Site internet de : Yves Pujol

Groupe Aïoli - Touche pas aux cigales